L'action d'Ubisoft recule de 6% après des résultats décevants

La publication des résultats d'Ubisoft «illustre pleinement l'évolution... (Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse)

Agrandir

La publication des résultats d'Ubisoft «illustre pleinement l'évolution de modèle que connaît l'industrie, les acteurs se battant dorénavant sur le temps joueurs et non sur le nombre d'unités vendues», ont souligné les analystes du courtier Gilbert Dupont.

Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le titre de l'éditeur français de jeux vidéo Ubisoft, convoité par Vivendi, plongeait de plus de 6% mercredi à la Bourse de Paris, pâtissant de résultats inférieurs aux attentes.

À 10h20 locales (4h20 à Montréal), l'action d'Ubisoft perdait 6,27% à 45,68 euros, dans un marché en repli de 0,28%.

Le groupe a publié mardi un bénéfice net en hausse de 15% à 107,8 millions d'euros (un euro = 1,50$ CAD) ainsi que des ventes en hausse de 4,7% à 1,46 milliard d'euros pour son exercice décalé 2016/17.

Ubisoft s'est en outre félicité d'un «résultat opérationnel non IFRS record» de 237,7 millions d'euros, en hausse de 40,7% pour l'exercice achevé.

Mais sa performance ressort un peu en deçà des prévisions du consensus des analystes compilé par Factset: ces derniers tablaient sur un bénéfice net de 129 millions d'euros pour un résultat opérationnel de 240 millions et des ventes de 1,477 milliard.

Concernant le chiffre d'affaires d'Ubisoft, «le principal écart avec nos prévisions provient des ventes de nouveautés au quatrième trimestre», relèvent dans une note les analystes du courtier Gilbert Dupont.

Ces derniers jugent en outre que les perspectives de résultat du groupe pour l'exercice en cours 2017/18 sont «légèrement décevantes».

Ubisoft table sur une hausse de ses ventes à environ 1,7 milliard d'euros portées par les sorties prévues de nouveaux jeux de ses franchises Assassin's Creed, Far Cry, The Crew et South Park et anticipe un résultat opérationnel d'environ 270 millions d'euros.

Ce dernier chiffre ressort en dessous du consensus (300 millions d'euros) et est jugé décevant par les analystes de Gilbert Dupont «dans la mesure où il n'implique qu'une marge de 15,8% traduisant une nouvelle amélioration de la marge brute compensée par une hausse de la recherche et développement du fait du line-up (liste des jeux vidéos à sortir sur une période donnée, NDLR) et d'une inflation des coûts de production».

La publication des résultats d'Ubisoft «illustre pleinement l'évolution de modèle que connaît l'industrie, les acteurs se battant dorénavant sur le temps joueurs et non sur le nombre d'unités vendues», ont-ils souligné.

Mais si «cette évolution s'avère bénéfique pour les sociétés offrant une récurrence, une visibilité et un profil de marge plus important», il s'agit précisément des «points faibles historiques d'Ubisoft», a conclu le courtier, qui abaisse par ailleurs sa recommandation sur le titre d'«acheter» à «alléger».




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer