Quelles sont les étapes à suivre ?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Gestion privée

Gestion privée

Le monde change et l'univers de la gestion privée n'y échappe pas. Nouvelles technologies, clientèles plus diversifiées et besoins plus complexes changent la donne. Voici six tendances à avoir à l'oeil dans les prochaines années. »

Jean Gagnon
La Presse

(Montréal) Si vous avez acquis un certain patrimoine et que vous sentez maintenant le besoin d'un service spécialisé, et surtout personnalisé, c'est que vous êtes prêt pour la gestion privée.

Tel est l'avis de Richard Guay, vice-président principal chez Montrusco Bolton.

De plus, si votre situation est susceptible de changer, c'est une raison de plus pour examiner ce type de gestion.

«La gestion privée permet de suivre le client dans ses changements financiers et familiaux», dit-il.

Si, par exemple, un client vend son entreprise, on peut croire que son profil d'investisseur changera. La gestion privée permet au client de revoir régulièrement sa situation avec le conseiller et d'adapter ses objectifs à ses nouveaux besoins.

Si vous craignez que vos connaissances en placement et en planification financière soient peut-être inadéquates pour gérer votre patrimoine, voilà un autre indice qu'il serait intéressant pour vous de consulter en gestion privée, ajoute Richard Guay.

Quelques indicateurs peuvent également vous permettre de reconnaître que le moment est venu pour vous de passer en gestion privée.

«Vous disposez d'un important pouvoir d'épargne et vous réalisez que vos besoins en gestion de patrimoine vont au-delà de la simple gestion des placements ; voilà deux indicateurs qui ne trompent pas», dit Jean Brunelle, premier vice-président chez Desjardins Gestion privée.

Il faut aussi être prêt à déléguer ses décisions de placement, que ce soit par manque de temps, de connaissance ou d'intérêt.

La démarche

Le premier pas à faire est de rencontrer un planificateur financier.

Toutes les institutions offrant de la gestion privée, banques, caisses, gestionnaires indépendants ou surveillants de portefeuilles, en ont.

Mais il existe aussi des planificateurs financiers indépendants pour ceux qui désirent une seconde opinion. Dans ce cas, il faut être très prudent et s'assurer que ce sont des firmes reconnues et sécuritaires.

Cette rencontre permettra de procéder à une évaluation en profondeur des avoirs et du contexte personnel, familial et professionnel, explique Jean Brunelle.

C'est à partir des résultats de cette évaluation que le planificateur financier réunira les experts pour proposer à l'investisseur une démarche globale de gestion de patrimoine.

Pour que la démarche soit fructueuse, il importe de bien établir ses priorités, explique Hélène Bronsard, de Raymond Chabot Gestion privée.

«On a tous une vie financière, mais on ne sait pas toujours quoi en faire, car on n'a pas toujours l'éducation et la formation adéquates», dit-elle.

Paiement des emprunts, création d'un fonds de revenus, REER, besoin d'assistance fiscale, d'assistance successorale sont autant d'éléments nécessaires pour déterminer les besoins au niveau des ressources, selon elle.

Comprendre la proposition

L'investisseur doit évidemment participer au processus en prenant le temps de comprendre tous les aspects de la proposition avant de faire un choix final.

«Il lui est même suggéré d'y aller progressivement, car un élément clé au succès de la gestion privée est le niveau de confort et de satisfaction du client dans ce type d'accompagnement», dit Jean Brunelle.

Plusieurs, parmi les intervenants consultés, encouragent les clients potentiels de la gestion privée à valider leur programme avec au moins deux entités différentes.

Mais pour que l'exercice soit valable, il faut présenter la même information à chacune des entités.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer