Série-PME

La recommandation de Serge Beauchemin: caméra stabilisée, croissance dynamisée

Charles Vallières et Mylène Girard... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Charles Vallières et Mylène Girard

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

PME en démarrage

PME en démarrage

Par définition, une startup est une jeune entreprise innovante qui a un fort potentiel de croissance. Mais comment faire pour atteindre cette étape de développement? De l'idée originale, aux portes de la croissance, La Presse présente une série de quatre semaines sur les PME en démarrage. »

Marc Tison
La Presse

Dans un monde où de plus en plus d'entreprises se tournent vers l'Asie pour faire manufacturer leurs produits, comment ne pas être fier de voir une entreprise québécoise fabriquer ses produits ici même à Saint-Hubert et exporter 90% de sa production à l'étranger!

> Shape WLB

> Fondation: 2007

> Propriétaires-fondateurs: Mylène Girard et Charles Vallières

> Siège social: Saint-Hubert

> Employés: 26

Fixée à l'extrémité d'un court manche, la minicaméra demeure parfaitement verticale, quel que soit le mouvement imprimé à son support. Un ensemble de minuscules moteurs et gyroscopes corrigent instantanément son assiette, de manière à lui conserver son pointage. Ce support peut recevoir aussi bien une minicaméra GoPro qu'un téléphone intelligent.

Lancé le 29 septembre dernier, le support de caméra stabilisé I SEE 1 est le dernier-né de la famille Shape WLB.

Pour cette entreprise spécialisée dans les supports pour caméras et l'équipement de tournage cinématographique, c'est une première incursion dans la fabrication électronique. Et c'est un coup de maître: Best Buy a déjà montré de l'intérêt pour le produit.

Shape WLB n'est pas une firme de haute technologie allemande ou japonaise. Elle a été fondée en 2007 à Saint-Hubert par Mylène Girard et Charles Vallières.

Les deux conjoints avaient travaillé 15 ans dans le milieu du cinéma. Au moment de l'arrivée des appareils photographiques numériques, ils ont noté le besoin pour un support portatif permettant de stabiliser les prises de vues vidéo à l'épaule. Charles a fabriqué un modèle, puis deux, puis trois.

Sept ans plus tard, le catalogue compte 225 articles. «On exporte plus de 90% de nos produits à l'extérieur du Canada, indique Mylène Girard. Ils sont entièrement fabriqués au Canada.»

En matière de qualité, elle estime que leurs produits se situent tout juste derrière le leader allemand ARRI - mais à des prix beaucoup plus abordables -, et largement au-dessus des concurrents asiatiques. Cet excellent rapport qualité-prix, souligné par une garantie à vie sur les pièces usinées, explique leur succès sur la scène internationale.

Shape WLB livre de 300 à 500 appareils par mois, ce qui nécessite l'usinage de 450 pièces par jour. Elle fabrique elle-même le quart des composantes. L'entreprise, qui compte 26 employés, utilise à cette fin trois machines-outils numériques.

L'aventure électronique de Shape WLB a commencé il y a un an, avec l'embauche d'ingénieurs et d'assembleurs spécialisés. Le porte-caméra stabilisé I SEE 1 est leur premier produit. Un appareil pour caméras plus lourdes est en cours de conception.

Depuis ses débuts, Shape WLB a connu une croissance de 50% les trois premières années, de 35% les deux suivantes, et de 25% la dernière.

«Grosso modo, on réinvestit toujours dans le développement de l'entreprise, ce qui fait qu'on n'a pas de grand partenariat financier, commente Charles Vallières. On s'autosuffit sur le plan du développement et de la croissance.»

Mais avec l'intérêt que suscite déjà le support I SEE 1 auprès du grand public, une nouvelle scène vient peut-être de s'ajouter au scénario.

Suspense...

Partager

La Presse Affaires vous suggère

  • Série-PME

    Croître dans des marchés matures

    Pour assurer leur croissance dans des marchés matures, les PME doivent se différencier dans leur façon de travailler, dans leur offre de produits et... »

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer