Série-PME

Portraits d'innovateurs : jeunes entrepreneurs, nouvelles idées

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

PME en démarrage

PME en démarrage

Par définition, une startup est une jeune entreprise innovante qui a un fort potentiel de croissance. Mais comment faire pour atteindre cette étape de développement? De l'idée originale, aux portes de la croissance, La Presse présente une série de quatre semaines sur les PME en démarrage. »

Samuel Larochelle

Collaboration spéciale

La Presse

Chaque année, de petites révolutions naissent dans la tête des jeunes entrepreneurs du Québec. Voici les nouveaux projets de certaines des personnalités d'affaires les plus en vue de la nouvelle génération.

Christine Renaud... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Christine Renaud

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Lancer un nouveau produit Christine Renaud

Trois ans après avoir fondé E-180, site de jumelage où les usagers sont invités à mettre en commun leurs connaissances, Christine Renaud vient d'obtenir 434 000$ du Fonds des médias pour lancer une application mobile, qui sera offerte sur iOS en janvier. L'application permettra aux gens fréquentant simultanément un espace (musée, aéroport, etc.) de voir les offres et les demandes de connaissances des usagers qui les entourent. «Nous voulons créer des rendez-vous de cerveaux (brain dates) spontanés et nous cherchons activement des espaces désirant faire partie de notre réseau d'affiliés, explique Mme Renaud. Nous espérons rejoindre des centaines de milliers d'utilisateurs.» E-180 a également signé un partenariat d'un an avec l'entreprise new-yorkaise Richard Attias and Associates, afin de transformer ses événements en communautés d'apprentissage. Les prochains arrêts sont prévus au Doha GOALS, au Qatar, et au Global Entrepreneurship Forum, au Maroc.

Louis-Philippe Maurice... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Louis-Philippe Maurice

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Une nouvelle Tournée des entrepreneurs Louis-Philippe Maurice

En plus de faire grandir Busbud, qui permet d'acheter un billet d'autobus à partir d'une application mobile ou d'un site web dans plus de 10 000 villes dans 89 pays, son cofondateur LP Maurice s'implique aussi pour revitaliser l'entrepreneuriat au Québec. Durant l'été, il a coorganisé la toute première Tournée des entrepreneurs, qui a attiré 500 participants à Rouyn-Noranda, Baie-Saint-Paul, Gaspé et Lac-Mégantic. Son objectif était de permettre aux gens d'affaires de Montréal et des régions d'échanger sur des enjeux communs: marketing, RH, financement, commerce électronique, etc. «Quand tu lances une start-up, tu es tout seul dans ton petit monde, dit-il. Peu importe où ils se trouvent et la nature de leurs entreprises, les gens d'affaires pouvaient discuter de leurs méthodes, trouver des partenaires et même des clients.» Les conférences, discussions et visites régionales ont été si appréciées que huit villes ont pris contact avec lui pour accueillir l'édition 2015.

Nadia Bourgeois... (PHOTO FOURNIE PAR FABRITEC) - image 4.0

Agrandir

Nadia Bourgeois

PHOTO FOURNIE PAR FABRITEC

Des investissements en automatisation Nadia Bourgeois

Vice-présidente administration de Fabritec, l'un des plus grands manufacturiers d'armoires de cuisine et de salle de bains au Canada, qui emploie 350 personnes aux usines de Bromont et Mont-Joli. Au cours de la dernière année, elle a vu le fleuron familial devenir l'usine la plus automatisée dans son domaine en Amérique du Nord. Il y a deux ans, Fabritec a acheté la nouvelle machinerie d'une usine de fabrication de portes de thermoplastique du Kentucky, qui venait d'être emportée par la récession. «C'était risqué puisque nous voulions modifier l'équipement pour faire le débitage de nos caissons en mélamine tout en gardant ses fonctions premières», souligne-t-elle. Le système apporte de façon robotisée et automatique la matière première aux centres d'usinage, la débite et sélectionne le produit afin de l'acheminer à la plaqueuse de chants ou à la presse. «Ce fut un long processus d'équipe, mais la technologie a permis à Fabritec de tripler sa production, d'augmenter ses ventes au Canada, et surtout d'ouvrir les horizons sur le marché américain.»

Simon De Baene... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

Simon De Baene

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Lancement d'un nouveau système Simon De Baene

Avec des revenus qui ont triplé dans la dernière année et de nouveaux bureaux deux fois plus spacieux, GSoft peut désormais se concentrer sur le lancement d'Officevibe, un système permettant aux entreprises de mesurer et d'améliorer l'engagement de leurs employés. «Chaque semaine, on envoie un jeu ou une question anonyme, qui exigent quelques secondes, explique le PDG Simon De Baene. Par exemple, on a créé le FaceGame, jeu qui consiste à reconnaître le plus de collègues en 30 secondes. Il permet d'apprendre le nom de tout le monde rapidement et d'instaurer une certaine compétition entre employés. L'aspect ludique aide à atteindre un très haut taux de participation.» Selon les réponses obtenues aux questionnaires et les résultats aux jeux, la plate-forme Officevibe dresse le profil de culture de l'entreprise et présente des recommandations concrètes pour aider l'organisation à s'améliorer. «C'est comparable au sondage annuel utilisé dans plusieurs entreprises, mais au lieu d'être annuel, c'est hebdomadaire, afin de mesurer en temps réel et de réagir en conséquence.»

Marc-Antoine Pinard... (PHOTO FOURNIE PAR STOLO) - image 6.0

Agrandir

Marc-Antoine Pinard

PHOTO FOURNIE PAR STOLO

Après 3 pod, voilà Stolo Marc-Antoine Pinard

Après six ans consacrés à recruter de la main-d'oeuvre spécialisée dans les secteurs des jeux vidéo et de la techno à Montréal, les dirigeants de 3 pod ont décidé de se réorienter en renommant l'entreprise Stolo et en ouvrant un bureau à New York, la semaine dernière. Deux autres bureaux s'ajouteront à Los Angeles et à San Francisco au printemps 2015. En plus d'élargir son champ de recherche à tous les postes où la technologie entre en jeu, Stolo veut redéfinir le recrutement. «On améliore considérablement les méthodes d'embauche ponctuelle: définition minutieuse des besoins des entreprises grâce à notre expertise pointue, amélioration du processus de recrutement, garantie de trouver le bon candidat en 60 heures de travail, affirme le PDG Marc-Antoine Pinard. On offre également de prendre en charge le recrutement d'une entreprise sur une base régulière, pour alléger le travail des ressources humaines et maximiser la réussite. Un peu comme un contrat mensuel. Puis, on élabore un outil de recrutement où les travailleurs seront amenés à décortiquer leurs besoins en détail et à laisser leurs impressions sur certaines offres d'emploi.»

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer