Quatre innovations du génie québécois

Selon l'avis de nombreux experts, les avions C... (REUTERS)

Agrandir

Selon l'avis de nombreux experts, les avions C Series de Bombardier sont des bijoux de développement technologique.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Ingénieurs

Ingénieurs

On a beaucoup parlé du web 2.0, mais qu'est-ce que l'industrie 4.0? C'est la quatrième révolution industrielle en train de transformer le génie grâce à l'utilisation des données. Dans plusieurs secteurs, le Québec réussit déjà à se distinguer dans le monde. Coup d'oeil sur ces nouveaux créneaux. »

Martin Primeau

Collaboration spéciale

La Presse

Le génie québécois, ce n'est pas que des barrages de titans. Les ingénieurs d'ici ont aussi participé à la création de bon nombre d'inventions au cours des années. Voici quatre d'entre elles.

L'AVION C SERIES

Selon l'avis de nombreux experts, les avions C Series de Bombardier sont des bijoux de développement technologique. C'est en 2004 que l'entreprise a lancé ce programme. Son objectif : créer une nouvelle gamme d'avions moyens porteurs. Ses ingénieurs ont alors dessiné un nouvel appareil de A à Z qui pourrait transporter de 100 à 160 passagers. Après de nombreux rebondissements, un premier appareil a finalement décollé en septembre 2013. Les avions C Series se démarquent sur plusieurs plans. D'abord, ils consomment environ 20 % moins de kérosène que leurs semblables. Ils sont aussi plus silencieux et moins polluants. Mais dans une guerre commerciale dominée par les géants Boeing et Airbus, Bombardier peine toujours à faire une place à sa création.

HANDYSCAN DE CREAFORM

Numériser des objets en trois dimensions. Voilà ce que font une partie des appareils commercialisés par l'entreprise Creaform, de Lévis. La PME a lancé en 2005 le Handyscan 3D, son produit vedette, issu de recherches à l'Université Laval. Ce scanneur, qui tient dans une main, numérise sans contact les pièces qu'on lui présente. Grâce à lui, Creaform a garni son annuaire de clients de grands noms comme Toyota, Bombardier, Airbus et Boeing, notamment. Même la NASA lui en a acheté un. Creaform a été achetée par Ametek en 2013 pour 120 millions de dollars.

MOTEUR-ROUE D'HYDRO-QUÉBEC

C'est en août 1994, après des années de recherche, que Pierre Couture et son équipe ont dévoilé une création qui allait faire couler beaucoup d'encre. Dans son laboratoire de l'Institut de recherche d'Hydro-Québec (IREQ), le physicien avait conçu un moteur-roue électrique. L'invention semblait promise à un bel avenir à l'époque, mais deux ans plus tard, Hydro-Québec a abandonné sa tentative de la mettre en marché. Elle remettra finalement ses brevets à sa filiale TM4 en 1998. Celle-ci s'alliera dans les années 2000 à Dassault et Peugeot pour développer respectivement le Cleanova I et le Quark, des véhicules qui misent en partie sur des technologies issues du moteur-roue original.

SIMULATEURS DE VOL

Mechtronix n'a pas inventé le simulateur de vol, mais les appareils que l'entreprise aura commercialisés étaient parmi les moins coûteux. Fondée en 1987 par d'anciens étudiants de l'Université Concordia, Mechtronix a rapidement misé sur une utilisation astucieuse de microprocesseurs pour améliorer l'industrie de la simulation. L'entreprise a été achetée par Textron en 2013.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer