Portfolio Ingénieurs

Une meilleure intégration des étrangers

Les ingénieurs formés à l'étranger qui veulent obtenir... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Les ingénieurs formés à l'étranger qui veulent obtenir un permis de travail québécois doivent affronter un processus complexe et trop long, selon l'Ordre des ingénieurs.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Larochelle

Collaboration spéciale

La Presse

Les ingénieurs formés à l'étranger qui veulent obtenir un permis de travail québécois doivent affronter un processus complexe et trop long, selon l'Ordre des ingénieurs, qui assouplira son approche dès l'été 2018.

Sa présidente, Kathy Baig, précise toutefois que l'organisation n'offrira aucun passe-droit. « Les gens pensent que nous faisons un nivellement par le bas, et c'est important de dire que non, assure-t-elle. On s'arrime aux mêmes critères utilisés pour les étudiants canadiens, mais on veut plus d'agilité et de personnalisation. »

Pour l'instant, certains demandeurs peuvent obtenir un permis rapidement en fonction d'accords signés avec quelques pays (France, États-Unis, Australie, Inde, Japon, Royaume-Uni, Afrique du Sud, etc.). D'autres doivent passer des examens qui leur sont prescrits automatiquement en fonction de leur formation.

Mauro Imaz, chef de service, amélioration continue, pour... - image 2.0

Agrandir

Mauro Imaz, chef de service, amélioration continue, pour une entreprise montréalaise et ingénieur senior. Photo: Invanoh Demers, La Presse

« Présentement, l'expérience de travail n'est pas nécessairement prise en considération, explique la présidente. Dans le futur, on veut évaluer l'acquis expérientiel. S'il y a certaines lacunes dans la formation académique, on va pouvoir déterminer si elles ont été comblées au travail. »

Ces nouvelles règles auraient bénéficié à Mauro Imaz, diplômé en génie industriel en Argentine. Il travaillait en tant que consultant au Québec depuis quelques années lorsque ses patrons lui ont suggéré d'obtenir son permis pour accroître sa crédibilité. Un processus qui lui a pris deux ans. « C'était très long, dit-il. J'ai dû retourner en Argentine pour récupérer la documentation, faire un examen de français et mon examen professionnel. »

Il a toutefois obtenu un permis d'ingénieur junior.

«C'est frustrant, car il faut refaire tes preuves. Tu es perçu sans expérience, même si tu en as.»

Mauro Imaz, ingénieur senior pour une firme de génie montréalaise

Dans le futur, l'Ordre veut aussi mieux outiller les candidats afin de combler un manque de connaissances potentiel. « Avoir à étudier comme autodidacte pour un examen, ça peut être difficile, souligne Mme Baig. Certaines personnes recommencent plusieurs fois. On aimerait donc varier nos moyens pour combler les lacunes, comme leur demander de faire un projet supervisé ou une brève formation universitaire. »

À la fin du mois de septembre, elle a d'ailleurs rencontré les doyens de presque toutes les universités pour leur en parler. « Leur réponse était plus que positive ! »

58 %
Taux d'obtention du permis d'ingénieur junior par les professionnels formés à l'étranger, selon l'OIQ.

Toutes ces mesures pourraient favoriser l'accès à la certification et la diminution des délais, qui sont d'environ 16 mois. « On entend souvent des histoires de professionnels formés à l'étranger qui se découragent face à notre processus d'obtention de permis, explique Kathy Baig. Certains trouvent ça difficile d'étudier en travaillant. D'autres nous disent que les coûts sont élevés : c'est 330 $ par examen, en plus des frais d'admission qui oscillent entre 625 $ et 1245 $. On en perd quelques-uns dans le processus. »

Il ne faut pas oublier les efforts de francisation que doivent fournir plusieurs candidats, comme Mauro Imaz. Arrivé au Canada en 2004, il a vite constaté que son niveau de français n'était pas suffisant pour trouver du travail. « J'ai frappé un mur en arrivant ! dit-il. J'étais capable de conjuguer des verbes et de construire des phrases de base, mais j'ai réalisé que je n'étais pas capable de parler aisément pour intégrer le marché du travail. J'ai donc passé une année entière à perfectionner mon français. »

Quelques années plus tard, il a franchi chaque étape le menant à son permis. Un long chemin qu'il ne regrette pas. « C'est plus facile de trouver un emploi en appartenant à l'Ordre des ingénieurs, explique-t-il. Ça rassure les gens sur nos compétences. »




La Presse Affaires vous suggère

  • De « nouveaux »domaines du génie à encadrer

    Ingénieurs

    De « nouveaux »domaines du génie à encadrer

    Génie informatique, biomédical, de l'environnement. Tous ces types de génie n'existaient pas en 1964, année où la Loi sur les ingénieurs a été... »

  • Deux rêveurs aux grandes ambitions

    Ingénieurs

    Deux rêveurs aux grandes ambitions

    Lise Bouchard a travaillé à travers le monde avant de se poser au Canada pour travailler chez Hatch. De son côté, Alexis Bilodeau veut conquérir le... »

  • De la carte perforée au GPS

    Ingénieurs

    De la carte perforée au GPS

    Les technologies mises à la disposition des ingénieurs ont fait des pas de géant en 50 ans. Témoin privilégié de cette évolution, l'ingénieur Faraj... »

  • Les projets éclatés de quatre PME de génie

    Portfolio

    Les projets éclatés de quatre PME de génie

    Les ingénieurs des PME québécoises développent présentement des outils dans des secteurs aussi variés qu'intrigants. Aperçu de ce qui attend certains... »

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer