Piscine en milieu naturel

Une nouvelle destination pour les futurs plongeurs

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2016: Laurentides

Elle a connu l'un des plus importants booms démographiques au Québec... »

Portrait 2016: Vallée-du-Haut-Saint-Laurent

L'achèvement de l'autoroute 30 a amené de nouvelles perspectives de... »

Gestion du patrimoine

Aisés mais débordés par leur horaire chargé, de nombreux... »

Comptables

Nouvelle présidente à l'Ordre des comptables professionnels agréés,... »

Portrait 2016: Côte-Nord

Annulation du projet de FerroQuébec à Port-Cartier, mise en veilleuse... »

Gouvernance

L'activisme des actionnaires d'entreprises cotées en Bourse fait... »

Planification de la retraite

Élever un seul enfant peut coûter 10 000$ par année au Québec, selon... »

Dossiers  »

Salaberry-de-Valleyfield

Salaberry-de-Valleyfield

On en parle depuis des années, mais cette fois, c'est bien vrai. L'autoroute 30 sera achevée d'ici six mois et les retombées sur Salaberry-de-Valleyfield seront immédiates ... et appréciées! »

Sur le même thème

Martine Letarte, collaboration spéciale
La Presse

Une piscine en milieu naturel a été installée ce printemps sur le quai du Vieux Canal, au centre-ville de Salaberry-de-Valleyfield.

Les écoles de plongée sous-marine peuvent maintenant amener leurs élèves dans cette piscine en milieu naturel fraîchement conçue et installée par la Société du Vieux Canal de Beauharnois, à Salaberry-de-Valleyfield.

«C'est une première au Québec et possiblement en Amérique du Nord. On a cherché et on n'a pas trouvé une autre piscine du genre», indique Peter Truksa, président de la Société du Vieux Canal de Beauharnois.

L'idée est venue de Jean-Michel Lalonde, du centre de plongée ÉcoDive, située justement aux abords du Vieux Canal.

«Au Québec, la grosse difficulté pour les écoles de plongée est de trouver des piscines pour donner les cours. Souvent, on loue des piscines dans des complexes sportifs, mais c'est souvent onéreux et les horaires sont peu flexibles», affirme M. Lalonde.

«Aussi, le chlore dans les piscines abîme l'équipement de plongée, affirme M. Truksa qui est lui-même un plongeur. Comme la piscine est en milieu naturel, c'est aussi beaucoup plus intéressant pour les plongeurs puisqu'ils sont en eau libre.»

La conception

La Société du Vieux Canal de Beauharnois a dessiné les plans de la piscine avec Jean-Michel Lalonde.

«Le fait de réaliser les plans nous-mêmes nous a permis de garder nos coûts bas. C'est ce qui nous permet aussi maintenant de louer la piscine à prix abordable aux écoles de plongée», note Peter Truksa.

La piscine compte un plancher en acier galvanisé sur deux paliers, un à une profondeur de 4 pieds et l'autre à 15 pieds. La piscine est semi-fermée.

L'installation est en suspension pour ne pas détruire les milieux de vie. Les premières ébauches de la piscine ont été réalisées il y a un an et demi. La construction s'est faite à partir de février. L'installation a démarré en mai et a été achevée au cours des derniers jours.

«Les écoles de plongée peuvent maintenant réserver des plages horaires pour donner des cours. Il peut même y avoir des cours de nuit», indique M. Truksa.

Salaberry-de-Valleyfield tente donc de plus en plus de s'imposer comme destination de choix pour la plongée sous-marine au Québec. La piscine en milieu naturel vient donc s'ajouter à l'offre.

«D'ailleurs, tout le monde à qui on a présenté le projet était très enthousiaste, remarque M. Truksa. C'est un projet rassembleur et novateur pour la région. »

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer