Le vélo électrique gagne l'Amérique, Solex aussi

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Contrastant avec l'inquiétude qui règne actuellement dans... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Environnement: transport

Environnement: transport

En forte émergence, le transport vert ne forme cependant pas encore un secteur industriel distinct au Québec. Difficile, donc, d'en dresser un profil sectoriel. Toutefois, la Belle Province compte au moins une trentaine d'entreprises de toutes tailles qui oeuvrent dans les véhicules électriques ou hybrides. »

Sur le même thème

Robert Guimond s'est vu confier la commercialisation du... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Photo André Pichette, La Presse

Robert Guimond s'est vu confier la commercialisation du vélo électriquepar Solex International Cycle Inc.

Martin Primeau, collaboration spéciale
La Presse

Après avoir envahi la Chine puis l'Europe, la déferlante de popularité du vélo à assistance électrique (VAE) atteint aujourd'hui l'Amérique du Nord. Question de profiter de la vague, l'entreprise française Solex débarque elle aussi sur le continent et confie à un Québécois, Robert Guimond, la mission d'y faire connaître ses nouveaux modèles, en commençant par la Belle Province.

«Le Québec, c'est la porte d'entrée en Amérique du Nord, reconnaît Robert Guimond, directeur du développement des produits et des affaires chez Solex cycle international. Environ 70% des ventes de vélos électriques se font ici.»

C'est en misant sur le réseau de détaillants de VAE déjà bien établi dans la province que Solex compte s'attaquer à une niche délaissée par ses concurrents, soit celle des 20-40 ans. «Le problème du vélo électrique, c'est qu'on en a fait un véhicule récréatif qui intéresse surtout les plus âgés, explique-t-il. On voudrait que nos vélos servent plutôt à la mobilité urbaine, et donc rajeunir le marché.»

Pour ce faire, l'entreprise mise sur un design accrocheur, inspiré des cyclomoteurs de même marque vendus à près de 8 millions d'exemplaires de 1946 à 1988. Il faudra toutefois attendre mars 2013 avant de pouvoir s'en procurer un au Québec..

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer