21 hectares protégés

De gauche à droite : Stephen Lloyd, Nathalie Zinger,... (Photo fournie par Conservation de la nature Canada)

Agrandir

De gauche à droite : Stephen Lloyd, Nathalie Zinger, Thérèse et Gérard Laganière, François Crête et Michel Lamontagne.

Photo fournie par Conservation de la nature Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
lapresseaffaires.com

Le 10 février dernier, Conservation de la nature Canada (CNC) a annoncé la protection de trois nouveaux sites naturels sur les rives et les îles du fleuve Saint-Laurent grâce à de généreux donateurs. Ces 21ha s'ajoutent aux 3000ha de milieux naturels insulaires et riverains déjà conservés par CNC. Les propriétés sont situées à proximité d'aires protégées par CNC et constituent des habitats naturels exceptionnels.

Le fleuve Saint-Laurent est la principale source d'eau potable de la province et une voie de navigation commerciale de premier plan. CNC souhaite souligner l'importance de protéger les îles et rives du fleuve, tout en permettant au public de les découvrir. Des fonds supplémentaires sont nécessaires afin de poursuivre la conservation de ces écosystèmes d'exception, d'en offrir l'accès au public lorsque possible et d'accroitre le nombre de sites protégés.

Une propriété riveraine au fleuve de 250m de long et de 30m de large à Sainte-Anne-de-Sorel vient consolider l'aire protégée de l'Île de Grâce, située dans l'archipel du Lac-Saint-Pierre. Donné par feu Jeanne d'Arc Thibault, le site présente un intérêt pour la sauvegarde du chevalier cuivré, une espèce endémique au Québec et officiellement en voie de disparition selon la Loi sur les espèces en péril (LEP). La rive sablonneuse de la propriété est un lieu propice à la nidification de la tortue géographique, une espèce vulnérable selon la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables au Québec (LEMV). La propriété constitue une zone tampon importante entre le milieu aquatique et la prairie herbacée, permettant ainsi de contrer l'érosion naturelle et artificielle des rives.

Le marécage de Grondines, s'étendant sur 7km de rive, est un des derniers marécages de grande étendue en bordure du fleuve. S'ajoutant à 30ha déjà protégés par CNC à proximité, les nouveaux 6,5ha à Deschambault-Grondines, sont composés d'une vaste forêt riveraine et d'une zone intertidale, dont une portion est désignée comme Aire de concentration d'oiseaux aquatiques. D'abondantes colonies de cicutaire de Victorin et d'ériocaulon de Parker, deux plantes exclusives à l'estuaire du Saint-Laurent, et désignées menacées selon la selon la LEMV s'y trouvent. CNC participe à la préservation de ce milieu depuis 2008 et y réalise présentement un projet de restauration et de mise en valeur.

La pointe Argentenay offre une vue imprenable sur le fleuve, ses îles et le contrefort laurentien. Composée d'un écosystème forestier exceptionnel d'une grande rareté, la propriété de 14,5ha se situe à Saint-François-de-l'Île-d'Orléans, à l'extrémité est de l'île d'Orléans, sur la Pointe Argentenay. Les battures herbacées adjacentes dans le fleuve offrent une halte migratoire importante pour la sauvagine migratrice. La flore qui y est présente est riche et diversifiée. Dans les battures se trouve la gentiane de Victorin, une espèce menacée selon la LEP, ainsi que deux espèces désignées menacées selon la LEMV: la cicutaire de Victorin et l'ériocaulon de Parker. Le noyer cendré, un arbre en voie de disparition selon la LEP est présent dans la forêt.

Conservation de la nature Canada tient à remercier chaleureusement les donateurs et partenaires suivants sans qui la protection récente des 21ha n'aurait pas été possible : le Programme de conservation des zones naturelles du gouvernement du Canada, la Fondation Virginia Parker, U.S. Fish and Wildlife Service (NAWCA), la Fondation de la faune du Québec, les enfants de Joséphine et Adrien Laganière,  fils de Charles B. Laganière, feu Jeanne d'Arc Thibault, Éco Héros, la famille Guimont, la famille Lafrance, ainsi que des donateurs privés. Une pensée de CNC va à Anthony Le Sauteur, décédé en 2016, qui a lancé le projet Un fleuve, un parc avec Louise Beaubien-Lepage, qui a été membre du conseil de CNC. CNC poursuit, en sa mémoire et celle de plusieurs autres donateurs, cette vision.

« Au nom de l'honorable Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et du Changement climatique, je tiens à remercier les nombreux donateurs dont l'aide a rendu l'annonce d'aujourd'hui possible. Le Gouvernement du Canada est fier d'appuyer leurs efforts, par l'intermédiaire du Programme de conservation des zones naturelles, dans le cadre de notre engagement continu à protéger les habitats fauniques au Canada, y compris dans le bassin versant du fleuve Saint-Laurent. »,  a dit Marie-Christine Tremblay, directrice générale régionale déléguée, Régions de l'Atlantique et du Québec à Environnement et Changement climatique Canada.

« Depuis plus d'un demi-siècle, Conservation de la nature Canada, avec l'appui de partenaires, protège des sites exceptionnels qui abritent une faune et une flore précieuses. Plus de 1000ha de milieux naturels insulaires et riverains sont conservés, dont 1000ha sur une vingtaine d'îles. Chaque parcelle de terre protégée est une victoire pour CNC et pour ceux et celles qui, par leurs dons, contribuent à son travail. », a indiqué Joël Bonin, directeur de la philanthropie et des grands projets à Conservation de la nature Canada au Québec.

Étaient également présents Stephen Lloyd, président sortant du conseil de Conservation de la nature Canada au Québec, Nathalie Zinger, vice-présidente Québec, Conservation de la nature Canadam, Thérèse et Gérard Laganière, donateurs de la propriété du marécage de Grondines, François Crête, président du conseil de Conservation de la nature Canada au Québec, et Michel Lamontagne, membre du conseil de Conservation de la nature Canada au Québec.

Au cours des prochaines années, CNC souhaite accélérer ses efforts, par l'entremise de nouvelles acquisitions et d'activités de sensibilisation, d'intendance et de mise en valeur, car beaucoup d'îles et de rives demeurent menacées. Les dons à CNC serviront protéger les îles et les zones riveraines d'un bout à l'autre du fleuve, tout en les rendant accessibles au public en investissant sur des infrastructures d'accueil.

Conservation de la nature Canada est le chef de file au Québec en matière de protection des milieux naturels en terres privées, ainsi que des animaux et des plantes qu'ils abritent. Depuis 1962, l'organisme de bienfaisance et ses partenaires ont protégé plus de 1,1 million d'hectares de sites exceptionnels au pays, dont 40 000 au Québec. Conservation de la nature Canada conserve chaque jour de nouveaux territoires grâce à la collaboration d'individus, de propriétaires fonciers, d'entreprises, de groupes de conservation, de communautés locales et de gouvernements.

Le Programme de conservation des zones naturelles (PCZN) du gouvernement du Canada est un partenariat public-privé unique, dirigé et géré par CNC. Jusqu'à présent, 345 millions de dollars ont été investis dans le PCZN par le Gouvernement du Canada pour assurer la conservation de notre patrimoine naturel. Ajoutés à ce montant, plus de 500 millions de dollars en fonds de contrepartie ont été recueillis par CNC et ses partenaires pour être investis au Programme.

 

LÉGENDE

 

De gauche à droite : Stephen Lloyd, Nathalie Zinger, Thérèse et Gérard Laganière, François Crête et Michel Lamontagne.      Photo fournie par Conservation de la nature Canada

 

-30-




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer