Série-PME

De local à mondial: Le club « privé » de Québec inc. international

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

PME en démarrage

PME en démarrage

Par définition, une startup est une jeune entreprise innovante qui a un fort potentiel de croissance. Mais comment faire pour atteindre cette étape de développement? De l'idée originale, aux portes de la croissance, La Presse présente une série de quatre semaines sur les PME en démarrage. »

Sur le même thème

Simon Lord
La Presse

Rien de mieux qu'un chef d'entreprise québécois expérimenté sur les marchés étrangers pour en aider un autre à poursuivre son expansion à l'international.

Bien entourés, c'est précisément le type d'expertise à laquelle ont accès les membres du Réseau QG100. «Notre mission est de favoriser le partage de savoir-faire en commerce international entre les dirigeants d'entreprises québécois», explique Alain Dudoit, conseiller principal du regroupement.

Pour ce faire, le groupe organise des rencontres, des formations et d'autres activités axées sur le transfert des meilleures pratiques d'affaires à l'échelle internationale. Les sujets abordés vont de la réduction du risque au contrôle des coûts, en passant par la gestion du temps.

Pas un incubateur

Le réseau n'est toutefois pas un incubateur d'entreprises. Les membres réalisent des ventes annuelles de 100 millions, en moyenne. «Nous focalisons sur les firmes ayant déjà une empreinte internationale. Notre but est d'en faire de véritables leaders mondiaux dans leur secteur», précise M. Dudoit.

Les plus petites firmes ont aussi leur place, même si un chiffre d'affaires minimum de 25 millions de dollars est exigé pour devenir membre. «Une firme de cette taille, active dans un marché de niche, peut se retrouver parmi les trois plus grandes au monde», illustre-t-il.

Pour favoriser la convivialité, un maximum de 100 membres a été établi, d'où le nom QG100, pour «Québec Global 100». Le nombre exact de firmes faisant partie du regroupement est toutefois une donnée secrète. Tout comme le nom de plusieurs membres.

«Nous voulons rester discrets et assurer la confidentialité aux membres. Pour intégrer le groupe, une firme doit d'ailleurs être invitée», indique M. Dudoit.

Elle est ensuite soumise à un processus de sélection où ses finances et sa vision sont scrutées à la loupe.

La recette semble fonctionner. Les membres du réseau sont présents dans plus de 170 pays et réalisent un chiffre d'affaires à l'international d'environ 60 milliards de dollars, une somme équivalant aux deux tiers du budget du Québec.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer