La maison de leurs rêves

Claudia Larouche et Jean-François Ducharme ont visité une... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Claudia Larouche et Jean-François Ducharme ont visité une cinquantaine de propriétés avant de trouver la maison de leurs rêves.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Étapes de la vie financière

Étapes de la vie financière

La vie est jalonnée d'étapes. Chaque fois qu'on en franchit une, des questions financières surgissent. La Presse Affaires est allée à la rencontre d'individus qui ont traversé ces moments charnières et qui ont accepté de raconter leur histoire. Aujourd'hui : les études. »

Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

La vie est jalonnée d'étapes. Chaque fois qu'on en franchit une, des questions financières surgissent. La Presse Affaires est allée à la rencontre d'individus qui ont traversé ces moments charnières et qui ont accepté de raconter leur histoire. Aujourd'hui: l'achat de la première maison.

Jean-François Ducharme et Claudia Larouche ont emménagé dans leur maison en août dernier. Situé dans un quartier paisible à Longueuil, le coquet jumelé possède une grande cuisine et une jolie salle de bains récemment rénovées, ainsi qu'un garage. Avant de dénicher la perle rare, le couple a visité pas moins de 50 propriétés. « Pendant un temps, on y consacrait tous nos dimanches, allant parfois jusqu'à visiter huit maisons par après-midi », se remémore Jean-François, 35 ans, qui travaille comme conseiller en communication.

Ces premiers acheteurs ont procédé avec patience, rigueur et méthode. « Nous avons fixé nos critères tant sur le plan financier que sur celui de la maison elle-même », indique Claudia, 33 ans, analyste comptable.

Ils ont d'abord évalué leur capacité d'emprunt. « On visait des propriétés entre 250 000 et 300 000 $ », dit Jean-François. Avec le temps, ils ont constaté que le prix des demeures qui leur plaisaient se rapprochait davantage des 300 000 $. Par deux fois, ils ont fait des offres d'achat : la première à 310 000 $ et la seconde, à 295 000 $. Ils ont toutefois retiré les offres après l'inspection. « La première maison avait des problèmes de fondation et la deuxième présentait des traces d'amiante. Nous n'étions pas prêts à financer des réparations aussi importantes », raconte-t-il.

En plus d'être clés en main, la maison de leurs rêves correspondait exactement à leur budget : 270 000 $.

« Ce n'est pas une demeure extravagante, mais cela faisait partie de ce qu'on recherchait, c'est-à-dire un endroit simple et chaleureux », mentionne Jean-François Ducharme.

Des acheteurs prévoyants

Le couple a pu retirer le maximum de son REER dans le cadre du régime d'accession à la propriété (RAP). « En y ajoutant quelques économies, on a réussi à faire une mise de fonds de 20 %, ce qui nous a évité l'achat d'une assurance prêt hypothécaire », note Claudia.

Pour leur hypothèque, ils ont longtemps hésité entre un taux fixe de cinq ans ou un taux variable. « Nous avons lu quelques articles sur le sujet, dont un qui dressait un historique des 50 dernières années et concluait que le taux variable a été avantageux dans 90 % des cas, explique Jean-François. Pour pallier une éventuelle hausse du taux variable, nous avons opté pour des mensualités d'environ 0,75 % de plus que le véritable taux. »

Les amoureux ont aussi évité les mauvaises surprises en s'appuyant sur les exemples de leurs amis propriétaires. « Nous savions à quoi nous attendre, que ce soit pour la taxe de bienvenue, l'impôt foncier, les frais de notaire, les assurances, etc. », dit Claudia. Ils ont même mis au préalable quelques sous de côté pour meubler leur nouveau foyer.

Jean-François et Claudia se disent aujourd'hui ravis de leur choix. « Nous aimons notre maison un peu plus chaque jour, affirment-ils. C'est ici que nous voulons fonder notre famille. »

Conseils d'expert

Voici les principales recommandations de Josée Jeffrey, fiscaliste et planificatrice financière chez Focus Retraite et Fiscalité, aux premiers acheteurs.

N'achetez pas au-dessus de vos moyens. Un maximum de 32 % de votre budget devrait être accordé aux frais de logement (paiement hypothécaire, impôts fonciers et chauffage).

Demandez un prêt hypothécaire préautorisé et profitez de cette occasion pour obtenir un taux d'intérêt garanti.

Calculez votre remboursement hypothécaire en ajoutant 1 % de plus aux taux actuels. S'ils remontent, vous ne serez pas pris à la gorge.

Si vous êtes discipliné, choisissez le taux variable. Si vous êtes parfois insouciant ou avez besoin de sécurité, optez pour le taux fixe.

Faites une mise de fonds d'au moins 20 % pour ne pas avoir à acheter une assurance prêt hypothécaire.

Selon les dispositions de votre contrat d'hypothèque et votre capacité de payer, remboursez le maximum chaque année.

Profitez des avantages fiscaux du RAP et du crédit d'impôt pour l'achat d'une première habitation.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer