Entrevues avec les gourous de l'innovation

Trois nouveaux regroupements sectoriels en recherche industrielle

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Gestion du patrimoine

Cet automne, Desjardins s'est lancé dans la gestion de patrimoine. La... »

Les pays du BRIC

Il y a émergents et émergents. Sur les quelque 25 pays dits... »

Pays émergents

Sixième d'une série de six. Les « onze prochains », appelés Next... »

Recherche universitaire

On ne fait pas qu'enseigner dans les universités, ce sont aussi des... »

Série Innovations

Les PME québécoises n'ont d'autre choix que de s'internationaliser si... »

Plan Nord

La chambre de commerce du Montréal métropolitain a récemment rendu... »

Dossiers  »

Série Innovations

Série Innovations

Les PME québécoises n'ont d'autre choix que de s'internationaliser si elles veulent grandir, voire survivre. Il paraît évident que c'est par l'innovation qu'elles réussiront. »

MARCO BLOUIN: Directeur à la direction de la... (Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale)

Agrandir

Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale

MARCO BLOUIN: Directeur à la direction de la recherche industrielle du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation.

Stéphane Champagne
Stéphane Champagne, collaboration spéciale
La Presse

Les projets de R-D et d'innovation entre le privé et le public vont à nouveau se multiplier. Financés et encadrés par le Ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE), trois regroupements sectoriels en recherche industrielle viendront se greffer aux six déjà existants. Le Québec inc. ne pouvait demander mieux.

Le premier regroupement de cette nouvelle cohorte sera spécialisé dans les véhicules électriques. Il s'inscrit dans le Plan d'action sur les véhicules électriques (PAVÉ) adopté par le gouvernement québécois en avril 2011. L'objectif demeure le même: créer des partenariats entre les centres de recherche publics et les entreprises privées.

«Le Québec n'a pas d'industrie automobile, mais un important pôle dans le transport terrestre. On cherche des gens du milieu pour prendre le ballon et mener des projets à terme. Le processus est très avancé. Les annonces officielles (nom du regroupement, entreprises et centres de recherche ciblés, etc.) se feront d'ici l'automne», explique Marco Blouin, directeur à la direction de la recherche industrielle du MDEIE.

Collaboration et embargo

Le second regroupement visera la fabrication métallique, un secteur névralgique de l'économie québécoise qui génère 125 000 emplois directs. «Il n'y avait pas de volonté du milieu à vouloir travailler ensemble. Ce n'est plus le cas; le secteur s'est rendu compte que pour tirer son épingle du jeu, tout le monde devait collaborer pour mettre au point des produits nichés», poursuit M. Blouin.

Le troisième et dernier regroupement à être créé «demeure sous embargo», selon le responsable de la recherche industrielle du MDEIE. Impossible d'en apprendre davantage. Est-ce que ce sera dans le secteur agroalimentaire? «Les paris sont ouverts», lance à la blague Marco Blouin.

Regroupement des ressources

Les regroupements sectoriels en recherche industrielle ont pris forme dans la foulée de la Stratégie québécoise en recherche et en innovation (SQRI) créée en 2007. Avant, des initiatives avaient été mises de l'avant, notamment le Consortium de recherche et d'innovation en aérospatiale du Québec (CRIAQ), mais elles évoluaient en vase clos. Le MDEIE a choisi de les rassembler.

Dotés d'un budget de 15 millions, les regroupements sectoriels comprennent, outre l'aérospatiale, les secteurs suivants: le Partenariat de recherche orientée en microélectronique, photonique et télécommunication (PROMPT-Québec); le Consortium en innovation numérique du Québec (CINQ); le Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM); le Centre de recherche et d'innovations en bioprocédés industriels au Québec (CRIBIQ); de même que le Consortium de recherche en plasturgie et composites du Québec (CRPCQ).

Toutes les entreprises y sont admissibles. Seul critère d'admission: être membre d'un regroupement. Les frais (adhésion, frais d'utilisation, etc.) varient d'un consortium à l'autre. Cela va de quelques centaines à quelques dizaines de milliers de dollars. Ces frais représentent la part que le privé injecte dans la viabilité des regroupements, lesquels sont tous des organismes sans but lucratif (OSBL).

Partager

La Presse Affaires vous suggère

  • La création réinventée

    Série Innovations

    La création réinventée

    Il a conseillé des centaines d'équipes de direction au cours des 35 dernières années. À 69 ans, Marcel Côté, fondateur de SECOR, n'a rien perdu de... »

  • Portfolio

    Quatre pratiques gagnantes

    1. Il faut innover continuellement. Il faut chercher à tout améliorer: le produit, les coûts de production, les bénéfices sur le produit, etc. Il... »

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer