Série-PME

Croître dans des marchés matures

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

PME en démarrage

PME en démarrage

Par définition, une startup est une jeune entreprise innovante qui a un fort potentiel de croissance. Mais comment faire pour atteindre cette étape de développement? De l'idée originale, aux portes de la croissance, La Presse présente une série de quatre semaines sur les PME en démarrage. »

Stéphane Champagne

Collaboration spéciale

La Presse

Pour assurer leur croissance dans des marchés matures, les PME doivent se différencier dans leur façon de travailler, dans leur offre de produits et services, ou bien en misant sur des stratégies de marketing hors des sentiers battus. Portrait de quatre PME.

Benoit Faucher, président de Boulangerie St-Méthode.... (PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 2.0

Agrandir

Benoit Faucher, président de Boulangerie St-Méthode.

PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE

Nouvelle usine sans gluten

Boulangerie St-Méthode est à contre-courant. Au moment où les ventes de pain tranché connaissent une décroissance généralisée d'environ 1% au Québec, cette PME familiale enregistre une hausse annuelle de 15 à 18%, selon son président Benoit Faucher. «On est pionniers dans les pains santé qui goûtent bon, dit-il. Et nos pains sans sucre et sans sel, ceux à faible teneur en sodium et même nos pains ménages continuent de gagner des parts de marché. On ne cherche plus nécessairement à créer de nouveaux produits; on veut plutôt améliorer ceux qu'on commercialise déjà.» Dans la foulée de ce processus d'amélioration continue, l'entreprise de Chaudière-Appalaches vient d'ouvrir, près de son siège social, une nouvelle usine dédiée uniquement à la production de pains sans gluten. L'entreprise compte 300 employés dans ses 3 usines de Saint-Méthode et Magog. Elle produit annuellement environ 25 millions de pains qui se déclinent en 45 produits. Ceux-ci trouvent preneurs à 98% au Québec où, selon Benoit Faucher, «il y a encore de la place pour croître». Selon Nielsen, Boulangerie St-Méthode occupe 12% du marché québécois du pain tranché.

Normand Johnson, président de Précision Service... (PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 3.0

Agrandir

Normand Johnson, président de Précision Service

PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE

Croissance de 35% pour Précision Service

En 2010, au pire de la crise financière mondiale, Normand Johnson a fait le pari d'investir dans une première cellule robotisée dans son atelier d'usinage à Granby. «On me disait que je commettais une grave erreur, que mon robot ne fonctionnerait qu'à temps partiel, dit-il. Ç'a été le meilleur achat de ma vie.» Pendant que plusieurs de ses pairs tirent le diable par la queue, le président de Précision Service connaît une croissance de 35% encore cette année. «Avec mes robots, ajoute-t-il, je peux produire plus avec le même nombre d'employés et réduire mes délais de livraison pour concurrencer les Chinois.» Au cours des trois dernières années, la PME de 20 employés a investi 3 millions dans ses installations. Cela comprend l'achat récent d'un deuxième robot. D'ici deux ans, l'entreprise souhaite faire passer son chiffre d'affaires de 3 à 5 millions. Pour y parvenir, elle vient de créer un partenariat avec Asset, un autre atelier d'usinage de Granby. «Nous les aiderons, et ils feront de même, notamment en nous faisant profiter de leur réseau de ventes», se félicite Normand Johnson. Précision Service compte notamment parmi ses clients la montréalaise Lumen Pulse et Nascar.

Les vélos de montagne et ses vélos de... (PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 4.0

Agrandir

Les vélos de montagne et ses vélos de route de Devinci ne cessent de faire des adeptes.

PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE

Devinci mise sur les équipes de course

Dans un secteur aussi mature que celui des vélos, le fabricant québécois Devinci réussit à enregistrer une croissance variant, selon le territoire, de 10 à 20%. Son secret? La PME mise sur trois équipes de course en vélo de montagne dont elle est propriétaire. «Notre coureur, le Canadien Steve Smith, a remporté la Coupe de monde de descente l'an dernier, explique David Régnier-Bourque, directeur du marketing. Résultat, partout sur la planète, les gens vont chez leur marchand de vélos et veulent un Devinci. Avoir des équipes de course coûte cher, mais c'est le prix à payer pour créer une demande.» Au Québec, la PME de Chicoutimi est très connue pour ses vélos BIXI. Mais ses vélos de montagne et ses vélos de route ne cessent de faire des adeptes dans près de 15 pays. Rien qu'au Costa Rica, les ventes de Devinci ont triplé en un an. Ces temps-ci, la PME de 90 employés bat le fer pendant qu'il est chaud et poursuit sa prospection aux États-Unis (25% de ses ventes) et en Europe (15%). L'entreprise, propriété de Félix Gauthier, vient d'ailleurs de participer coup sur coup à l'EuroBike en Allemagne et à l'Interbike à Las Vegas, les deux plus importantes foires commerciales au monde dédiées au vélo.

Martin Joyal, président de Your Bar Factory... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

Martin Joyal, président de Your Bar Factory

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Nouveaux investissements en automatisation

Entre 2009 et 2013, les revenus de Your Bar Factory sont passés de 3,7 à 8,0 millions. Pour poursuivre sa croissance, cette entreprise de LaSalle, spécialisée dans la fabrication de barres protéinées, a dû investir cette année 2 millions dans l'automatisation d'une importante partie de ses opérations, de même que dans l'achat d'un progiciel de gestion intégrée (ERP). «Mes équipements arrivaient à la fin de leur vie utile et je devais trouver des moyens de réduire mes coûts», explique Martin Joyal, président. Du coup, la capacité de production de l'entreprise est passée de 200 000 à 500 000 barres par jour. La PME de 55 employés est gonflée à bloc et peut désormais se concentrer sur la prospection à l'étranger. Your Bar Factory compte 115 clients pour qui elle développe et fabrique des barres en marques privées. Elle tire 15% de son chiffre d'affaires de l'extérieur de l'Amérique du Nord. «Nous allons réduire nos frais de base afin de compenser pour les autres frais, comme l'envoi de conteneurs à l'autre bout du monde. Si tout va bien, nous espérons atteindre des ventes de 12 millions en 2015», résume Martin Joyal.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer