2ème article d'une série de 4 sur le transfert d'entreprise

Dans les règles de l'art

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Gestion du patrimoine

Cet automne, Desjardins s'est lancé dans la gestion de patrimoine. La... »

Les pays du BRIC

Il y a émergents et émergents. Sur les quelque 25 pays dits... »

Pays émergents

Sixième d'une série de six. Les « onze prochains », appelés Next... »

Recherche universitaire

On ne fait pas qu'enseigner dans les universités, ce sont aussi des... »

Série Innovations

Les PME québécoises n'ont d'autre choix que de s'internationaliser si... »

Plan Nord

La chambre de commerce du Montréal métropolitain a récemment rendu... »

Dossiers  »

Transferts d'entreprises

Transferts d'entreprises

Près de six propriétaires de PME québécoises sur dix sont mal informés et mal préparés pour le transfert de leur entreprise. Pis encore, les dirigeants sous-estiment l'ampleur de la tâche, indique un sondage CROP, mené pour le compte de Raymond Chabot Grant Thornton. »

Nancy Simoneau a pris en main l'entreprise fondée par... (Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale)

Agrandir

Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale

Nancy Simoneau a pris en main l'entreprise fondée par son père, Groupe Simoneau.

Nancy Simoneau n'a pas hésité à allonger des milliers de dollars en frais de justice lorsqu'elle a décidé de reprendre l'entreprise familiale. Non pas qu'elle avait peur de se faire rouler dans la farine par son père, à qui elle succédait. Mais elle voulait faire les choses dans les règles de l'art. La présidente de Groupe Simoneau tenait à ce que tout soit clair, net et précis avant de diriger une PME de 90 employés qu'elle a aidé à bâtir.

En 10 ans, Nancy Simoneau a payé entre 50 000$ et 75 000$ de frais judiciaires de toutes sortes. Aucun détail (ou presque) ne lui a échappé lorsqu'il a été décidé qu'elle prendrait la place de son père René à la tête d'une entreprise spécialisée dans la fabrication et l'entretien de chaudières industrielles dont le rayonnement est désormais mondial. Il n'y a que le déroulement des opérations (autrement dit, les possibles cas d'ingérence) qui n'a pas fait l'objet d'un document écrit entre Nancy Simoneau et son père. Une simple entente verbale a suffi, dit-elle.

Sinon, tout le reste a été soigneusement écrit et officialisé: le contrat de rachat des actions (y compris les modalités de paiement), la convention entre actionnaires, les dispositions à prendre en cas de mort du repreneur ou du cédant, etc.

«Il vaut mieux payer des professionnels pendant le processus plutôt que d'éteindre des feux une fois que le transfert est terminé. Je vois ça comme une forme de responsabilité du management. Je compte sur mes employés pour assurer le succès de l'entreprise; ils sont en droit d'attendre la même chose de ma part», explique Nancy Simoneau, 43 ans et mère de trois enfants.

Ventes outre-frontières

Groupe Simoneau enregistre 65% de ses revenus (que Mme Simoneau préfère taire) de la fabrication de chaudières industrielles. La PME tire ses autres revenus de son service d'entretien. Il existe une quinzaine de fabricants de chaudières sur le territoire nord-américain. Mais Groupe Simoneau se démarque par le fait qu'elle conçoit des projets valant entre 100 000$ et 2,5 millions.

La PME possède sa propre gamme de produits, laquelle s'adresse notamment aux secteurs agroalimentaire, pétrochimique, minier, etc. Les ventes de l'entreprise dépassent les frontières du Québec. Certaines années, Groupe Simoneau exporte entre 50% et 80% de sa production, notamment aux États-Unis, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. Elle met actuellement la dernière touche à un projet qui prendra la route de l'Afrique du Sud.

L'entreprise a été fondée en 1984 par René Simoneau, un soudeur chaudronnier (réparateur de chaudières) qui a quitté les Cantons-de-l'Est avec sa femme et ses enfants pour tenter sa chance comme entrepreneur dans la région de Montréal. Sa fille Nancy s'est jointe à l'entreprise en 1988, entre autres afin de payer ses études en management à HEC Montréal.

L'idée de diversifier les activités de l'entreprise a pris forme dans la tête de la jeune femme: pourquoi se limiter à la maintenance des chaudières alors qu'il serait avantageux d'en fabriquer? «Mon père m'a dit O.K., mais c'est moi qui devais m'en occuper. J'ai donc fait équipe avec une boîte de designers [ThermoDesign] que j'ai fini par acheter. Ç'a été un très grand défi. Et je ne peux que remercier mon père de m'avoir fait confiance», dit Nancy Simoneau.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

  • Transferts d'entreprises

    Trois pratiques gagnantes

    La rigueur est la clé de toute transaction, explique François St-Arnaud, avocat spécialisé en fusions et acquisitions d'entreprises. Il nous explique... »

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer