L'image de marque comme matière première

Plancher graphique réalisé par SH Environnements immersifs pour... (Photo fournie par SH Environnements immersifs)

Agrandir

Plancher graphique réalisé par SH Environnements immersifs pour le National Maritime Museum à Londres, au Royaume-Uni

Photo fournie par SH Environnements immersifs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Portrait 2017: Montérégie-Ouest

Portrait 2017: Montérégie-Ouest

Géographiquement bien positionnée entre Montréal, l'Ontario et les États-Unis, la région de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent entend bien profiter de la hausse du trafic dans le transport de marchandises. Et tout particulièrement des livraisons d'achats sur le web. »

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

L'image de marque est rendue cruciale pour les entreprises afin de se distinguer de la concurrence, et SH Environnements immersifs leur propose de la pousser un cran plus loin en l'exprimant également dans leurs espaces intérieurs et extérieurs.

« Murales, planchers, plafonds, mobilier, enseignes extérieures, panneaux d'interprétation dans les parcs ou les musées : nous avons développé dans les dernières années un matériel de surface architecturale qui permet de renforcer la marque de commerce et de personnaliser l'environnement bâti », explique Stephan Roy, président de SH Environnements immersifs.

Plusieurs grandes organisations américaines et canadiennes font appel à ses services, comme Walt Disney qui est l'un de ses plus grands clients, des chaînes de télévision qui réalisent des studios thématiques comme ESPN, Parcs Canada et de nombreux parcs américains. L'entreprise réalise environ 70 % de ses ventes aux États-Unis.

Toutefois, SH Environnements immersifs réalise actuellement que d'autres types d'organisations, dans le milieu financier notamment, ont de l'intérêt pour ses services.

« Les entreprises dans des secteurs plus traditionnels cherchent des matériaux de qualité pour créer des environnements plus actuels et invitants afin de se démarquer de la concurrence. » - Stephan Roy, président de SH Environnements immersifs

SH Environnements immersifs développe ainsi des produits décoratifs personnalisés et durables qui peuvent passer du mur en aluminium avec un faux fini bois à un plancher créatif aux couleurs de l'entreprise, sans oublier la reproduction de photos.

« Les possibilités sont infinies et notre défi, c'est de nous concentrer sur certains concepts que nous pouvons présenter aux entreprises afin de mieux faire connaître les possibilités », explique Stephan Roy, qui est justement arrivé dans l'entreprise en 1996 pour travailler à l'essor de cette technologie alors très rudimentaire.

« On a commencé par utiliser un placage mince pour l'intérieur, puis on est allés vers le solide pour l'extérieur et pour les planchers, explique-t-il. La qualité graphique s'est aussi grandement améliorée. »

DESIGN D'ENVIRONNEMENTS COMMERCIAUX

SH Environnements immersifs réalise aussi depuis sa fondation le design et la conception d'environnements commerciaux dans le domaine de la plomberie, des pièces automobiles et des pneus.

« Nous avons choisi des créneaux qui ont des besoins particuliers en raison du type de produits vendus, indique M. Roy. Nous créons leurs présentoirs, comptoirs, salles d'exposition, etc. Nous réalisons également leurs salles d'attente et affiches. »

FORCE DE LA RÉGION 

« L'espace disponible. On a pu acheter à moindre coût en 2005-2006 l'une des premières usines de textile qui a malheureusement fermé dans la région, affirme Stephan Roy. C'est une immense bâtisse dans laquelle nous avons beaucoup investi pour rénover. C'est comme un immense terrain de jeu pour nous, et nous pouvons aussi entreposer du matériel. En ville, on serait limités dans l'espace. Nous avons aussi une très bonne qualité d'ouvriers pour travailler dans l'usine. »

DÉFI DE LA RÉGION 

« On m'a dit que lorsqu'on affiche en ville un poste de chargé de projet, de designer ou de personnel administratif de haut niveau, par exemple, on reçoit des centaines de candidatures, raconte Stephan Roy. Ce n'est pas le cas ici. On est chanceux si on en a quelques-unes. Puis, si on choisit quelqu'un qui demeure trop loin, on risque de le perdre assez rapidement. L'arrivée de l'autoroute 30 a aidé toutefois. Obtenir les nouvelles technologies est aussi un défi. On a dû se battre pendant des mois pour avoir dans notre édifice la fibre optique qui était essentielle pour que nous puissions faire face aux défis de l'avenir. »




La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer