Sécurité mobile

Revenir à la base

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Immobilier commercial

Après des années moroses, les propriétaires de tours de bureaux du... »

Aérospatiale

Les grands donneurs d'ouvrage, comme Bombardier, Boeing ou Airbus, ne... »

Portrait 2017: Centre-du-Québec

En matière d'emplois, de croissance et d'entrepreneuriat, le... »

Gestion du patrimoine

La gestion de patrimoine est parfois perçue comme un service destiné... »

CELI

La valeur du compte d'épargne libre d'impôt (CELI) du Québécois moyen... »

Portrait 2017: Côte-Nord

Il y a encore quelques années, la Côte-Nord connaissait un important... »

Universités et entreprises

Chercheur et entrepreneur sont deux métiers bien différents. C'est... »

REER

Trois athlètes, trois étapes de la vie. Cette semaine : le cycliste... »

Dossiers  »

Sécurité des entreprises

Sécurité des entreprises

Un employé qui met la main sur des documents confidentiels et qui s'empresse de les refiler à votre concurrent. »

Alain McKenna, collaboration spéciale
La Presse

Elles sont nombreuses, les entreprises canadiennes à encore avoir le BlackBerry tatoué sur le coeur, mais plus les fabricants rivaux de Research In Motion (RIM) gagnent du terrain, plus elles lorgnent les appareils signés Apple, Samsung et autres. Il s'agit du bon moment pour introduire une politique d'utilisation simple, mais efficace.

C'est ce que recommande Normand Cyr, président de Mobile Maestria, à Terrebonne, spécialiste de la gestion d'appareils mobiles pour entreprises. «Ça prend une politique du gros bon sens: si elle est trop stricte, il y aura toujours un employé pour essayer de la contourner. Si elle est trop permissive, ça ouvre la porte à d'autres types de risques.»

À grande échelle, des facteurs comme le vol ou la perte d'appareils agacent plus d'un gestionnaire. C'est un phénomène si sérieux au Canada que le CRTC a dû intervenir, au début du mois d'octobre, en obligeant les fournisseurs de services sans fil à adopter des mesures désactivant les appareils volés, ce qui élimine l'attrait du marché noir d'appareils comme le fameux iPhone d'Apple.

L'importance des données

Plus terre-à-terre, de nouveaux services, comme le stockage web à la Dropbox et l'échange de documents confidentiels par mobile, forcent les experts en sécurité à s'adapter sans cesse.

Les fabricants s'ajustent aussi: Microsoft et RIM notamment, planchent sur des téléphones à «personnalités multiples», avec un compte professionnel de jour et un compte personnel de soir.

Dans ce contexte, les entreprises ne doivent pas perdre de vue l'essentiel: protéger les données plutôt que les appareils. «Le vol d'appareils, c'est agaçant, mais c'est rarement une faille de sécurité. Les voleurs réinitialisent et revendent le combiné. En revanche, on peut facilement échapper des bribes d'information confidentielle en pleine téléconférence alors qu'on est assis à la terrasse d'un café. C'est pour ça que l'important, c'est une politique d'entreprise que tous les employés connaissent et respectent», conclut M. Cyr.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

Blogues >

Blogues >

Le blogue immobilier

Le blogue immobilier

Merci, bonsoir

publicité

image title
Fermer