Sociétés les mieux gérées: le succès passe par l'investissement

Brigitte Vachon, associée leader chez Deloitte et membre... (PHOTO MARTIN LEBLANC, LA PRESSE)

Agrandir

Brigitte Vachon, associée leader chez Deloitte et membre du jury, souligne que les sociétés les mieux gérées ont une performance financière supérieure à la moyenne en tenant compte de leur taille.

PHOTO MARTIN LEBLANC, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Les sociétés les mieux gérées

Les sociétés les mieux gérées

Investir dans les travailleurs, l'innovation et la productivité et être ambitieuse, voilà comment la plus récente cuvée des sociétés les mieux gérées s'est taillé une place au palmarès de Deloitte. »

Investir dans les travailleurs, l'innovation et la productivité et être ambitieuse, voilà ce qui a permis à la plus récente cuvée des sociétés les mieux gérées de se tailler une place au palmarès de Deloitte.

Pour atteindre les plus hauts sommets, les entreprises doivent non seulement recruter les meilleurs, mais aussi les retenir dans l'organisation.

« Elles reconnaissent notamment la valeur d'avoir des idées diverses dans leurs équipes, constate Brigitte Vachon, associée leader chez Deloitte et membre du jury. Cela s'exprime par des origines différentes, la présence de femmes, etc. Il y a une dizaine d'années, peu d'entreprises faisaient la promotion de l'inclusion dans leur candidature. De plus en plus, elles y croient et en parlent. » Les entreprises s'assurent aussi que leurs employés restent les meilleurs en investissant dans leur perfectionnement.

DES INCITATIFS

Afin de conserver ces talents, de plus en plus de sociétés s'inspirent des pratiques des sociétés publiques. « Ça peut prendre la forme d'options d'achat d'actions, par exemple, illustre Mme Vachon. Des initiatives semblables incitent les hauts dirigeants à demeurer au sein de l'entreprise. »

Contrairement à d'autres, les entreprises les mieux gérées investissent continuellement dans l'innovation et les nouveaux équipements. 

Ambitieuses, les lauréates investissent également dans le but de croître. « Elles acquièrent des entreprises et les intègrent bien, estime Mme Vachon. Parfois, cela se traduit aussi par des partenariats. Quand elles veulent aller dans de nouveaux marchés, elles vont souvent s'allier à des acteurs locaux. Les entreprises le font de plus en plus lorsqu'elles vont à l'étranger. Il y a tellement de choses à savoir dans le fonctionnement des autres pays. »

LE QUÉBEC AU DEUXIÈME RANG

Le Québec arrive une fois de plus au deuxième rang des provinces cette année avec huit nouvelles lauréates dans le palmarès. La première place revient à l'Ontario, qui en compte 21. Au total, 45 entreprises canadiennes ont fait leur entrée parmi les mieux gérées, cette année.

Si on regarde l'ensemble des catégories du palmarès, 63 des 425 entreprises les mieux gérées sont au Québec, soit près de 15 %. Parmi celles-ci, 19 font partie du Club Platine, c'est-à-dire qu'elles y sont depuis plus de sept ans !

LABORATOIRES

Pour aider les sociétés qui ne se sont pas qualifiées au palmarès, Deloitte a commencé à offrir des laboratoires l'an dernier. L'objectif est d'aider ces entreprises à peaufiner leurs façons de faire. « On parle de stratégies, de capacité d'investissement, de résultats financiers, de leadership, etc., explique Mme Vachon. Ensuite, on fait un plan pour chacun de ces points-là. » Parmi les participantes, quelques-unes ont d'ailleurs réussi à se hisser au palmarès cette année.

Étonnamment, plusieurs des entreprises figurant déjà parmi les mieux gérées se sont aussi intéressées aux laboratoires. « Nous en avons fait autant pour elles que pour les autres, note Mme Vachon. C'est une façon d'engager toute l'équipe dans cette culture d'avoir les meilleures pratiques de gestion. »

Le principal défi des entreprises aspirant à figurer parmi les mieux gérées est le courage, selon Mme Vachon. « Très peu ont le courage d'investir, croit-elle. Nous avons fait un grand rapport à ce sujet cet automne. Le niveau d'investissement en technologie et en innovation des entreprises canadiennes est très faible. Pour se démarquer dans le monde, il faut le faire plus que jamais. »




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer