Univalor: une alliance unique contre la mononucléose

Carolina Alfieri, chercheuse en virologie au Centre de... (PHOTO LYDIANE GABORIEAU, FOURNIE PAR UNIVALOR)

Agrandir

Carolina Alfieri, chercheuse en virologie au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, travaille avec le virus EB depuis 1990.

PHOTO LYDIANE GABORIEAU, FOURNIE PAR UNIVALOR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Universités et entreprises

Universités et entreprises

Chercheur et entrepreneur sont deux métiers bien différents. C'est pour cette raison qu'Univalor travaille à valoriser les découvertes scientifiques et les innovations technologiques qui voient le jour dans les laboratoires de l'Université de Montréal. »

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Chercheur et entrepreneur sont deux métiers bien différents. C'est pour cette raison qu'Univalor travaille à valoriser les découvertes scientifiques et les innovations technologiques qui voient le jour dans les laboratoires de l'Université de Montréal. La société le fait notamment pour l'élaboration d'un vaccin ciblant le virus Epstein-Barr (EB), responsable de la mononucléose infectieuse et associé à plusieurs cancers. Voici comment ils s'y prennent.

La majorité des adultes sont porteurs du virus EB, mais ils n'ont pas de symptômes. La plupart des infections qui surviennent chez les jeunes enfants passent inaperçues. Toutefois, lorsque les personnes s'infectent pour la première fois à l'adolescence ou à l'âge adulte, on voit apparaître des signes de la mononucléose. Les symptômes sont une fatigue prolongée qui peut forcer ces personnes à cesser leurs activités pendant plusieurs mois et peut même mener jusqu'à la mort. Puis, une fois qu'on a le virus, on ne peut pas s'en débarrasser, alors les symptômes de mononucléose peuvent toujours refaire surface.

« Le virus EB a été découvert en 1964, il affecte des milliers de personnes chaque année en Amérique du Nord et ailleurs, mais il n'y a toujours pas de vaccin sur le marché », indique Carolina Alfieri, chercheuse en virologie au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine qui travaille avec le virus EB depuis 1990.

Elle savait qu'une molécule était particulièrement prometteuse pour concevoir un vaccin contre l'EB et que l'entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline avait même déjà fait des essais dans les années 2000.

« Ils avaient cessé les essais parce que le vaccin développé n'avait pas protégé les jeunes de façon satisfaisante, raconte-t-elle. Nous avons voulu savoir pourquoi. »

Son hypothèse : comme la molécule virale qui confère une protection est très grande et que seulement un fragment joue l'essentiel du rôle dans le développement d'anticorps protecteurs, le vaccin serait beaucoup plus efficace si on utilisait uniquement ce fragment. Encore fallait-il le cibler précisément.

« Nos recherches sur le vaccin, commencées en 2012, nous ont permis de découvrir la séquence protectrice complète », explique la chercheuse.

UN ACCOMPAGNEMENT DÈS L'IDÉATION

Les résultats de la chercheuse ont été publiés en 2015, mais heureusement, Univalor était actif dans le dossier depuis le début.

« Univalor nous a guidés pour aller chercher les données nécessaires afin de demander les brevets avant de publier. Comme chercheuse, je ne connais pas tous les règlements liés aux brevets et je ne suis pas formée en commercialisation. » - Carolina Alfieri, chercheuse en virologie

C'est justement cette expertise qu'apporte Clermont Beaulieu, directeur, développement des affaires, sciences de la vie, chez Univalor.

« Nous avons développé des accès privilégiés avec des gens bien placés dans plusieurs grandes entreprises ou qui connaissent bien les besoins du marché, explique-t-il. Avant de commencer à travailler avec un projet, je fais quelques téléphones confidentiels et je m'assure, par exemple, que des entreprises souhaiteraient signer une entente commerciale pour le produit. »

Par contre, avant qu'une entreprise pharmaceutique veuille aller de l'avant avec un nouveau vaccin, il faut se rendre à un certain niveau de test.

« Nous devons au moins terminer nos tests chez l'animal qui, jusqu'à maintenant, sont concluants », affirme la chercheuse.

C'est la période la plus difficile dans la création d'un nouveau vaccin.

« C'est dispendieux, les organismes subventionnaires ne donnent pas d'argent pour ce volet de la recherche et il faut le réaliser pour intéresser une entreprise, affirme M. Beaulieu. Obtenir des fonds de maturation d'un projet est un grand défi et c'est ce qui explique pourquoi on avance souvent lentement. »

« L'impact de ce vaccin serait important, affirme Carolina Alfieri. En plus de la mononucléose, nous avons espoir qu'il protégerait contre les cancers associés au virus, particulièrement chez des gens qui ont un système immunitaire affaibli. On parle de 200 000 cas de cancers dans le monde et je crois que c'est un chiffre conservateur. Nous voulons agir sur leur prévention. »

UNIVALOR EN BREF

DU LABO AU MARCHÉUnivalor est une société de valorisation des découvertes scientifiques et des innovations technologiques pour les chercheurs de l'Université de Montréal et ses centres affiliés, comme le CHUM, Polytechnique Montréal et HEC Montréal. Elle compte sur une équipe de spécialistes en sciences de la vie et en sciences et génie, dont plusieurs ont un doctorat. Leur rôle est de repérer les meilleurs partenaires d'affaires pour amener les innovations des chercheurs sur le marché.

ORIENTER LES ENTREPRISESUnivalor offre différents services à l'industrie. Par exemple, si une entreprise a repéré une technologie développée dans un laboratoire universitaire pour s'attaquer à un de ses enjeux, elle peut cogner à la porte d'Univalor. La société élaborera une solution de transfert sur mesure, comme une licence. Si une entreprise a des enjeux sur lesquels elle voudrait travailler en recherche et développement, Univalor peut aussi faire le pont avec des chercheurs pertinents.

RETOMBÉESFondée en 2001, Univalor a aidé à mettre sur pied une quarantaine d'entreprises dérivées toujours actives à ce jour. Environ 130 ententes de commercialisation sont actives actuellement. Dans l'année 2015-2016, 20 nouvelles ont été signées. Univalor, qui reçoit du soutien du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, a créé 78 millions de retombées économiques en trois ans.

UN RÉSEAU DE PARTENAIRESUnivalor s'est installé récemment dans l'Espace CDPQ (pour Caisse de dépôt et placement du Québec), un hub d'investissement et d'accompagnement des entrepreneurs. Plutôt que de réunir des entreprises, ce lieu situé à la Place Ville Marie rassemble des partenaires et collaborateurs qui travaillent à accélérer la croissance et la mondialisation des PME québécoises. L'Espace CDPQ abrite aussi entre autres Anges Québec, Réseau capital et le campus montréalais de l'École d'entrepreneurship de Beauce.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

Blogues >

Blogues >

Le blogue immobilier

Le blogue immobilier

Merci, bonsoir

publicité

image title
Fermer