Série-PME

Les conseils de Raymond Bachand: faites autrement!

Raymond Bachand... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Raymond Bachand

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

PME en démarrage

PME en démarrage

Par définition, une startup est une jeune entreprise innovante qui a un fort potentiel de croissance. Mais comment faire pour atteindre cette étape de développement? De l'idée originale, aux portes de la croissance, La Presse présente une série de quatre semaines sur les PME en démarrage. »

Marc Tison
La Presse

Ancien ministre des Finances et du Revenu, Raymond Bachand est depuis janvier conseiller stratégique chez Norton Rose Fulbright. Avant d'entrer en politique, il a occupé d'importantes fonctions chez Secor Conseil, Culinar, Metro-Richelieu et au Fonds de solidarité de la FTQ.

Ne pas imiter ses concurrents

«On est passé de 800 millions à 2 milliards pendant les huit ans où j'étais VP au développement chez Metro. On a fait une série d'acquisitions. Quand Provigo a acheté Sports Experts, nos gens nous ont dit qu'il fallait acheter André Lalonde Sport. On a réussi la transaction, mais ce fut un échec monumental. On constate après coup que ce n'était pas notre coeur de métier [core business], qu'il n'y avait pas de synergie entre les produits. On apprend de ses erreurs...»

Ne pas tomber amoureux de ses acquisitions

«Lors d'une acquisition, il faut garder ses objectifs en tête. Dans les négociations, on n'obtiendra pas tout ce qu'on veut, que ce soit sur le plan du prix, de la rétention des gestionnaires, etc. Il est très fréquent qu'après quatre mois de négociations et d'énergie, on dise: OK, c'est parfait, c'est bon. Mais si on comparait avec les critères d'origine, on dirait non. On est tombé amoureux au cours du processus et c'est là qu'on fait une erreur. Il faut savoir se retirer. Émotivement, c'est très dur.»

Songer aux alliances

«Metro était dans le secteur des dépanneurs avec 7 Jours, qui perdait de l'argent. Avec mon équipe, j'ai ramené 7 Jours au seuil de rentabilité, mais on a conclu qu'on ne gagnerait pas dans ce marché-là. On a fait une entente avec Couche-Tard. En achetant 7 Jours, Alain Bouchard devenait numéro 2 dans le marché. On a pris du capital-actions et un contrat de grossiste. C'est une des meilleures transactions que Metro ait jamais faites. Le point stratégique est celui-ci: si tu n'es pas capable d'être parmi les leaders, que ce soit par l'innovation technologique ou en parts de marché, tu vas avoir de la difficulté. Parfois, il est préférable de faire une alliance.»

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer