Immobilier commercial

L'attrait du Montréal souterrain

Place Montréal Trust, inauguré en 1988, fait partie... (PHOTO FOURNIE PAR LA PLACE MONTRÉAL TRUST)

Agrandir

Place Montréal Trust, inauguré en 1988, fait partie de RÉSO, Montréal souterrain

PHOTO FOURNIE PAR LA PLACE MONTRÉAL TRUST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

Immobilier commercial

Immobilier commercial

Le marché de l'immobilier commercial est en pleine effervescence au Québec, au point que les spécialistes qui observent les grandes tendances dans ce secteur d'activité s'attendent à ce que le volume et la valeur des transactions fracassent tous les records, en 2014. »

Samuel Larochelle

Collaboration spéciale

La Presse

Une galerie marchande souterraine offre-t-elle automatiquement une plus-value à un immeuble? Bien que le taux d'occupation des portions commerciales du Montréal souterrain frise les 100%, les spécialistes s'entendent pour dire que plusieurs éléments peuvent garantir un succès ou un échec.

«Il faut se poser la question en fonction de chaque terrain et de chaque coin de rue, indique Jacqueline Saucier, directrice développement pour le Québec chez Ivanhoé Cambridge, qui possède de nombreux édifices avec une portion commerciale souterraine (Place Ville Marie, Place Montréal Trust, Centre Eaton, Complexe Les Ailes, hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth, Atrium Le 1000 De La Gauchetière). Les locataires apprécient le confort offert par une tour rattachée au réseau sous-terrain et la galerie marchande profite de l'affluence importante des travailleurs qui se déplacent en métro.»

Il faut toutefois s'assurer que la galerie devienne une réelle destination commerciale pour les consommateurs en général. «Les galeries qui sont excentrées du centre-ville et qui sont surtout fréquentées par les travailleurs de leur édifice génèrent un commerce essentiellement local, comme c'est le cas du 700, De La Gauchetière, qui abritait Bell Canada par le passé et qui est connecté à la Tour Banque Nationale», explique Paul Lewis, doyen de la faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal. À l'inverse, les gens se déplacent pour aller au Centre Eaton.»

Montréal vs Toronto

La synergie avec les alentours est tout aussi primordiale pour espérer goûter au succès. «Contrairement à ce que certains ont cru par le passé, les galeries marchandes du centre-ville n'ont jamais vidé les commerces de la rue Sainte-Catherine, affirme Mme Saucier. Les deux se portent bien et se servent mutuellement.»

Une force qui avantage Montréal, lorsqu'il est comparé à d'autres grandes villes, comme Toronto. «Les réseaux souterrains sont assez similaires dans les deux villes, mais Toronto n'a pas l'équivalent de la rue Sainte-Catherine, analyse Paul Lewis. La rue Yonge a une image plutôt bas de gamme en matière de commerces, contrairement à la Sainte-Catherine Ouest, dans la portion où se trouvent des galeries souterraines. À Toronto, plusieurs consommateurs vont dans l'énorme Centre Eaton sans aller dans la rue, alors que la majorité des Montréalais vont aux deux, puisque certains commerces se trouvent uniquement dans la rue, comme Birks, Ogilvy ou Holt Renfrew.»

Les rêves de la STM

Les stations de métro suffisamment spacieuses pour accueillir des locataires commerciaux tentent elles aussi de bonifier leur offre. «En s'installant à McGill en 2009, la Banque Scotia a été la première institution financière avec des bureaux dans une station de métro», souligne Michel Lafrance, directeur général de Trangesco, la filière commerciale de la STM.

Deux ans plus tard, la Banque Laurentienne a ouvert sa Station Carrière à Berri-UQAM. Récemment, Aldo a installé une borne virtuelle à Lionel-Groulx pour acheter des souliers en ligne.

«Dans le futur, j'aimerais qu'une station ait une SAQ et des commerces où les consommateurs peuvent ramasser une baguette et du fromage avant de rentrer à la maison, ajoute M. Lafrance. Pour l'instant, il n'y a aucun projet d'agrandissement dans l'air et on se concentre pour améliorer l'offre existante. Mais un jour, si les locaux le permettent, je rêve aussi d'implanter une clinique santé où les gens pourraient faire des tests le matin et recevoir les résultats en rentrant le soir, comme on en retrouve à Paris.»

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer