D'abord, planifier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Le marché de l'immobilier commercial est en pleine effervescence au... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Gestion du patrimoine

Gestion du patrimoine

Tôt ou tard, il faudra bien que les taux d'intérêt montent. Bien que l'on ne s'attende pas à ce que les banques centrales relèvent leurs taux directeurs cette année, les taux obligataires, eux, risquent de monter bientôt, entraînant avec eux les taux hypothécaires. »

Sur le même thème

Nathalie Bachand, A.S.A. planificatrice financière... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Nathalie Bachand, A.S.A. planificatrice financière

Jean Gagnon.
La Presse

La gestion de patrimoine repose d'abord sur une bonne planification financière. «C'est le pilier de la vie financière de chaque individu», dit Nathalie Bachand, associée au cabinet en planification financière Bachand Lafleur Preston, groupe conseil.

«Le planificateur financier est comme le médecin omnipraticien», dit-elle. La planification financière permettra d'abord d'évaluer les besoins, les avoirs et les objectifs. Puis on établira les balises, c'est-à-dire déterminer où on va et évaluer si les objectifs sont réalisables. Le planificateur dirige alors l'individu vers les spécialistes qui l'aideront à mener à bien l'application du plan financier.

Le domaine de la planification financière comporte sept éléments. La finance, c'est-à-dire le bilan financier et le budget, les placements, la fiscalité, la retraite, les aspects légaux, l'assurance et la gestion de risque, et finalement l'aspect successoral.

Il est important de bien établir le diagnostic parce que l'individu risque de se retrouver devant plusieurs spécialistes qui ne se parlent pas, explique Mme Bachand. Par exemple, la fiscalité est partout. Sur le plan de la planification financière, elle est un mal nécessaire. «Mais elle n'est qu'un élément de solution», dit-elle.

Son message aux individus et aux entrepreneurs: prenez-vous en mains. «Les gens mettent des heures et des heures à choisir un téléviseur, mais ils font leur planification financière le plus rapidement possible sur le coin de la table», dit-elle.

Un environnement changeant

La planification financière n'est pas statique. Elle doit s'adapter aux conditions. Plusieurs changements importants forcent les gens à se prendre en mains, explique Angela Iermieri, planificatrice financière chez Desjardins.

D'abord, de plus en plus de gens n'ont pas de régime de pension privé établi par leur employeur. Ils doivent le constituer eux-mêmes.

De plus, on vit plus longtemps. Entre-temps, on veut s'assurer du plus grand confort, en demeurant actif. Il faut donc se constituer un magot plus important pour la retraite.

«Les priorités et les objectifs changent en fonction de plusieurs facteurs. Il faut donc réviser régulièrement sa planification financière», dit Angela Iermieri.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer