Bureaucratie trop lourde

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

Emploi et formation

Emploi et formation

Près de six PME sur dix ratent des occasions d'affaires parce que leurs employés manquent de formation, selon la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. Nos entreprises souffrent d'une grave pénurie de travailleurs qualifiés. Cette série de six publications propose des stratégies pour améliorer la situation. »

Stéphane Champagne, collaboration spéciale
La Presse

«À notre avis, la paperasse et le fardeau fiscal ont un impact négatif sur la formation au Québec, explique M. Vincent. Dans un sondage effectué auprès de 1300 entreprises, 55% des répondants ont dit que leur principal défi de gestion était de répondre aux exigences gouvernementales. Les obstacles à la formation étaient donc le manque de temps et de ressources financières.»

La réglementation des entreprises représente 6,9 milliards annuellement au Québec, soutient M. Vincent. «C'est trop lourd! Il y a trop de lois! Il faut trouver une formule gagnante pour alléger la fiscalité et la conformité des PME. On pourrait pallier le retard de productivité qu'accuse le Québec en améliorant la formation, entre autres.»

Même si elle n'est pas la priorité des entreprises, la formation occupe une place de choix. Si un allègement du fardeau fiscal leur était consenti, 55% des entreprises augmenteraient les salaires, 53% investiraient dans de l'équipement lié à la production (par ricochet, dans la formation), 41% rembourseraient leurs dettes et 38% investiraient directement dans la formation, selon M. Vincent.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer