60 secondes pour convaincre: Chic Marie remporte son pari

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

PME en démarrage

PME en démarrage

La Presse vous présentera au cours des procaines semaines six capsules dans lesquelles de jeunes entrepreneurs montréalais disposent de 60 secondes pour vous convaincre du potentiel de leur entreprise. Vous serez par la suite invité à sélectionner votre entreprise favorite, à qui nous consacrerons un portrait dans le huitième et dernier volet de notre série hebdomadaire. Retrouvez les conseils de Pierre Boivin, Serge Godin, Alain Bouchard, Gilbert Rozon, Charles Sirois, Monique Leroux et Eric Boyko. Retrouvez également des nouvelles de PME québécoises qui s'illustrent un peu partout sur la planète. Dix pages de conseils et solutions aux défis des PME qui se lancent ici et à l'international. »

C'est Chic Marie qui aura su attirer vos clics. L'entreprise cofondée par Marie-Philip Simard, remporte le concours « 60 secondes pour convaincre » organisé par La Presse.

Lorsqu'on lui a appris la nouvelle, au téléphone, l'avocate de formation affichait un enthousiasme indéniable. « On est super contents, dit-elle. C'est une belle marque de confiance. »

Marie-Philip Simard souhaitait ardemment remporter la compétition qui impliquait cinq autres participants. C'était, selon elle, une occasion de gagner encore plus en visibilité, alors que son entreprise entame une poussée de croissance.

« Notre modèle d'affaires n'est pas facile à comprendre pour tout le monde, alors on prend toutes les occasions qui se présentent pour l'expliquer. » - Marie-Philip Simard

En mobilisant son réseau ainsi que les abonnés Facebook de Chic Marie, Marie-Philip Simard aura non seulement réussie à « faire sortir le vote », mais aussi à élargir sa clientèle en l'espace d'un mois.

« On a presque doublé le nombre de nos clients », confie-t-elle.

S'HABILLER DIFFÉREMMENT

Chic Marie utilise le web pour seule vitrine, et loue des vêtements tout aller en échange d'un abonnement mensuel de 55 $. Si le vêtement vous plaît, vous pouvez même l'acheter. Sinon, vous le retournez par la poste. Le vêtement est alors lavé et repassé, puis acheminé à un nouveau client. S'il est invendu, Chic Marie le retire à un certain moment de la circulation et le remet à un organisme de charité.

Alors que l'entreprise ciblait initialement la femme d'affaires, elle s'adresse depuis mars dernier à une clientèle moins nichée, mais tout aussi désireuse de renouveler sa garde-robe fréquemment. Bref, elle s'adresse à toutes les femmes.

Cette décision aura été salutaire pour Chic Marie qui a vu depuis sa clientèle gonfler d'environ 40 % chaque mois.

Après avoir fait le plein de clientes au Québec, l'entreprise tente maintenant de se faire connaître à Toronto. Elle y a d'ailleurs effectué un lancement en octobre dernier, et y expédie depuis ses vêtements à partir de son siège social montréalais.

Le procédé différera toutefois lorsque Chic Marie aura mis le pied aux États-Unis, ce qui est prévu pour 2017. Afin d'éviter de possibles problèmes aux douanes, l'entreprise misera sur un entrepôt au New Jersey. Sa mise en activité est prévue pour juillet prochain, selon Marie-Philip Simard.

Cette expansion aura évidemment son coût, et l'avocate sait déjà comment elle financera l'opération.

« Nous ferons une annonce en janvier à ce sujet, mais les investisseurs sont déjà confirmés », confie-t-elle. Selon elle, Chic Marie misera sur un investissement de plus de 1 million pour lancer ses activités à New York, Boston et Philadelphie, notamment.

UN CONSEILLER TECHNO

D'ici là, Chic Marie cherchera à améliorer sa plateforme web en y intégrant un outil d'intelligence artificielle. Les clientes qui n'auront pas sélectionné de vêtements, par exemple, recevront chez elles des morceaux qui collent à leurs goûts et préférences.

« Notre objectif, c'est de nous approcher d'un taux de succès de 90 % », explique Marie-Philip Simard, en parlant de rétention des vêtements.

L'outil misera d'une part sur les informations fournies par la cliente, comme son âge, sa profession, ses goûts et son historique de préférences, mais pas seulement.

« Si la personne nous autorise à le faire, on ira aussi analyser ses goûts sur Pinterest et ses photos pour voir quelles couleurs elle aime porter. »

La stratégie permettra aussi à l'entreprise d'effectuer des achats de façon plus « intelligente », selon sa présidente.

« Avec cet outil, on va savoir combien de morceaux il nous faut pour chaque couleur et chaque taille », ajoute-t-elle.

Selon elle, l'acquisition et le traitement automatique de données deviendront tôt ou tard un incontournable pour les commerçants. « On veut être en avant de la vague », indique-t-elle.

Partager

publicité

publicité

publicité

Blogues >

Blogues >

Le blogue immobilier

Le blogue immobilier

Merci, bonsoir

publicité

image title
Fermer