Gestion: laisser ses meilleurs éléments rayonner

La « culture ouverte » permet aux employés de la... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

La « culture ouverte » permet aux employés de la Financière de s'exprimer et d'exprimer leurs besoins et leurs attentes.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Employeurs de choix

Employeurs de choix

Le programme Employeurs de choix Aon au Canada retient cette année 79 organisations, soit 39 grandes entreprises et 40 PME qui se démarquent pour l'excellence de leur milieu de travail. Ces résultats sont fondés sur les réponses à un sondage auquel ont participé près de 680 000 employés d'environ 200 organisations canadiennes. »

Yvon Laprade

Collaboration spéciale

La Presse

Concurrence oblige, l'équipe des ressources humaines de la Financière des professionnels déploie beaucoup d'efforts pour que ses « meilleurs éléments » rayonnent au sein de l'entreprise. Des efforts et une ouverture d'esprit qui rapportent des dividendes, assure François Lavoie, premier vice-président Gestion de patrimoine à la Financière des professionnels, une société de gestion de patrimoine créée par et pour les professionnels.

OUTILS

Communication

« Il faut savoir écouter ses employés, fait valoir le premier vice-président. C'est exigeant et un défi constant. Mais c'est bénéfique, tant pour l'entreprise que pour les clients. »

François Lavoie croit à la « mobilisation » et à l'impact positif des décisions qui se prennent en équipe. « On fait participer notre monde, on crée des attentes et on tente d'y répondre », dit-il. Mais l'inverse est aussi vrai. « On invite nos employés à poser des questions au président pour avoir leur son de cloche ! », ajoute-t-il.

Partager la vision

Parce que les enjeux sont de taille, et les exigences des clients toujours plus élevées, la Financière des professionnels « se doit de partager sa vision », son plan d'affaires, avec ses employés. « Nous faisons de la gestion de patrimoine et de la planification financière pour une clientèle de professionnels exigeants, explique François Lavoie. Il est essentiel de dire à nos employés où on s'en va, faire partager avec eux nos orientations. » Il ajoute que dans ce business, « rien n'est jamais acquis ».

Reconnaissance

Il n'y a pas que des actifs sous gestion à la Financière des professionnels. Il y a aussi de la matière grise. Des employés et des conseillers en placement qui s'efforcent d'obtenir les meilleurs rendements pour leurs professionnels-clients (médecins-spécialistes, chirurgiens-dentistes, pharmaciens-propriétaires, architectes, notaires). « Nous tenons à avoir des employés heureux et voilà pourquoi nous misons sur la reconnaissance, dit François Lavoie. Ça passe par la rémunération et par la communication », précise-t-il. Il souligne au passage que le taux de roulement est de « seulement 3 % », alors qu'il se situe autour de 10-15 % dans l'industrie, et « parfois même bien au-delà de ce pourcentage ».

EFFETS

Des possibilités d'expansion

La décision n'est pas encore arrêtée, mais les dirigeants de La Financière aimeraient élargir le champ d'action de l'organisation montréalaise en recrutant de nouveaux clients. « Il y a de la place, convient le premier vice-président. Nous ne sommes pas fermés. De nouvelles associations de professionnels pourraient se joindre à nous pour pouvoir ainsi bénéficier de notre expertise en matière de gestion et de planification. » Pour les attirer dans son sillon, la Financière ne manque pas l'occasion de souligner à ses clients potentiels qu'elle a fait de l'intégrité une de ses grandes priorités.

Des scénarios de croissance

Le potentiel de croissance est bien réel, estime François Lavoie. « Les professionnels qui nous confient leurs actifs sont tous des travailleurs autonomes, rappelle-t-il. Ils n'ont pas de fonds de pension. Ils s'attendent à ce que les rendements soient au rendez-vous. » Tout en précisant que la Financière fait également affaire avec des gestionnaires externes, il se félicite, au nom des employés, d'avoir remporté « deux ans de suite » un trophée FundGrade A+, pour souligner la « performance supérieure » de son équipe. Il parle de « valeur ajoutée ». Une expression à la mode dans une industrie où tout se définit par les parts de marché et les rendements. Les clients qui confient leurs « fortunes » vont comprendre.

La Financière des professionnels en bref

NOMBRE DE BUREAUX AU QUÉBEC : 5

NOMBRE D'EMPLOYÉS : 130

ACTIFS SOUS GESTION : 3,5 milliards

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer