Sécurité mobile

Revenir à la base

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Mines

Depuis la présentation de la vision stratégique du développement... »

Portrait 2017: Montérégie-Ouest

Géographiquement bien positionnée entre Montréal, l'Ontario et les... »

PME à l'international

Les produits laitiers, le bois d'oeuvre et l'énergie : Donald Trump... »

Portrait 2017: Longueuil

L'agglomération de Longueuil sera le théâtre d'investissements se... »

Développement durable

Signe des temps, les entreprises mettent en place de plus en plus... »

Planification de la retraite

Plusieurs moyens existent pour préparer financièrement une retraite.... »

Saint-Laurent

La concurrence mondiale est vive sur la planète « innovation », et... »

Femmes en finance

Présence des femmes aux conseils d'administration, promotion des... »

Dossiers  »

Sécurité des entreprises

Sécurité des entreprises

Un employé qui met la main sur des documents confidentiels et qui s'empresse de les refiler à votre concurrent. »

Alain McKenna, collaboration spéciale
La Presse

Elles sont nombreuses, les entreprises canadiennes à encore avoir le BlackBerry tatoué sur le coeur, mais plus les fabricants rivaux de Research In Motion (RIM) gagnent du terrain, plus elles lorgnent les appareils signés Apple, Samsung et autres. Il s'agit du bon moment pour introduire une politique d'utilisation simple, mais efficace.

C'est ce que recommande Normand Cyr, président de Mobile Maestria, à Terrebonne, spécialiste de la gestion d'appareils mobiles pour entreprises. «Ça prend une politique du gros bon sens: si elle est trop stricte, il y aura toujours un employé pour essayer de la contourner. Si elle est trop permissive, ça ouvre la porte à d'autres types de risques.»

À grande échelle, des facteurs comme le vol ou la perte d'appareils agacent plus d'un gestionnaire. C'est un phénomène si sérieux au Canada que le CRTC a dû intervenir, au début du mois d'octobre, en obligeant les fournisseurs de services sans fil à adopter des mesures désactivant les appareils volés, ce qui élimine l'attrait du marché noir d'appareils comme le fameux iPhone d'Apple.

L'importance des données

Plus terre-à-terre, de nouveaux services, comme le stockage web à la Dropbox et l'échange de documents confidentiels par mobile, forcent les experts en sécurité à s'adapter sans cesse.

Les fabricants s'ajustent aussi: Microsoft et RIM notamment, planchent sur des téléphones à «personnalités multiples», avec un compte professionnel de jour et un compte personnel de soir.

Dans ce contexte, les entreprises ne doivent pas perdre de vue l'essentiel: protéger les données plutôt que les appareils. «Le vol d'appareils, c'est agaçant, mais c'est rarement une faille de sécurité. Les voleurs réinitialisent et revendent le combiné. En revanche, on peut facilement échapper des bribes d'information confidentielle en pleine téléconférence alors qu'on est assis à la terrasse d'un café. C'est pour ça que l'important, c'est une politique d'entreprise que tous les employés connaissent et respectent», conclut M. Cyr.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer