Portrait 2015: Laurentides

Projet de microchalets de 60 millions

Dany et Éric Bonneville... (PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Dany et Éric Bonneville

PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

Portrait 2017: Laurentides

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par les États-Unis dans les discussions sur le bois d'oeuvre. Plusieurs entreprises de la région pourraient en souffrir. Heureusement, d'autres secteurs importants de la région comme le tourisme et le transport se portent bien. »

Sur le même thème

Stéphane Champagne

Collaboration spéciale

La Presse

Un important projet résidentiel composé exclusivement de microchalets verra le jour dès ce printemps sur un terrain de 1200 acres à La Conception, près de Mont-Tremblant.

Les Industries Bonneville et l'homme d'affaires Daniel Bigras sont derrière ce projet qui pourrait générer des investissements de 60 millions au cours des 5 à 10 prochaines années.

«Dès que la neige sera fondue, notre première maison modèle sera en place, explique Dany Bonneville, copropriétaire des Industries Bonneville. Nous avons présenté le projet au Salon de l'habitation de Montréal cet hiver, et ç'a suscité beaucoup d'intérêt.»

Les microchalets (que M. Bonneville préfère nommer «microlofts») seront entièrement construits dans les installations des Industries Bonneville à Beloeil. Il s'agit de résidences contemporaines à aire ouverte dont la superficie habitable variera entre 700 et 800 pi2. Fenestration généreuse, poutres apparentes, toit plat, terrasse sur le toit: l'homme d'affaires promet la totale à un prix somme toute abordable.

Selon M. Bonneville, l'époque où un villégiateur était prêt à allonger de 300 000$ à 400 000$ pour une résidence secondaire est révolue. «Ce que nous offrons, dit-il, c'est un espace de vie de qualité sur près de 1 acre de terrain pour un prix qui se situe entre 175 000$ et 225 000$.»

Daniel Bigras, connu dans la région de Mont-Tremblant notamment grâce à sa participation dans les restaurants Le Shack et La Forge, de même que dans le bar le P'tit Caribou, promet un projet en «harmonie avec la nature».

«Les maisons seront mises en place grâce à une grue géante, explique-t-il. Et chaque maison sera installée sur des pieux. Pas besoin de grosse excavation. Nous allons donc couper le moins d'arbres possible.»

Jusqu'à tout récemment, Daniel Bigras était également producteur maraîcher. Il possédait des terres au Québec et en Ontario. Il avait également des participations dans des exploitations agricoles aux États-Unis. À une certaine époque, Daniel Bigras était l'un des plus importants producteurs de carottes au Canada.

Récemment, M. Bigras a acquis 1200 acres de terrain à La Conception, dans une zone située à environ 8 km du village de Mont-Tremblant et à 15 km du légendaire domaine skiable. Il y a aménagé un chemin forestier tard l'automne dernier.

Maurice Plouffe, maire de La Conception, se réjouit évidemment de la venue d'un tel projet dans sa municipalité qui compte 5500 personnes, dont 75% sont des villégiateurs. «Mais je ne suis pas trop au courant, déplore-t-il. Je ne crois pas que les promoteurs ont déposé toutes les demandes nécessaires. J'ai l'impression qu'ils vont un peu vite.»

Daniel Bigras assure que lui et son partenaire feront les choses dans les règles de l'art. «On est peut-être prématuré dans nos annonces, dit-il. On va s'ajuster aux demandes de la municipalité. Mais je suis sûr que, d'ici cet automne, on va avoir plusieurs maisons installées.»

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer