Quand formation rime avec innovation

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

Emploi et formation

Emploi et formation

Près de six PME sur dix ratent des occasions d'affaires parce que leurs employés manquent de formation, selon la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. Nos entreprises souffrent d'une grave pénurie de travailleurs qualifiés. Cette série de six publications propose des stratégies pour améliorer la situation. »

André Beauregard est coordonnateur aux ressources  humaines... (PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE

André Beauregard est coordonnateur aux ressources humaines chez Verbom, entreprise de Valcourt spécialisée dans la fabrication d'outils pour les presses de métal.

Stéphane Champagne, collaboration spéciale
La Presse

Près de six PME sur dix ratent des occasions d'affaires parce que leurs employés manquent de formation, selon la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. Nos entreprises souffrent d'une grave pénurie de travailleurs qualifiés. Cette série de six publications propose des stratégies pour améliorer la situation.

Les entreprises à succès sont là pour le prouver: l'innovation et la formation font bon ménage et permettent d'augmenter la productivité. Le cas de Verbom illustre bien cette réalité. Spécialisée dans la fabrication d'outils pour les presses de métal, la PME de Valcourt a passé les trois dernières années à miser sur une nouvelle technologie qui a nécessité de la planification, de l'innovation et beaucoup de formation.

C'est dans ses nouvelles installations de Lawrenceville, où elle compte cinq employés, que Verbom a développé son expertise dans le formage du métal à chaud (warm forming). Pour y arriver, elle a fait appel au savoir-faire des quelque 100 travailleurs de son usine de Valcourt, le village voisin.

Le compagnonnage (un apprenti qui est formé et suivi par un travailleur d'expérience sur une période de un à deux ans) et l'apprentissage dans des centres de formation professionnelle sont notamment ce qui a permis à Verbom de commencer la production d'outils destinés au formage à chaud.

La formation continue fait d'ailleurs partie de l'ADN de l'entreprise, dit André Beauregard, coordonnateur aux ressources humaines. Selon lui, Verbom y investit annuellement 5% de sa masse salariale.

«On n'a pas le choix de former nos gens. On est dans un marché où les entreprises vont en Chine pour faire fabriquer leurs outils. On arrive à se démarquer avec des produits à forte valeur ajoutée. Nos outils sont complexes et nous avons des délais de livraison courts», dit-il.

Fondée en 1978, Verbom dessert le secteur du transport terrestre (automobile, autobus, train, métro, etc.). Elle compte parmi ses clients Bombardier, Volvo et Prévost, de même qu'une foule de sous-traitants faisant affaire avec tous les grands constructeurs automobiles.

Les outils de la PME, qui servent à presser, plier, couper ou former des feuilles de métal, se vendent de 30 000 à 800 000$. Outre Valcourt et Lawrenceville, l'entreprise québécoise possède une usine en France.

LA FORMATION EN CHIFFRE

73: Nombre d'heures de formation par employé au Québec, ce qui place la Belle Province au neuvième rang parmi les provinces canadiennes.

70%: Pourcentage des employeurs qui ont affirmé que les pénuries de main-d'oeuvre ont ralenti leurs projets d'expansion ou limité leurs débouchés.

68%: Pourcentage des 1300 entreprises sondées qui préféreraient qu'on crée un crédit d'impôt pour la formation.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante; 2008 et 2011.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer