Sel Warwick: investir 6,5 millions pour continuer à croître

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Gestion du patrimoine

Cet automne, Desjardins s'est lancé dans la gestion de patrimoine. La... »

Les pays du BRIC

Il y a émergents et émergents. Sur les quelque 25 pays dits... »

Pays émergents

Sixième d'une série de six. Les « onze prochains », appelés Next... »

Recherche universitaire

On ne fait pas qu'enseigner dans les universités, ce sont aussi des... »

Série Innovations

Les PME québécoises n'ont d'autre choix que de s'internationaliser si... »

Plan Nord

La chambre de commerce du Montréal métropolitain a récemment rendu... »

Dossiers  »

Victoriaville et sa région

Victoriaville et sa région

C'est pourtant le lot quotidien des habitants et des entreprises de la région de Victoriaville. La quasi-majorité des villes et des municipalités de cette MRC du Centre-du-Québec ont donc uni leurs forces pour faire sauter les appellations "Arthabaska" et "Bois-Francs". Aujourd'hui, ils privilégient le vocable "Victoriaville et sa région". »

Gervais Laroche, directeur de Sel Warwick, devant une... (Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale)

Agrandir

Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale

Gervais Laroche, directeur de Sel Warwick, devant une montagne de sel.

Stéphane Champagne
Stéphane Champagne, collaboration spéciale
La Presse

Sel Warwick vient d'annoncer un investissement de 6,5 millions. Dans la foulée, la PME de Victoriaville s'établira en 2013 dans une usine flambant neuve et se dotera d'équipements automatisés dernier cri. Mais surtout, l'entreprise de 31 employés aura les coudées franches pour poursuivre sa croissance, laquelle dépasse les 10% depuis plusieurs années.

Cet investissement ne devrait pas créer d'emplois à court terme, indique Gervais Laroche, directeur général de l'entreprise. «Nous étions à l'étroit, dit-il. Nous n'avions plus aucune possibilité d'agrandissement. Cette nouvelle usine, qui ne sera pas nécessairement plus grande, mais mieux configurée, va nous permettre de continuer à grossir lentement, mais sûrement.»

En effet, la PME n'a jamais cherché les coups d'éclat. «Nous frappons des «simples» plutôt que des coups de circuit. Notre croissance a toujours été contrôlée. Et nous allons poursuivre dans cette voie. Nous prenons notre place dans les marchés de niche et nous essayons de rester très près de nos clients», explique celui qui préfère taire le chiffre d'affaires de l'entreprise à capital fermé.

Des centaines de produits

Fondé en 1983 et propriété d'une coopérative agricole de Victoriaville, Sel Warwick fabrique et distribue plus de 250 produits, dont près de la moitié sont à base de sels qui sont importés de partout dans le monde.

La PME travaille également avec du chlorure de calcium, des sables, de l'olivine synthétique et autre chlorure de magnésium qui sont utilisés dans le contrôle de poussière, le déglaçage de routes, le traitement des eaux, mais aussi l'alimentation.

Bref, ses produits trouvent leurs utilités dans des milliers d'applications. Sel Warwick est donc connu par les villes, les aéroports, les raffineries, les usines de transformation ou les mines. Ses clients s'appellent Bombardier, Cascades, Olymel, Canadian Tire, etc.

Sel Warwick compte près de 6000 clients, majoritairement au Canada (85% de son volume d'affaires), aux États-Unis (10%), de même qu'en Amérique du Sud (5%).

Cet investissement de 6,5 millions est le fruit d'une longue réflexion. En 1997, la PME faisait l'acquisition d'un terrain de 400 000 pi2 dans le parc industriel Fidèle-Édouard-Alain. Sa nouvelle usine y occupera environ 50 000 pi2.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer