Des nations en pleine croissance

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Le marché de l'immobilier commercial est en pleine effervescence au... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Exportation

Exportation

Devant l'imminence d'un accord économique et commercial global (AECG) entre l'Union européenne et le Canada, les entreprises québécoises peaufinent leurs stratégies pour conquérir de nouveaux marchés outre-mer. Les signaux sont positifs, comme l'a exprimé à la mi-mars le premier ministre français Jean-Marc Ayrault, qui participait à Montréal à la 17e rencontre Québec-France en présence de la première ministre du Québec, Pauline Marois. La Presse Affaires tente de cerner les enjeux économiques que présente le marché de l'Europe, dans un dossier qui se déploie en quatre volets. »

Marc Tison
Marc Tison
La Presse

Pourquoi s'intéresser aux pays émergents?

«Les deux tiers de la croissance économique des six ou sept prochaines années proviendraient des pays émergents et en développement, indique Maurice Marchon, professeur à HEC Montréal. C'est pourquoi c'est vraiment très important.»

À eux seuls, les pays du BRICA contribueraient pour 43% à la croissance économique des six prochaines années, mesurée selon la parité de pouvoir d'achat.

L'autre intérêt est d'ordre financier: «En général, le niveau d'endettement de ces pays émergents est beaucoup moins élevé que celui des pays occidentaux, constate Zhan Su, professeur de stratégie et de management international à l'Université Laval. Cela leur donne une marge pour encore faire des choses, individuellement pour les dépenses de consommation, et au niveau de l'État, dont les moyens financiers sont beaucoup plus importants que dans les pays industrialisés.»

Marchés occidentaux saturés

Pour l'instant, les marchés de consommation occidentaux sont encore les plus importants, mais ils sont saturés. Tout comme les États, les consommateurs sont surendettés. Les nouveaux marchés vont éclore dans les pays émergents. «Aujourd'hui, dans un sens, leur pauvreté devient presque une richesse, ajoute Zhan Su. Dans les pays occidentaux, avec notre niveau de vie élevé, il n'y a plus assez de nouveaux marchés disponibles.»

En décembre dernier, Goldman Sachs a fait le point, 10 ans après la première définition du BRIC. Ses analystes prévoient toujours que ces quatre pays feront partie des cinq économies les plus importantes de la planète en 2050.

Mais à long terme, il faudra davantage compter sur les autres pays émergents, qui chercheront à leur tour à être admis au club des économies avancées. Leur part de 27% au cours de la dernière décennie passerait à 40% en 2050.

Car la croissance d'un pays n'est jamais aussi forte que durant son adolescence économique.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer