Portfolio Ingénieurs

Le génie derrière le géant des cosmétiques

Avant de se retrouver sur les étagères des...

Agrandir

Avant de se retrouver sur les étagères des magasins canadiens et américains, les produits de L'Oréal passent d'abord par l'usine de l'arrondissement de Saint-Laurent.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Lorsque L'Oréal lance un nouveau produit de soins capillaires, tout le monde à l'usine de Saint-Laurent s'affaire à adapter la chaîne de production en conséquence.

Ajustement des alvéoles selon la grosseur des pots, viscosité, température et pression de remplissage, sans oublier les bouchons, les étiquettes, la mise en boîte et le dépôt sur les palettes : une série d'opérations est à réaliser par les électromécaniciens, opérateurs et superviseurs techniques. Celle qui coordonne le tout pour s'assurer qu'aucune étape n'est oubliée, que la chaîne de production sera arrêtée le moins longtemps possible et qu'elle pourra produire les pots sans problème et de façon sécuritaire, c'est Samantha Antoine, ingénieure chez L'Oréal Canada.

L'usine de L'Oréal Canada à Saint-Laurent est en... (Photo fournie par L’Oréal Canada) - image 2.0

Agrandir

L'usine de L'Oréal Canada à Saint-Laurent est en constante transformation afin de la rendre encore plus « branchée », en lien avec les impératifs de production et les commandes des clients. Les robots vont davantage « parler » aux ordinateurs, et vice versa.

Photo fournie par L’Oréal Canada

« C'est très stimulant parce que je gère des employés qui ont beaucoup de connaissances techniques et d'expérience, donc j'apprends beaucoup d'eux et, de mon côté, comme je gère plusieurs lignes de production, je dois avoir une vision d'ensemble pour déterminer les priorités », affirme Samantha Antoine.

Arrivée chez L'Oréal il y a un an et demi, elle s'occupe de sept chaînes de production de produits en pot pour les cheveux. Certaines chaînes produisent plus de 100 000 unités par jour.

« S'il y a un bris mécanique, je dois comprendre ce qui s'est passé et savoir quoi faire pour éviter que cela se reproduise », explique-t-elle.

Elle a dû tout apprendre de l'industrie des cosmétiques en arrivant chez L'Oréal. « L'entreprise m'a super bien entourée, j'ai pu développer mon expertise avec des mentors dans différents domaines, des opérations au laboratoire en passant par la qualité, explique celle qui travaillait auparavant dans la production de gaz industriels. J'ai une super bonne équipe aussi et je peux toujours leur poser des questions ou leur demander de l'aide. »

Samantha Antoine a terminé un baccalauréat en génie chimique à Polytechnique Montréal en 2011. « En génie, on va à l'école pour apprendre à apprendre, explique-t-elle. J'utilise beaucoup la méthodologie, la façon d'aborder un problème. Mais le reste se bâtit avec l'expérience. »

Elle qui a toujours aimé les cosmétiques - elle collectionne les vernis à ongles depuis qu'elle est toute jeune et elle en possède maintenant plus de 50 - est heureuse de pouvoir marier ses compétences techniques avec ses intérêts personnels.

« C'est vraiment le fun de travailler au coeur de toute cette action, avec des produits qui me fascinent, indique-t-elle. Puis, L'Oréal a de bonnes valeurs, et j'aimerais vraiment pouvoir continuer à grandir dans l'entreprise et atteindre des postes avec des responsabilités plus importantes. »

Arrivée chez L'Oréal au printemps 2016 comme ingénieure en amélioration continue, elle a déjà été promue superviseure au conditionnement.

EN BREF

L'Oréal Canada

Siège social à Montréal

Plus de 1300 employés, dont 860 à Montréal

60 % de femmes cadres et 46 % de femmes au sein du comité de direction

Plus de 182 millions d'unités produites dans l'usine chaque année

Près de 95 % des unités produites sont exportées aux États-Unis

Source : L'Oréal Canada




La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer