Zone Exportations

Exporter malgré la force du huard

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Le marché de l'immobilier commercial est en pleine effervescence au... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Exportation

Exportation

Devant l'imminence d'un accord économique et commercial global (AECG) entre l'Union européenne et le Canada, les entreprises québécoises peaufinent leurs stratégies pour conquérir de nouveaux marchés outre-mer. Les signaux sont positifs, comme l'a exprimé à la mi-mars le premier ministre français Jean-Marc Ayrault, qui participait à Montréal à la 17e rencontre Québec-France en présence de la première ministre du Québec, Pauline Marois. La Presse Affaires tente de cerner les enjeux économiques que présente le marché de l'Europe, dans un dossier qui se déploie en quatre volets. »

Sur le même thème

Malgré un dollar canadien surévalué, Martin Dépelteau, président... (Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale)

Agrandir

Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale

Malgré un dollar canadien surévalué, Martin Dépelteau, président de Martins Industries, vient de signer avec une entreprise de Dubaï le plus gros contrat de son histoire et croit pouvoir tripler ses ventes à court terme aux États-Unis.

Stéphane Champagne
Stéphane Champagne, collaboration spéciale
La Presse

Le solde commercial du Canada ne cesse de se détériorer. Entre autres raisons : la surévaluation du dollar canadien. Nos exportations de biens sont peut-être en hausse, mais nos importations augmentent beaucoup plus rapidement, selon Benoit P. Durocher, économiste principal chez Desjardins. Qu'à cela ne tienne, certaines de nos PME composent très bien avec un huard vigoureux. C'est le cas de Martins Industries, un manufacturier de Farnham qui vient de signer avec une entreprise de Dubaï le plus gros contrat de son histoire et qui croit pouvoir tripler ses ventes aux État-Unis à court terme. Voici pourquoi.

Martin Dépelteau, président et copropriétaire de la PME de 60 employés, a commencé à exporter en 2007 lorsque le dollar canadien valait 75 cents US. Comparés aux 60 cents US des années 1990 c'était déjà plus élevé. Dès lors, il a cherché à se démarquer.

Plusieurs aspects

« On ne parle que de productivité. Oui, c'est important la productivité, mais il faut regarder d'autres aspects. Nous, nous misons sur les nouveaux produits et la qualité de ceux-ci, mais aussi sur une nouvelle approche de commercialisation. Un client sera prêt à payer plus cher s'il a un produit différent qui lui est livré en quelques jours plutôt que dans huit semaines », explique l'entrepreneur de 40 ans.

Fondé en 2002, Martins Industries se spécialise dans la conception, la fabrication et la distribution de systèmes d'entreposage, de manutention et de présentoirs à pneus. Avec le temps, la PME est également devenue l'un des leaders mondiaux dans les supports pour le gonflage sécuritaire de pneus. Ses cageots peuvent assujettir les plus gros pneus au monde. L'entreprise connaît une croissance annuelle de 20 %.

Peu importe si le huard vaut 1,03 $ US, les exportations sont en constante progression pour l'entreprise des Cantons-de-l'Est. En 2009-2010, elle exportait 27 % de sa production à l'extérieur du Canada. En 2012-2013, ce sera 75 %. « Et ce n'est pas parce que nos ventes canadiennes diminuent. Au contraire : en 2012, elles ont augmenté de 13 % », dit Martin Dépelteau.

Tout en augmentant ses parts de marchés à l'international, la PME souhaite accroître sa présence aux États-Unis, où elle effectue actuellement 23 % de ses ventes. Martins Industries vient d'ouvrir un entrepôt à Memphis, au Tennessee. But avoué : tripler ses ventes partout aux États-Unis en offrant à ses clients des délais de livraison parmi les plus rapides.

Excellence obligée

« Une devise forte nous oblige à une excellence qu'on n'avait pas été obligés de mettre en place avant », croit Simon Prévost, président de Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ). Selon lui, la décennie 1990-2000, où le huard était à son plus bas niveau face au dollar américain, a certes été très profitables aux exportateurs canadiens. « Le danger, c'est que pendant ce temps-là, on ne cherchait pas à se dépasser. On s'en remettait à l'avantage que procure une devise plus faible », dit-il.

L'onde de choc a été brutale, rappelle M. Prévost, en 2007 lorsque le dollar canadien a atteint la parité avec le billet vert pour une première fois depuis les années 1970. « Cette fois-ci, on est mieux préparé. Ce qui peut faire mal, surtout aux plus petites PME, c'est la fluctuation du dollar. Ça devient parfois ingérable. »

Dans un contexte où notre monnaie demeurera une devise de matière première (commodity based currency), le président de MEQ rappelle que pour tirer son épingle du jeu, une entreprise devra non seulement être plus productive, mais elle n'aura d'autres choix que d'être plus innovante, proposer des produits nichés et avoir de bonnes stratégies commerciales. « Il faut aussi avoir une bonne compréhension des besoins du marché. Il y a beaucoup de travail en amont à faire avant de commencer à exporter », dit-il.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer