BRP: plein gaz sur le marché international

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

Drummondville

Drummondville

À l'aube de son 200e anniversaire, Drummondville s'est maintenant bien relevée de la crise du textile qui l'a frappée au milieu des années 2000. La ville se drape maintenant d'un tissu industriel diversifié, et voit loin. »

José Boisjoli, président et chef de la direction... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Photo André Pichette, La Presse

José Boisjoli, président et chef de la direction de BRP.

Annie Bourque, collaboration spéciale
La Presse

Le marché international accapare près de 40% du chiffre d'affaires de Bombardier Produits récréatifs (BRP). Cette tendance s'accentuera avec l'offensive que mène l'entreprise auprès des pays émergents, dont la Russie, le Brésil, la Chine, la Colombie et l'Inde.

«En Russie, 125 millions de personnes vivent dans la neige. Nous avons un partenaire là-bas, ainsi qu'en Chine, afin d'y établir un bon réseau de concessionnaires», affirme José Boisjoli, président et chef de direction de BRP, qui est originaire du petit village de Wickham, près de Drummondville.

En entrevue, il constate que la région a su se réinventer à la suite de la fermeture de grandes usines, dont celle de la Dominion Textile.

BRP a suivi un parcours similaire. En décembre 2003, Bombardier a dû se départir de sa division récréative. «Nous devenions en quelque sorte une entreprise en démarrage», a expliqué M. Boisjoli, dans un discours prononcé devant la communauté d'affaires de son patelin.

Toute son équipe mise donc sur l'innovation et sur la diversification de ses produits, de ses marchés et des emplacements manufacturiers. M. Boisjoli rappelle qu'en 1995, l'entreprise fabriquait seulement deux produits distincts: les motomarines et les motoneiges.

Entre-temps, BRP a conçu cinq autres produits, dont les véhicules tout-terrain Can-Am, le roadster Cam-Am et les moteurs Rotax, destinés aux karts et aux avions ultralégers.

S'adapter aux marchés

Au fil des ans, l'entreprise fondée par Joseph-Armand Bombardier a affronté une diminution de ses ventes en Amérique du Nord. «En 1995, 90% de nos ventes provenaient du Canada et des États-Unis. Ce chiffre est maintenant de 60%», précise M. Boisjoli.

Quant à l'emplacement de ses usines, l'entreprise a fait une première incursion en Europe au cours des années 70 en s'implantant en Autriche, afin de développer le secteur des moteurs Rotax. Présente en Finlande, au Mexique et aux États-Unis, BRP songe maintenant à s'établir au Brésil en raison du taux élevé des frais de douanes.

Sur le plan international, BRP compte 6000 employés, 3500 concessionnaires et 25 bureaux de vente. Ses produits sont vendus dans plus de 100 pays.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer