Portrait 2015: Laurentides

Des investissements diversifiés

Le projet de site récréotouristique La Rolland, à... (PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE MAALOUF)

Agrandir

Le projet de site récréotouristique La Rolland, à Sainte-Adèle, s'inspire du modèle des Center Parcs en Europe.

PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE MAALOUF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

Portrait 2017: Laurentides

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par les États-Unis dans les discussions sur le bois d'oeuvre. Plusieurs entreprises de la région pourraient en souffrir. Heureusement, d'autres secteurs importants de la région comme le tourisme et le transport se portent bien. »

Stéphane Champagne

Collaboration spéciale

La Presse

La construction imminente d'un mégasite récréotouristique de 230 millions, des «outlets» dont la phase 2 se fait attendre et une nouvelle usine de tartinades aux fruits. Voici trois brèves économiques représentatives de la diversité économique des Laurentides.

Un parc aquatique intérieur d'ici 2017

Le Groupe Maalouf, qui vise à implanter un imposant site récréotouristique de 230 millions à Sainte-Adèle, se dit plus près que jamais de son but. L'entreprise souhaite ouvrir ses portes à temps pour la période des Fêtes en 2017. En janvier dernier, elle a fait l'acquisition, pour un peu moins de 3 millions, de l'ancien parc d'affaires La Rolland (une ancienne papetière), de même que de deux terrains appartenant à Cascades. Cela représente près de 8 millions de pieds carrés. «Nous sommes passés chez le notaire, c'est très bon signe», explique Joseph Maalouf, président de Maalouf International. Maintenant que les terrains sont acquis et que le zonage est en règle, ne manque plus qu'à compléter le montage financier pour ce site qui comptera 800 logements de courte durée, un complexe quatre saisons comprenant notamment un parc aquatique intérieur, de même qu'une télécabine pour se déplacer entre les attractions. Le principal créancier du projet est un groupe d'investisseurs du Royaume-Uni, dont Joseph Maalouf préfère taire le nom pour le moment. Une demande d'aide financière a été faite auprès du gouvernement québécois. «Mais dans le contexte économique actuel, ça leur est difficile de se commettre. Une telle aide nous aiderait toutefois à accélérer les choses», soutient M. Maalouf. Le site touristique La Rolland s'inspire du modèle des Center Parcs en Europe.

La phase 2 du Premium Outlets Montréal... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

La phase 2 du Premium Outlets Montréal

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

La phase 2 de Premium Outlets devra attendre

La phase 2 de Premium Outlets Montréal n'est vraisemblablement pas pour demain. Inauguré le 30 octobre 2014, ce centre commercial situé à Mirabel, près de la sortie 28 de l'autoroute 15, n'a pas encore trouvé tous ses locataires. Près de 72 des 84 espaces commerciaux sont actuellement occupés. Malgré tout, l'achalandage dépasse les attentes, affirme Sylvie Laporte, directrice générale de Premium Outlets Montréal. «C'est sûr qu'on aurait aimé inaugurer le site en fonctionnant à 100%, dit-elle. Mais les affaires sont très bonnes, et ce, malgré l'hiver très froid que nous avons connu.» Sur le terrain de 53 acres qu'occupe le centre commercial, la partie ouest, où se trouve actuellement un parc, doit en principe servir à l'aménagement de la phase 2. «Il est encore trop tôt pour en parler, dit Sylvie Laporte. De toute façon, ce n'est habituellement qu'après la troisième ou la cinquième année que les nouvelles phases sont entreprises. Ça ne fait que quatre mois et demi que nous sommes ouverts.» Pour l'heure, de nouvelles enseignes sont attendues, dont Lacoste et OK Kids, dès ce printemps. Techniquement, le centre devrait être occupé à 96% l'automne prochain, assure Mme Laporte. Premium Outlets est la propriété du groupe Simon d'Indianapolis. Le site de Mirabel est le deuxième après celui de Toronto. Premium Outlets ouvrira une succursale à Vancouver à l'été.

Éric Atine, président de Passion Caraïbe, est sur... (PHOTO FOURNIE PAR PASSION CARAÏBE) - image 3.0

Agrandir

Éric Atine, président de Passion Caraïbe, est sur le point d'apporter une touche d'exotisme à la région des Laurentides.

PHOTO FOURNIE PAR PASSION CARAÏBE

Une usine de tartinades à Sainte-Adèle

Éric Atine est sur le point d'apporter une touche d'exotisme à la région des Laurentides. Ce Martiniquais établi au Québec depuis 33 ans va bientôt aménager une usine de fabrication de tartinades à base de fruits exotiques et locaux dans la région de Sainte-Adèle. Un investissement de près de 500 000$. Connues sous l'appellation Passion Caraïbe, les tartinades (banane-pomme, fraise-goyave, ananas-vanille, etc.) font actuellement l'objet de tests à Val-Morin dans les laboratoires de M. Atine. «Je faisais ça pour mon plaisir. J'en vendais dans des boulangeries et des dépanneurs des Laurentides. Maintenant, je dois passer d'une production artisanale à une production industrielle tout en gardant à l'esprit les recettes et les méthodes de cuisson lente transmises par ma grand-mère», explique l'entrepreneur de 52 ans. Éric Atine, un cuisinier qui a entre autres fait le tour du monde en bossant au Club Med pendant près de 10 ans, peut notamment compter sur l'aide de l'Institut de technologie des emballages et de l'alimentation (ITEGA) dans l'élaboration de ses produits, lesquels seront vraisemblablement vendus en format de 200 g. Rien n'est encore signé, mais grâce à sa collaboration avec l'ITEGA, Passion Caraïbe est actuellement en pourparlers avec deux grandes chaînes de l'alimentation. La nouvelle entreprise devrait créer cinq emplois dès la première année.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer