Série-PME

De local à mondial: Le savoir-faire québécois brille à l'étranger

Clément Binet, président et cofondateur de la PME québécoise Techno... (PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Clément Binet, président et cofondateur de la PME québécoise Techno Pieux.

PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

PME en démarrage

PME en démarrage

Par définition, une startup est une jeune entreprise innovante qui a un fort potentiel de croissance. Mais comment faire pour atteindre cette étape de développement? De l'idée originale, aux portes de la croissance, La Presse présente une série de quatre semaines sur les PME en démarrage. »

Stéphane Champagne

Collaboration spéciale

La Presse

L'inventivité et le savoir-faire québécois continuent de briller à l'étranger. Voici quatre PME qui ne cessent de prendre du galon aux quatre coins du monde. Les pieux vissés, équipements agricoles, produits de santé naturels et autres solutions de surveillance pour les transformateurs à haute tension made in Québec trouvent preneurs comme jamais à l'international.

Techno Pieux arrive en Nouvelle-Zélande

Parce qu'elle a grandement amélioré la technologie des pieux vissés et conçu la machinerie servant à les installer, la PME québécoise Techno Pieux poursuit sa croissance à l'étranger. L'entreprise de Thetford Mines compte désormais 121 concessionnaires/revendeurs dans 10 pays. Elle vient d'ouvrir un autre point de vente aux États-Unis, où elle est déjà présente dans 14 États. En France, l'entreprise, fondée en 1993 par Clément Binet et Daniel Thivierge, compte 25 concessionnaires, soit autant qu'au Québec. Elle vient ajouter la Nouvelle-Zélande à sa liste. Le nombre de revendeurs a également été à la hausse en Ontario et dans l'Ouest canadien. Cette croissance est notamment attribuable à l'utilisation des produits de Techno Pieux (Techno Metal Post, en anglais) dans deux émissions de rénovations de la populaire chaîne télé HGTV. «Oui, on fait un peu de prospection, mais ce sont surtout les gens qui viennent vers nous, qui veulent avoir nos produits», explique Clément Binet, président. À court terme, le Texas et les pays scandinaves sont dans la ligne de mire de la PME de 55 employés qui compte des installations à Thetford Mines et à Terrebonne. En plus de dessiner et de concevoir ses propres pieux vissés, l'entreprise fabrique des véhicules (3 modèles vendus entre 25 000 et 150 000$) télécommandés qui servent à installer ces mêmes pieux.

David Vallières, vice-président, ventes et marketing, de la PME Valmetal.... (PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 2.0

Agrandir

David Vallières, vice-président, ventes et marketing, de la PME Valmetal.

PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE

Opération séduction pour Valmetal

Au lieu de chercher uniquement à conquérir de nouveaux marchés, la PME Valmetal veut consolider sa présence dans les 30 pays d'Amérique du Nord, d'Europe et d'Asie où elle est déjà active. L'entreprise de Drummondville est un manufacturier d'équipements visant à mécaniser et à automatiser l'alimentation dans les fermes laitières. Elle fabrique des dizaines de pièces d'équipements (vendues entre 1500 et 70 000$), dont des chariots, des mélangeurs et des convoyeurs. Dans sa stratégie, l'entreprise de 130 employés vient, par exemple, d'augmenter ses budgets de publicité en France, en Finlande et en Estonie, où le potentiel de croissance est très intéressant, explique David Vallières, vice-président, ventes et marketing. Sinon, la PME participe à une cinquantaine de foires commerciales annuellement. De l'EuroTier en Allemagne, où une présence peut coûter jusqu'à 60 000$, à Oshkosh, au Wisconsin (environ 6000$ en frais de participation), Valmetal veut être vue partout. Et ça fonctionne: l'entreprise a enregistré un chiffre d'affaires d'environ 31 millions en 2013-2014. De 48% l'an dernier, les revenus issus des exportations de l'entreprise familiale ont franchi la barre des 50% cette année. Valmetal souhaite augmenter sa présence en Chine, où elle aimerait exporter davantage que «quelques conteneurs par année».

Guy Michaud, président et fondateur de Corporation Genacol.... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Guy Michaud, président et fondateur de Corporation Genacol.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Genacol frappe aux portes de l'Asie

La liste des pays où elle exporte n'a pas fini de s'allonger pour Corporation Genacol. Grâce à une entente de distribution avec le géant asiatique Zuellig Pharma, le fabricant québécois de produits de santé naturels visant à réduire les douleurs articulaires a des visées sur une douzaine de pays en Asie. Le Genacol en capsules, produit-phare de la PME de Blainville, est testé depuis juillet dernier dans une cinquantaine de cliniques en Thaïlande, explique Guy Michaud, président et fondateur. Si les résultats sont concluants, Zuellig Pharma pourrait ouvrir toutes grandes les portes de plusieurs pays où elle est présente, notamment au Viêtnam et en Corée du Sud. À ce jour, Corporation Genacol, qui compte 20 employés, est active dans une quarantaine de pays. Son chiffre d'affaires avoisine les 12 millions. Pas si mal pour une entreprise qui, dans la foulée d'un important programme d'homologation des produits de santé naturels par le gouvernement fédéral, a perdu des plumes en 2010. «Plusieurs entreprises dans le secteur ont disparu à cette époque. Nous avons survécu notamment grâce à nos finances saines. Nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère d'expansion», dit Guy Michaud. Le fait d'avoir tenu des études cliniques sur les vertus du Genacol et d'avoir enregistré sa marque de commerce (pour éviter qu'un tiers ne se l'approprie) dans les pays où il comptait exporter a également été très salutaire, indique le président de Corporation Genacol.

Richard Bérubé, président et principal actionnaire de la PME Morgan... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Richard Bérubé, président et principal actionnaire de la PME Morgan Schaffer.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Californie: alliance stratégique pour Morgan Schaffer

Morgan Schaffer, cette PME spécialisée dans les solutions de surveillance pour les transformateurs à haute tension, vient de signer une alliance stratégique avec l'un des plus importants producteurs d'électricité de la Californie. Cette entente est en lien avec la nouvelle division logiciels de l'entreprise de l'arrondissement de LaSalle. «Outre la vente de 400 licences pour l'utilisation de notre logiciel, il y aura transfert d'expertise, explique Richard Bérubé, président et principal actionnaire. Nous allons développer avec eux un module supplémentaire. Nous aurons l'exclusivité mondiale, et ils toucheront des royautés. S'associer à de grands joueurs nous permet d'avancer.» Morgan Schaffer est déjà présente dans 80 pays, où elle vend ses appareils de surveillance de transformateurs. On retrouve ceux-ci entre autres dans les parcs éoliens et les postes électriques. Cette division représente 85% du chiffre d'affaires (actuellement de 30 millions) de la PME. Sinon, l'entreprise tire environ 10% de ses revenus de l'analyse de l'huile des transformateurs à partir de ses laboratoires montréalais. Les logiciels ne représentent pour le moment qu'une infime partie des ventes de Morgan Schaffer. L'an dernier, la PME de 120 employés a ouvert un laboratoire en sol américain, son plus important marché. Ce faisant, elle espère profiter de tous les investissements qui ont été réalisés ces dernières années afin de renforcer et d'agrandir les grands réseaux de distribution d'électricité de l'Oncle Sam.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer