Pascal Hurtubise, conseiller juridique d'avenir: à l'assaut d'investissements étrangers pour Boralex

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

REER

Trois athlètes, trois étapes de la vie. Cette semaine : le cycliste... »

Financement d'entreprise

Vous cherchez du financement, car vous avez un projet d'expansion ou... »

Formation des ingénieurs

Les universités et écoles de génie mettent sur pied différentes... »

Efficacité énergétique

Refaire l'isolation? Changer les portes, les fenêtres? Adopter un... »

Employeurs de choix

Le programme Employeurs de choix Aon au Canada retient cette année 79... »

PME en démarrage

La Presse vous présentera au cours des procaines semaines six... »

PME

Les entrepreneurs n'aspirent pas tous à devenir le prochain Alain... »

Industrie minière

La remontée du prix de l'or pourrait venir à la rescousse de... »

Dossiers  »

Prix des conseillers juridiques

Prix des conseillers juridiques

La 5e présentation des Prix des conseillers juridiques du Québec a eu lieu le mois dernier, à l'hôtel Omni Mont-Royal. Lors de cette soirée, cinq membres du Barreau qui pratiquent en entreprise ont été honorés devant près de 300 personnes de la communauté juridique montréalaise. »

Pascal Hurtubise, directeur des affaires juridiques chez Boralex.... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Pascal Hurtubise, directeur des affaires juridiques chez Boralex.

Martin Primeau, collaboration spéciale
La Presse

Attirer des investissements de centaines de millions de dollars représentait l'année dernière une mission loin d'être aisée. Pendant que la planète économique voyait l'Europe et les États-Unis vaciller, une équipe d'avocats montréalais y est quand même parvenue. Un exploit de 750 millions de dollars auquel a contribué le jeune expert en droit Pascal Hurtubise, de Boralex.

Ce directeur des affaires juridiques a fait la navette entre le Québec, les États-Unis et l'Allemagne maintes fois en 2011 pour négocier, avec de grands argentiers, les conditions de financement du parc éolien de la Seigneurie de Beaupré, le plus grand en développement au Québec.

«Ç'a été tout un défi, se rappelle-t-il. On cherchait à former un consortium de prêteurs étrangers à un moment où tout le monde était frileux.»

Après six mois de représentations et de séances de négociations, il scelle en novembre 2011 une entente de financement avec une dizaine de groupes financiers, notamment la Deutsche Bank, la Banque de Tokyo et la Caisse de dépôt et placement du Québec. Une étape incontournable au développement du parc éolien dont l'inauguration est prévue en décembre 2013.

Mais il n'y a pas que les projets de centaines de millions qui animent l'avocat de 33 ans. «Plus récemment, il y a aussi eu des projets plus petits qui ont demandé tout autant d'efforts, souligne-t-il. Il faut travailler avec la même passion, peu importe la taille du dossier: les projets de 5 à 10 millions peuvent être tout aussi complexes.»

Finaliste déjà en 2010 pour le même prix, l'avocat de Boralex a remporté cette année le titre de conseiller juridique d'avenir. Un prix qu'il s'est empressé de partager avec tous les membres de son équipe tout en remerciant l'entreprise où il travaille.

«C'est un honneur d'être reconnu par ses pairs, dit-il. Plusieurs projets de grande qualité ont vu le jour au cours des dernières années chez Boralex, et ils ont attiré par ricochet les réflecteurs sur les gens qui y ont travaillé.»

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer