Ford paie moins d'impôts et réduit ses coûts: les profits explosent

Cette flambée des profits est due à une... (AP)

Agrandir

Cette flambée des profits est due à une réduction importante des coûts de l'ordre de 700 millions de dollars en un an et le fait que Ford a payé beaucoup moins d'impôts qu'il ne prévoyait.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Ford a annoncé jeudi une hausse de ses résultats, rassurant Wall Street sur sa capacité à jouer les premiers rôles dans la transformation du secteur automobile par la voiture autonome, les véhicules électriques et l'autopartage.

Le bénéfice net de la marque à l'ovale bleu a bondi de 63,4% à 1,56 milliard de dollars au troisième trimestre achevé en septembre, ce qui s'est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 43 cents contre 33 cents attendus en moyenne par les analystes.

Cette flambée est due à une réduction importante des coûts de l'ordre de 700 millions de dollars en un an et le fait que Ford a payé beaucoup moins d'impôts qu'il ne prévoyait.

Le constructeur automobile a rapatrié dans ses comptes américains un crédit d'impôt de 266 millions de dollars perçu à l'étranger, en anticipation de la réforme fiscale en discussion aux États-Unis. Cette dernière prévoit d'abaisser le taux d'imposition maximal des entreprises de 35% à 20%.

En dépit de la saturation du marché automobile américain, le chiffre d'affaires a augmenté de 1,4% à 36,451 milliards de dollars, supérieur aux 32,8 milliards escomptés en moyenne par les marchés financiers.

Les bonnes ventes des pickups (camionnettes à plateau) F-Series, qui ont enregistré leurs meilleures ventes trimestrielles depuis 2005 avec un bond de 14%, ont notamment permis à Ford de compenser la baisse de la demande pour les berlines et citadines.

Les marges de ces gros véhicules, dont le prix était en moyenne de 45 400 dollars l'unité, en hausse de 6,6% sur un an, ont dopé le bénéfice opérationnel en Amérique du Nord (États-Unis, Canada et Mexique), qui s'est envolé de 31% à 1,7 milliard de dollars pour une marge de 8,1% contre 5,80% à la même période un an plus tôt.

En Europe, où a été lancée la nouvelle Ford Fiesta, la marque à l'ovale bleu a réduit ses pertes, en ne perdant que 86 millions de dollars lors des trois derniers mois, contre 224 millions un an plus tôt.

«Accélérer»

Si les effets du Brexit et les coûts de matières premières devraient peser sur les résultats du Vieux Continent en fin d'année, Ford estime qu'un léger mieux sur le marché russe devrait lui permettre d'y être toutefois rentable sur l'année.

Dans l'ensemble, le constructeur automobile s'attend à dégager un bénéfice par action 2017 compris entre 1,75 et 1,85 dollar, alors que les marchés anticipent 1,74 dollar.

Il a ainsi ajusté le bas de la fourchette qui était précédemment de 1,65 dollar, en raison, selon le directeur financier Bob Shanks, de l'optimisme de la direction sur les effets positifs à venir des mesures engagées pour dégager de la croissance.

«Nous devons accélérer nos efforts à court terme, tout en prenant les mesures nécessaires pour fondamentalement réaménager nos opérations afin d'être plus solides sur le long terme», a déclaré le PDG Jim Hackett, qui a remanié récemment son équipe en mettant ses hommes à des postes clés.

Début octobre, il a également présenté un plan de relance tablant sur 14 milliards de dollars d'économies d'ici 2022 et un recentrage sur les grosses voitures, tout en accélérant dans le tout électrique et le tout connecté.

Il veut notamment réduire les coûts de production en introduisant l'imprimante 3D, davantage de robots et des outils de réalité virtuelle dans les usines et diminuer de 20% le temps de développement d'un véhicule.

À Wall Street, le titre gagnait 1,50% à 12,22 dollars vers 12H20 GMT dans les échanges électroniques de pré-séance. Il fait du sur-place (-0,45%) depuis le début de l'année, alors que l'action de ses concurrents General Motors (GM) et Fiat Chrysler (FCA) a gagné respectivement 29% et 87%.

L'euphorie boursière entourant GM repose sur le pari que le géant de Detroit devrait être le premier groupe à commercialiser une voiture autonome, tandis que Fiat Chrysler profite de la multiplication des rumeurs sur son possible rachat.

Les deux groupes ont annoncé mardi de solides résultats trimestriels, même si GM a accusé une perte nette de 2,98 milliards de dollars due à de lourdes charges liées à la cession de sa marque européenne Vauxhall/Opel au constructeur français Peugeot.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer