Dernier article de la série de quatre sur le transfert d'entreprise

L'importance de la communication

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Le marché de l'immobilier commercial est en pleine effervescence au... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Transfert d'entreprises

Transfert d'entreprises

Le Québec a très bien préparé sa relève entrepreneuriale au cours des dernières années. Sauf que le départ massif à la retraite des chefs d'entreprise issus de la génération des baby-boomers ne s'est pas matérialisé comme les experts l'avaient prévu, et le nombre d'entreprises à vendre n'est pas aussi élevé qu'on l'avait prédit. Bref, les cédants tardent à transférer leur entreprise à la nouvelle génération. État de la situation. »

Mme Martine Sgariglia, directrice générale de la PME... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Photo André Pichette, La Presse

Mme Martine Sgariglia, directrice générale de la PME Concept SGA, avec son père Jean Sgariglia.

Au même titre que les aspects légaux et fiscaux, la communication est essentielle pour qu'un transfert de PME soit couronné de succès. En fait, la communication entre un chef d'entreprise et sa relève est sans doute la chose la plus élémentaire. Martine Sgariglia et son paternel l'ont compris: c'est pourquoi ils communiquent. Beaucoup.

Martine Sgariglia a commencé à travailler dans l'entreprise de son père Jean, Concept SGA, il y a 22 ans. Elle était alors réceptionniste. En 2003, elle a été promue contrôleuse financière. À 42 ans, elle occupe désormais le poste de directrice générale de cette entreprise de Terrebonne spécialisée dans la fabrication de portes de garde-robe et la distribution de produits (composantes d'escaliers, de moustiquaires, etc.) dans les quincailleries, partout au Canada. D'ici deux ans, elle occupera vraisemblablement le fauteuil de présidente.

Si le processus de transfert semble se dérouler à merveille chez les Sgariglia, c'est en grande partie grâce à la communication. «La principale chose qui nous a aidés dans le processus, c'est lorsque nous avons créé un conseil de famille. Ça a permis à mon père, à ma soeur, à mon frère et à moi de nous exprimer. Mais, surtout, de faire la différence entre la famille, l'entreprise et le patrimoine familial», explique Martine Sgariglia.

Cet exercice a d'ailleurs permis à l'une des filles de Jean Sgariglia de comprendre qu'elle pouvait quitter l'entreprise malgré 10 ans de bons et loyaux services. «Ma soeur ne voulait pas nécessairement demeurer dans l'entreprise, mais elle refusait de partir pour ne pas avoir l'impression de nous trahir. Elle a compris que même si elle faisait carrière ailleurs dans quelque chose qui l'intéressait depuis toujours, elle ferait encore partie de la famille et aurait sa place dans le patrimoine familial», explique la DG de Concept SGA.

De l'argent bien investi

Les Sgariglia n'ont pas hésité à investir des dizaines de milliers de dollars dans le processus de transfert, qui est en cours depuis plusieurs années. Les deux sont membres du Groupement des chefs d'entreprise du Québec: Martine faisait partie d'un club de relève, tandis que son père siégeait à un club des présidents. Aujourd'hui, ils sont respectivement membres d'un club de DG et d'un club de gestion à distance.

Au fil des ans, le père et la fille ont mis sur pied un conseil d'administration qui, avec le temps, s'est transformé en comité consultatif, auquel siègent trois dirigeants d'entreprises invités. Enfin, Martine et Jean Sgariglia ont tous les deux recours aux services d'un coach personnel. De plus, plusieurs opérations ont été effectuées au vu et au su des autres membres de la famille, mais aussi des employés: un gel successoral, un testament, un contrat d'assurances et un premier bloc d'actions transféré à Martine.

La famille d'entrepreneurs n'en fait-elle pas trop? Est-elle trop prévoyante? «Non. Car plus ça va, moins les coachs sont présents. Et les rencontres du comité consultatif n'ont lieu que trois fois par année. Il n'empêche que mon père et moi, on se parle tous les jours. Tous les lundis, nous apportons notre lunch et nous mangeons ensemble», dit Martine Sgariglia.

Elle fait par ailleurs partie de la troisième cohorte de l'École d'entrepreneurship de Beauce. «Notre entreprise grossit et connaît des changements. Je dois m'y adapter et parfaire mes connaissances», affirme-t-elle.

Pour la suite des choses, Concept SGA a choisi la voie de la croissance par acquisitions. En mars dernier, elle mettait la main sur Duvernay, une PME de Terrebonne spécialisée dans les moulures et les accessoires de peinture. Cette prise de contrôle devrait permettre à SGA de connaître une croissance de 25% cette année. La nouvelle directrice générale a faim. Elle lorgne déjà une entreprise de l'extérieur du Québec, sur laquelle elle aimerait mettre la main dans un avenir rapproché.

Bien sûr, elle en a abondamment discuté avec son père.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

  • Transferts d'entreprises

    Comme un couple!

    Un transfert d'entreprise, c'est comme un couple d'amoureux: s'il n'y a aucune communication, c'est le divorce assuré. Cette analogie, Nathalie... »

  • Transferts d'entreprises

    Trois pratiques gagnantes

    Michel Bundock, du Groupement des chefs d'entreprise du Québec, présente trois pratiques gagnantes en matière de communication dans le cadre d'un... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer