La mauvaise santé pèse sur l'État

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Contrastant avec l'inquiétude qui règne actuellement dans... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Recherche universitaire

Recherche universitaire

On ne fait pas qu'enseigner dans les universités, ce sont aussi des haut-lieux de la recherche. Des recherches qui souvent mènent vers des applications concrètes, salvatrices et bénéfiques. En voici quelques-unes. »

Si les Américains de 50 ans étaient en aussi bonne santé que leurs vis-à-vis... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo archives La Presse Canadienne

Guy Paquin, collaboration spéciale
La Presse

Si les Américains de 50 ans étaient en aussi bonne santé que leurs vis-à-vis européens, l'État économiserait environ un trillion de dollars dès 2050. C'est ce qui ressort d'une étude publiée en 2011 dans le Journal of Social Science and Medicine par Pierre-Carl Michaud et fondée sur ses recherches ainsi que celles de son équipe.

Pierre-Carl Michaud est économiste et chercheur à l'UQAM et à la Rand Corporation. Il part de la constatation que l'espérance de vie des Américains est en chute libre depuis 1975.

«Cinquante ans, c'est l'âge charnière. Si vous arrivez là en bonne santé, vos chances de durer sont excellentes. Par contre, si vous êtes miné par l'obésité et le tabagisme, les risques de souffrir de maladies sont plus grands.» Depuis 1975, les Américains sont de moins en moins en forme à l'âge crucial.

Les impacts sont énormes, selon l'économiste. «Les coûts pour les caisses de retraite et pour les assureurs, privés comme publics, sont astronomiques. Si on arrivait, par quelques coups de baguette magique, à retourner au niveau d'obésité des quinquagénaires de 1980, les économies, d'après notre modèle, seraient de 400 milliards.» Et on ne parle même pas du tabagisme.

Nos voisins du Sud ont dressé l'oreille devant cet avertissement. En septembre 2011, les National Institutes of Health (NIH) américains ont attribué 4,2 millions pour soutenir la recherche de M. Michaud et de ses collègues de la Rand Corporation, de l'UQAM et de l'University of South California.

On veut en savoir plus long sur la valeur des assurances pour les soins de longue durée. Les NIH veulent aussi approfondir les comparaisons internationales. Ils veulent mesurer les différences d'un continent à l'autre quant aux effets du stress sur la santé des quinquagénaires, principalement ceux qui sont liés au travail.

L'INSTITUTION: UQAM

LA RECHERCHE: mesurer les impacts économiques de la mauvaise santé des quinquagénaires, principalement les troubles liés au tabagisme et à l'obésité

UNE APPLICATION: adapter les régimes de retraite et d'assurance maladie à ces réalités liées au vieillissement

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer