Série-PME

Les conseils de Lise Watier: dosez la raison et la folie!

Lise Watier a fondé l'Institut Lise Watier en... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Lise Watier a fondé l'Institut Lise Watier en 1968, et l'entreprise de cosmétiques homonyme en 1972.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

PME en démarrage

PME en démarrage

Par définition, une startup est une jeune entreprise innovante qui a un fort potentiel de croissance. Mais comment faire pour atteindre cette étape de développement? De l'idée originale, aux portes de la croissance, La Presse présente une série de quatre semaines sur les PME en démarrage. »

Marc Tison
La Presse

Deux anecdotes de Lise Watier, deux leçons. La femme d'affaires montréalaise a fondé l'Institut Lise Watier en 1968, et l'entreprise de cosmétiques homonyme en 1972. Elle a quitté la présidence de cette dernière en 2013.

Raison

Lise Watier lançait son entreprise. Elle s'était trouvé un chimiste et un petit laboratoire. Il avait mis au point la crème dont elle rêvait et il venait de terminer la toute première production. «Je lui ai demandé combien cette production représentait de petits pots. Il m'a dit: «Cent quarante-quatre pots.»J'ai dit: «C'est beaucoup trop! Pouvez-vous m'en faire 72?» J'étais très raisonnable dans mes projections.»

Le catalogue de l'entreprise compte maintenant 450 références de produits. Au cours des dernières années, la croissance a avoisiné 15% par année. Et Mme Watier est demeurée raisonnable.

«Je pense que la croissance s'est toujours effectuée avec les moyens qu'on avait. On n'a pas eu de hauts incroyables suivis de chutes. La croissance a quand même toujours été contrôlée, selon nos capacités.»

Après 42 ans, la maison Lise Watier compte davantage de points de vente qu'il y avait de petits pots lors de la première production: plus de 1500.

C'est la première leçon: même si on voit grand, il faut une progression raisonnée.

Folie

En 1993, Lise Watier s'est réveillée avec une vision: un parfum qu'elle appellerait Neige.

L'idée a laissé froid tout son entourage. Il n'y a rien de capiteux dans les cristaux glacés.

«Mon directeur général m'a suggéré de lancer un concours dans l'entreprise pour trouver un meilleur nom. Je leur ai expliqué que Neige, c'est joyeux, c'est féerique, ça brille...»

Vingt ans plus tard, Neige caracole toujours en tête des ventes de parfum au Québec, et se maintient dans les cinq premières places au Canada. Il demeure le produit le plus rentable de l'entreprise.

«Je pense que l'entrepreneur a toujours de la folie sous la surface, et je pense qu'il faut aller au bout de ses folies, conclut Mme Watier. À moins que ça ruine l'entreprise, bien sûr», corrige-t-elle.

C'est la seconde leçon: la croissance se bâtit aussi à coups d'intuitions bien fondées et de patiente détermination.

Il faut du toupet. Même s'il demeure impeccablement coiffé.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer