Un plan financier sans fausse note

« Environ la moitié des personnes qui sont à plus de 10... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

« Environ la moitié des personnes qui sont à plus de 10 ans de la retraite n'ont aucune idée de ce qu'elles vont faire pendant cette phase de leur vie », constate Boyan Ivanov, planificateur financier chez BMO.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

Planification de la retraite

Planification de la retraite

Plusieurs moyens existent pour préparer financièrement une retraite. Chacun comporte ses avantages et ses inconvénients. Bien les connaître facilitera l'accumulation de l'épargne dont vous aurez besoin le moment venu. Et ce sera d'autant plus facile en vous appuyant sur une planification qui tient compte de vos besoins et de vos attentes. »

Sur le même thème

Simon Lord

Collaboration spéciale

La Presse

Le plan financier, c'est un peu comme une partition de jazz. Il décrit ce qui s'en vient de façon plus ou moins détaillée, mais laisse place à l'improvisation structurée par moments. C'est un outil essentiel pour savoir où on s'en va. Comment le rédige-t-on?

Dans la plupart des cas, il faut analyser la structure de crédit et établir... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Dans la plupart des cas, il faut analyser la structure de crédit et établir les engagements financiers du client, explique Angela Iermieri, planificatrice financière au Mouvement Desjardins.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Q- Plan de retraite ou plan financier?

R- Le plan de retraite a pour but de préparer et de structurer ses finances en vue de la vie après le travail. Il fait partie du plan financier, qui organise l'ensemble de la vie financière.

«Le plan de retraite commence avec le budget actuel, mais beaucoup de gens n'en font pas. En conséquence, ils ne savent pas où ils gaspillent de l'argent et où ils pourraient épargner plus. C'est important parce que l'épargne est le plus grand élément du plan de retraite», dit Boyan Ivanov, planificateur financier chez BMO.

Q- Quels sont les grands thèmes?

R- Le plan financier touche à plusieurs questions différentes, dont la retraite, bien que tout soit relié.

«On parle de fiscalité. Ça permet de maximiser ses économies d'impôt. On planifie la succession. On regarde les placements des clients pour mettre en place leur portefeuille. On aborde aussi le sujet de la protection, soit les assurances vie ou santé, par exemple», explique Angela Iermieri, planificatrice financière au Mouvement Desjardins.

Ceux qui prévoient avoir des enfants, et peut-être des petits-enfants, doivent aussi réfléchir au financement de leurs études.

Finalement, dans la plupart des cas, il faut analyser la structure de crédit. «Quels sont les engagements financiers de cette personne? Y a-t-il un fonds de prévoyance suffisant? Quelle est la solution optimale?», dit Mme Iermieri.

Q- Qui peut nous aider?

R- L'expert du plan financier, c'est le planificateur financier. «Nous sommes des chefs d'orchestre qui aidons les gens à passer à travers les différents volets à considérer pour faire un bon plan», dit Boyan Ivanov.

Le planificateur financier, c'est donc le généraliste qui élabore le plan et qui s'alliera à des experts, au besoin, pour les questions pointues.

«Les stratégies sont de plus en plus complexes dans chaque domaine. Si on a besoin d'élaborer des stratégies fiscales poussées, on fera intervenir des spécialistes en fiscalité. Faut-il privilégier le REER ou le CELI? Pour la succession, il faudra sûrement voir un notaire», explique Angela Iermieri.

Ça ne coûte pas nécessairement une fortune. Chez Desjardins, par exemple, les membres peuvent faire rédiger un plan de retraite simple gratuitement.

Q- Quand doit-on élaborer le plan?

R- Le moment où ça vaut réellement la peine de faire son plan de retraite pour la première fois, c'est quand ça fait quelques années qu'on est sur le marché du travail, estime Boyan Ivanov.

Les gens sont alors dans la mi-vingtaine ou au début de la trentaine, et ont adopté un rythme de vie particulier. Il y a une certaine stabilité dans leurs revenus et dépenses, et donc dans leur budget. «C'est là que c'est important de couper dans le gras, dit Boyan Ivanov. Parce qu'on a beau être des bons professionnels et connaître notre travail, si quelqu'un vient nous voir à la mi-cinquantaine sans avoir planifié, ça ne nous laisse pas beaucoup de temps de rattrapage.»

Q- À quel moment doit-on le réviser?

R- Règle générale, le plan doit être revu plus fréquemment à mesure qu'on vieillit.

«Je suis obligé, en tant que professionnel, de réviser le plan de mes clients chaque année, explique Boyan Ivanov. Mais d'un point de vue pratique, pour quelqu'un ayant commencé à planifier dans la trentaine, on a juste besoin de le réajuster quand il y a un changement de vie majeur au cours des 10 ou 15 premières années, comme une augmentation de salaire, l'arrivée d'un enfant ou l'achat d'une nouvelle maison.»

Par la suite, plus particulièrement dans les 15 dernières années, ça vaut grandement la peine de revoir le plan chaque année.

Q- Le plan de retraite: un exercice comptable?

R- «Tout ce qui est numérique, tout ce qui est factuel, ça me prend moins de 20% du temps à le faire», évalue Boyan Ivanov.

Le gros du travail, c'est de déterminer le style de vie que les gens désirent avoir après le travail. Environ la moitié des personnes qui sont à plus de 10 ans de la retraite n'ont aucune idée de ce qu'elles vont faire pendant cette phase de leur vie, raconte M. Ivanov.

«Est-on le genre de personne qui va faire des voyages autour du monde? Ou si on va plutôt intégrer un club de cartes et boire une bouteille de vin par semaine?», demande-t-il.

Avant de se lancer dans les détails, il faut donc s'accorder un moment pour réfléchir au changement de rythme à venir et évaluer la portée de ses projets. Sans quoi on risque de déchanter quand la retraite montrera son nez.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer