Le Bas-Saint-Laurent mise sur l'innovation

Linda Bossé est associée che Raymond Chabot Grant... (PHOTO FOURNIE PAR LINDA BOSSÉ)

Agrandir

Linda Bossé est associée che Raymond Chabot Grant Thornton.

PHOTO FOURNIE PAR LINDA BOSSÉ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Immobilier commercial

Après des années moroses, les propriétaires de tours de bureaux du... »

Aérospatiale

Les grands donneurs d'ouvrage, comme Bombardier, Boeing ou Airbus, ne... »

Portrait 2017: Centre-du-Québec

En matière d'emplois, de croissance et d'entrepreneuriat, le... »

Gestion du patrimoine

La gestion de patrimoine est parfois perçue comme un service destiné... »

CELI

La valeur du compte d'épargne libre d'impôt (CELI) du Québécois moyen... »

Portrait 2017: Côte-Nord

Il y a encore quelques années, la Côte-Nord connaissait un important... »

Universités et entreprises

Chercheur et entrepreneur sont deux métiers bien différents. C'est... »

REER

Trois athlètes, trois étapes de la vie. Cette semaine : le cycliste... »

Dossiers  »

Portrait 2017: Bas-Saint-Laurent

Portrait 2017: Bas-Saint-Laurent

La population vieillit rapidement dans le Bas-Saint-Laurent, mais les différents acteurs de la région se distinguent par leur esprit d'entrepreneuriat et leur capacité à travailler ensemble afin d'assurer la poursuite du développement économique local. De région ressource, ce coin du Québec connaît par ailleurs une diversification de son économie. »

Emilie Laperrière

Collaboration spéciale

La Presse

Malgré le vieillissement de la main-d'oeuvre et l'exode des jeunes, les principaux acteurs du Bas-Saint-Laurent travaillent de concert pour dynamiser la région. L'économie se diversifie et peut maintenant compter non seulement sur l'industrie forestière, mais également sur l'éolien, la tourbe et l'agroenvironnement, le tourisme et l'économie du savoir.

Entrepreneuriat

Linda Bossé

> Âge: 49 ans

> Profession: associée, Raymond Chabot Grant Thornton

> Dans la région depuis: toujours

 

La diversité des entreprises fait la force du Bas-Saint-Laurent, selon Linda Bossé. «Quand un secteur va moins bien, les autres peuvent nous soutenir, dit-elle. On a une papetière, beaucoup d'érablières (la région est le deuxième producteur de sirop d'érable du Québec) et plusieurs petits commerces qui assurent une stabilité à la région.» Elle ajoute que la main-d'oeuvre est aussi un atout. «On a des entrepreneurs dynamiques et des employés qui sont fiers de travailler ici. L'esprit entrepreneurial est très fort.»

Chaque année, des entrepreneurs de la région rencontrent d'ailleurs des jeunes de cinquième secondaire pour expliquer leur quotidien et leurs embûches. «Notre principal défi concerne le départ des jeunes. Ils quittent le Bas-Saint-Laurent pour les études et on doit trouver un moyen de les ramener. C'est pour cette raison qu'on offre des séjours exploratoires afin de développer un réseau de contacts et de découvrir la région. Moi, je suis née ici et je n'irais nulle part ailleurs.»

Bernard Bélanger est président et chef de la... (PHOTO FOURNIE PAR PREMIER TECH) - image 2.0

Agrandir

Bernard Bélanger est président et chef de la direction de Premier Tech.

PHOTO FOURNIE PAR PREMIER TECH

Bernard Bélanger

> Âge: 80 ans

> Profession: président et chef de la direction, Premier Tech

> Dans la région depuis: plus de 50 ans

Lorsqu'on lui demande les forces du Bas-Saint-Laurent, Bernard Bélanger mentionne spontanément l'éducation. «On a des collèges privés, des écoles publiques, cinq cégeps et une université. Comme en ville! dit-il avec fierté. L'innovation est un de nos atouts, croit-il. Il y a plusieurs instituts et centres de recherche sur le territoire, comme le Centre de recherche en biotechnologies marines.

Chez Premier Tech, nous avons notre propre centre de recherche privé, où 200 personnes travaillent.» Le secret bien gardé de sa région, selon lui? La pérennité des entreprises. «La plupart se transmettent de génération en génération, et c'est une grande source de fierté, précise-t-il.La qualité de vie est extraordinaire ici, et on a accès rapidement aux autres régions du Québec ou au Nouveau-Brunswick si on le veut.»

Les huit MRC du Bas-Saint-Laurent ont travaillé ensemble... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Les huit MRC du Bas-Saint-Laurent ont travaillé ensemble sur un projet éolien de 300MW.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Forces

«Notre solidarité et notre capacité à élaborer et à réaliser de grands projets collectifs nous distinguent des autres régions», estime Gérald Beaudry, directeur général de la Conférence régionale des élus (CRE) du Bas-Saint-Laurent. Il cite en exemple le déploiement de l'internet haute vitesse dans tout le Bas-Saint-Laurent, qui s'est fait en collaboration avec les huit MRC du territoire. «Pour le projet éolien de 300 MW, toutes les MRC ont aussi travaillé ensemble.

Nous avons même conclu une entente avec la Gaspésie pour partager les profits», renchérit-il. Les entreprises bas-laurentiennes sont créatives. «L'industrie de la forêt, qui a été durement touchée dans les dernières années, se relève grâce à l'écoconstruction et à la biomasse forestière. L'agriculture se transforme, notamment avec la Corporation des Saveurs du Bas-Saint-Laurent. On développe le tourisme, avec entre autres l'ouverture du Parc national du Lac-Témiscouata.»

Défis

«Il a toujours fallu travailler fort pour dynamiser le Bas-Saint-Laurent. Avec les changements opérés par le gouvernement du Québec dans les structures régionales, on devra travailler encore plus fort si on veut continuer à collaborer», se désole Gérald Beaudry. La région, qui compte 19,6% de personnes âgées de 65 ans et plus, devra surtout freiner l'exode des jeunes. «C'est un défi constant. On doit s'adapter au vieillissement de notre population et trouver des façons d'attirer plus de jeunes chez nous», admet M. Beaudry. Les différents acteurs de la région travaillent sur plusieurs fronts depuis une dizaine d'années pour renverser la vapeur. On mise entre autres sur l'immigration et l'éducation. Des foires d'emplois sont aussi organisées dans les grands centres.

Le Bas-Saint-Laurent en chiffres

Bas-Saint-Laurent

Population active: 90 200

Taux de chômage: 7,3%

Revenu disponible par habitant: 24 497$

Province de Québec

Population active: 4 367 100

Taux de chômage: 7,6%

Revenu disponible par habitant: 26774$

Trois Grandes villes 

Rimouski48 155 habitants

Rivière-du-Loup19 974 habitants

Matane14 542 habitants

Source: Institut de la statistique du Québec

Principaux employeurs du secteur privé

Telus Québec: 1400 employés

Premier Tech: 850 employés

Bombardier (usine de La Pocatière): 600 employés

Aliments Asta: 500 employés

Uniboard Canada (usine de Sayabec): 400 employés

Principaux secteurs d'activité

Soins de santé et assistance sociale: 15 900 emplois

Commerce: 12 300 emplois

Fabrication: 8500 emplois

Sièges sociaux

Premier Tech, Rivière-du-Loup

Telus Québec, Rimouski

Aliments Asta, Saint-Alexandre-de-Kamouraska

Sources: Institut de la statistique du Québec, Statistique Canada, CRE du Bas-Saint-Laurent, Le Québec économique, CIRANO

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer