L'autre monde forestier

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Contrastant avec l'inquiétude qui règne actuellement dans... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Industrie forestière

Industrie forestière

Pendant que les papetières réduisent peu à peu la hauteur de leurs productions, l'industrie forestière québécoise cherche à promouvoir de nouveaux produits issus de la transformation de la fibre de bois. Son fer de lance se cache dans une petite poudre blanche: la nanocellulose cristalline (NCC). »

L'industrie forestière, pour la plupart d'entre nous, ce sont les grandes... (Photos Stéphane Champagne, collaboration spéciale)

Agrandir

Photos Stéphane Champagne, collaboration spéciale

Guy Paquin, collaboration spéciale
La Presse

L'industrie forestière, pour la plupart d'entre nous, ce sont les grandes papetières qui récoltent des tonnes de bois dans la grande forêt publique boréale. Cette forêt publique, appartenant à l'État québécois, fait 35 millions d'hectares, soit les deux tiers de la superficie de la France. Mais à côté de la forêt publique, il y a la moins connue et pourtant gigantesque forêt privée.

La forêt privée québécoise est immense: 6,6 millions d'hectares. À titre de comparaison, c'est 164 fois la superficie de Montréal ou deux fois la Gaspésie. Cet espace boisé appartient à de petits propriétaires, 130 000 Québécois. Ils s'y emploient aux activités bien connues des citadins: récolte d'eau d'érable, de sapins de Noël et de bois de chauffage.

Ce qui est moins connu, c'est que ces producteurs privés sont également de très importants fournisseurs de bois aux usines de sciage et aux papetières. «En dehors de la période de crise actuelle, la forêt privée livre annuellement 6 millions de tonnes de bois aux usines de sciage et de papier, estime Marc-André Côté, directeur général de la Fédération des producteurs forestiers du Québec affiliée à l'UPA. Ça représente une valeur de 300 millions de bois.»

Nos propriétaires de forêts petites, moyennes et grandes livrent de 10 à 15% des bois résineux débités dans les usines de sciage et de papier et 30% de leurs feuillus. Le reste provient de la forêt publique. Les bois privés les plus actifs dans le secteur industriel sont dans le Bas-Saint-Laurent, l'Estrie et la grande région de Québec.

Le régime de gestion de la forêt privée diffère grandement de celui de la forêt publique. Pour cette dernière, l'État cède des droits de coupe aux papetières et, en principe, veille au respect de la ressource. Le Forestier en chef du Québec, qui relève du ministère des Ressources naturelles, est le gardien de la ressource forestière collective. Il établit les quantités maximales à prélever et les programmes d'entretien et de reboisement.

«Dans la forêt privée, les règlements de coupe sont déterminés, le plus souvent, par les Municipalités régionales de comté (MRC), distingue Raynald Arial, président-directeur général de Gestion Solifor, le bras forestier du Fonds de solidarité de la FTQ (voir encadré). Nous ne dépendons donc pas du Forestier en chef en ce qui concerne le contrôle de l'abattage et, comme nous sommes propriétaires de nos arbres, nous n'avons pas à payer de droits de coupe, comme c'est le cas des papetières dans la forêt publique.»

Quelques grandes forêts privées

Nos propriétaires de forêts privées possèdent en moyenne 45 hectares (0,45 km2) plantés en arbres. Mais à côté de ces modestes bois, il y a des géants. Le plus gros propriétaire privé est Investissement Québec, avec 450 000 hectares de forêts. Ce statut résulte de deux achats de forêts à des papetières. En juin 2006, Investissement Québec acquérait 61 000 hectares de la papetière Bowater en Gaspésie. Et en novembre 2009, autre acquisition, celle-là de 389 000 hectares, auprès de Smurfit Stone au nord de La Tuque. Lui aussi grand propriétaire, le Fonds de solidarité de la FTQ a notamment acquis 120 000 hectares de forêt privée de Résolu en Abitibi. Et pour finir en odeur de sainteté, rappelons que le Séminaire de Québec détient 15% de la forêt de Charlevoix, soit 55% des bois privés de la région.

Enjeux

La crise de la construction domiciliaire américaine et la chute de la demande pour le papier ont un impact sur nos propriétaires de forêts privées. Les revenus qu'ils tirent de leurs bois (revenus industriels et artisanaux tels produits d'érable, arbres de Noël et bois de chauffage) ont baissé de 16% à 498 millions de dollars entre 2002 et 2011. Pour la même période, le nombre de mètres cubes de bois livrés aux usines est en recul de 44% à 3,7 millions.

6.6 millions d'hectares

Superficie de la forêt privée québécoise. Ce qui représente deux fois la Gaspésie.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer