Retraite: combine gagnante pour les vieux jours

En vue de la retraite, il faut évidemment... (Photo François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

En vue de la retraite, il faut évidemment construire un plan, mais aussi s'en tenir à un suivi de son épargne.

Photo François Roy, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Planification de la retraite

Planification de la retraite

Plusieurs moyens existent pour préparer financièrement une retraite. Chacun comporte ses avantages et ses inconvénients. Bien les connaître facilitera l'accumulation de l'épargne dont vous aurez besoin le moment venu. Et ce sera d'autant plus facile en vous appuyant sur une planification qui tient compte de vos besoins et de vos attentes. »

Jean Gagnon

collaboration spéciale

La Presse

Plusieurs moyens existent pour préparer financièrement une retraite. Chacun comporte ses avantages et ses inconvénients. Bien les connaître facilitera l'accumulation de l'épargne dont vous aurez besoin le moment venu. Et ce sera d'autant plus facile en vous appuyant sur une planification qui tient compte de vos besoins et de vos attentes. Portrait d'une combine gagnante en cinq points.

Le plan

Étant donné que l'espérance de vie s'accroît sans cesse et que les soins de santé s'améliorent continuellement, la retraite sera pour la plupart des gens de plus en plus longue et comportera trois étapes, explique Boyan Ivanov, spécialiste en planification de la retraite chez BMO Groupe financier. Et à chacune d'elles, les besoins seront différents. D'abord, la retraite active, alors que la santé permet toutes les activités désirées : maison de campagne, voyages, etc. Elle peut être dispendieuse, si bien qu'il faut bien identifier les dépenses et prévoir les ressources nécessaires. Puis, la période de transition, généralement entre 75 et 85 ans. On réajuste alors son régime en fonction d'activités et de besoins onéreux. Enfin, la dernière étape où certains besoins, entre autres les dépenses de santé, deviendront plus importants.

Le REER

Cotiser à un REER (régime enregistré d'épargne-retraite) consiste en fait à reporter les revenus à plus tard, tout en retardant le paiement de l'impôt, explique Boyan Ivanov. Mais attention, car l'utilisation optimale du REER dépend beaucoup du taux d'imposition. « Pour la plupart, les revenus baissent à la retraite, ce qui permet d'effectuer les retraits du REER en payant moins d'impôts qu'on l'aurait fait au moment de la cotisation. Mais ce n'est pas le cas pour tous », dit-il. Un autre facteur qui permet de tirer le meilleur du REER est la possibilité du fractionnement des revenus de retraite entre conjoints, ajoute Guy Côté, gestionnaire de portefeuille à la Financière Banque Nationale. « Pour en profiter, les couples ont tout intérêt à avoir chacun un REER et à maximiser les cotisations chaque année », dit-il.

Le CELI

On dit souvent qu'il est un incompris. « Trop de gens estiment à tort qu'il s'agit d'un compte de liquidité », dit Guylaine Dufresne, directrice principale, investissement et planification financière à la Banque Laurentienne. Au contraire, le CELI permet à ceux qui ont utilisé pleinement leurs droits de cotisation à leur REER d'accumuler encore plus d'épargne, et de protéger les revenus de l'impôt. Le montant admissible à un CELI augmente chaque année, et il atteint maintenant 52 000 $, note Guy Côté. C'est la somme que vous pouvez cotiser entièrement aujourd'hui si vous ne l'avez pas encore fait. « Cela commence à faire un bon portefeuille que l'on peut gérer avec une vision de croissance », dit-il. « Toutefois, il faut limiter les risques, car on ne pourra pas utiliser les pertes en capital le cas échéant », ajoute le gestionnaire.

L'immobilier

On dit souvent que posséder de l'immobilier, c'est aussi se bâtir un fonds de pension, entre autres pour ceux qui possèdent des immeubles locatifs. « Il faut toutefois se rappeler que c'est plus qu'un choix financier, et qu'il faudra s'en occuper », dit Guylaine Dufresne. Par ailleurs, il faut éviter que l'immobilier occupe une trop grande part dans la répartition des actifs, explique Guy Côté. C'est qu'il y a beaucoup de dépenses liées à l'immobilier, tels les taxes et tous les frais d'entretien. À la retraite, on peut se retrouver en manque de liquidités si une trop grande partie des actifs est investie dans l'immobilier. « À l'approche de la retraite, il faut diminuer ses investissements dans cette classe d'actifs », dit-il. Les plus jeunes doivent aussi réaliser que l'immobilier n'est plus une aubaine comme cela fut le cas à d'autres époques, selon lui.

Question de goûts

Accumuler de l'épargne en vue de la retraite peut se faire de façon fort agréable lorsque l'on peut combiner ses intérêts personnels avec ses intérêts financiers, suggère Boyan Ivanov. Par exemple, les gens qui aiment bricoler, voire rénover, peuvent accumuler un capital intéressant en possédant des immeubles locatifs, comme les duplex ou les triplex. « Si ce type de travail vous plaît, l'avantage financier peut être de taille », dit-il. De même pour les gens qui aiment l'art et qui possèdent de bonnes aptitudes pour la création. Se consacrer à la peinture ou à toute autre forme d'art dans le but d'en tirer un revenu peut aider à garnir ses économies en vue de la retraite, estime le planificateur financier de la BMO.




La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer