Le secteur manufacturier se redresse

Le Centre-du-Québec est partagé entre son identité urbaine,... (PHOTO FOURNIE PAR LA VILLE DE DRUMMONDVILLE)

Agrandir

Le Centre-du-Québec est partagé entre son identité urbaine, avec Drummondville (notre photo), Victoriaville et Bécancour, et sa personnalité rurale, avec les MRC de l'Érable et de Nicolet-Yamaska.

PHOTO FOURNIE PAR LA VILLE DE DRUMMONDVILLE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

Portrait 2014: Centre-du-Québec

Portrait 2014: Centre-du-Québec

Avec la constructions d'usines, d'un centre de foire et d'un campus universitaire en cours, le Centre-du-Québec reprend du mieux. De quoi mieux accuser le coup de la fermeture de la centrale de Gentilly-2, qui supprime 800 emplois. »

Anne Gaignaire
La Presse

Avec la constructions d'usines, d'un centre de foire et d'un campus universitaire en cours, le Centre-du-Québec reprend du mieux. De quoi mieux accuser le coup de la fermeture de la centrale de Gentilly-2, qui supprime 800 emplois.

Pour compenser sa décision de fermer la centrale nucléaire de Gentilly-2, Québec a consenti un Fonds de diversification économique de 200 millions. Après un an d'existence, il aurait déjà permis de consolider 1900 emplois et d'en créer 270 autres, selon le gouvernement.

Et c'est sans compter la vague d'agrandissements et de nouvelles installations sur le territoire.

Parmi elles, Soprema, entreprise spécialisée dans les toitures, construit actuellement une usine à Drummondville. Même scénario pour Sural, de Victoriaville, pour un investissement de 45 millions. Pendant ce temps, Minéraux rares Quest devrait implanter une usine hydrométallurgique avec 300 emplois à la clé pour une ouverture en 2017 dans le parc industriel de Bécancour. Un investissement de 1,3 milliard.

Secteur phare

Autant de projets qui font dire à Chantal Routhier, économiste au Mouvement Desjardins, que le phénomène le plus marquant de la situation économique actuelle du Centre-du-Québec est que «le secteur manufacturier, qui a connu des années difficiles dernièrement, semble se revigorer, se réanimer».

Une très bonne nouvelle pour une région dont le secteur manufacturier est, historiquement, un domaine phare du développement économique (transformation du bois, du papier, fabrication de meubles, transformation alimentaire).

Près d'un emploi sur quatre y est rattaché selon Emploi-Québec. Au total, le secteur des biens représente 44,7% de son produit intérieur brut (2010), ce qui est bien supérieur à la proportion observée à l'échelle de la province (28,3%).

Entre ville et campagne

La région est caractérisée par des pôles urbains, Drummondville, Victoriaville et Bécancour, et d'autres plus ruraux, MRC de L'Érable et de Nicolet-Yamaska.

Le Centre-du-Québec continue d'avoir une industrie de fabrication de meubles importante. Mais la fabrication de pièces et composantes pour le domaine du transport (équipement agricole, motoneige, bus, etc.) a, depuis plusieurs années, pris de l'ampleur.

Les activités industrielles, malgré un rythme en dents de scie, représentent une part importante de l'économie centricoise avec des grands noms comme Rio Tinto Alcan et Alcoa, installés dans le dynamique parc industriel de Bécancour, qui devrait profiter d'investissements de 50 millions pour divers projets de modernisation des équipements, selon Mme Routhier.

Par ailleurs, un secteur émergent - celui de l'environnement - «prend de l'essor», selon Martin Dupont, président de l'Association régionale de développement économique du Centre-du-Québec (ARDEC), notamment dans la récupération des matières résiduelles et le recyclage.

Un autre pilier

Si le secteur manufacturier est très important dans le Centre-du-Québec, celui des services, en représentant 55,3% du PIB, est l'autre pilier du développement économique de la région, d'autant qu'il croît depuis plusieurs années, selon Pierre Cambon, coresponsable du projet d'intégration et de développement des statistiques régionales à l'Institut de la statistique du Québec.

Les perspectives dans le domaine sont plutôt bonnes, car de nombreux projets sont en cours. Un centre de foires de 120 000 pi2, pour un investissement de 30 millions, doit ouvrir ses portes à Drummondville en octobre 2014.

«Nous avons déjà une quarantaine d'événements réservés pour 2015», précise Martin Dupont, également directeur général de la Société de développement économique de Drummondville (SDED).

Moins d'un an plus tard, en septembre 2015, le premier campus universitaire de la région, celui de l'Université du Québec à Trois-Rivières, accueillera ses nouveaux étudiants à Drummondville. Au départ, 1200 sont attendus. Huit programmes, calqués sur les besoins en main-d'oeuvre de la région, leur seront offerts progressivement, dont sciences infirmières, comptabilité, génie mécanique, informatique.

Le défi de la main-d'oeuvre

Il contribuera aux efforts déjà entrepris pour diversifier l'économie de la région, un de ses défis, puisque le secteur des biens concentre aujourd'hui 37,4% des emplois en 2013, contre seulement 21,4% à l'échelle de la province.

Le Centre-du-Québec doit compter avec deux autres enjeux de taille: l'attraction de la main-d'oeuvre et le rajeunissement de sa population. En effet, selon Emploi-Québec, 18 000 postes sont à pourvoir entre 2012 et 2016. Le groupe d'âge des 65 ans et plus «représente maintenant 17,5% de la population totale du Centre-du-Québec par rapport à 15,2% en 2006», selon les perspectives sectorielles de Service Canada (avril 2013).

Toutefois, les signes encourageants sont nombreux. La diversification de l'économie est bien amorcée (le secteur des biens représentait 41,3% des emplois en 2012), et l'installation de jeunes familles (25-34 ans) est en augmentation.

Reste maintenant à conserver les jeunes de 15 à 24 ans. L'arrivée du campus devrait y contribuer. «Il y a de l'espoir, la région est combative», constate Chantal Routhier.

LE CENTRE-DU-QUÉBEC EN CHIFFRES

Superficie en terre ferme (2013): 6920 km2

Densité de population (2013): 34,6 hab./km2

Population totale (2013): 239 245 habitants

Solde migratoire interrégional (2012-2013): 951 habitants

Taux d'emploi (février 2014)1: 56,1%

Taux de chômage (février 2014)1: 6,8%

Taux de faible revenu des familles (2010): 7,8%

Désaisonnalisés en moyennes mobiles de trois mois

L'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

Trois secteurs principaux

- Transport (fabrication de pièces)

- Machinerie/métal

- Fabrication de meubles

Plus grands employeurs privés

- Cascades et Norampac: 2036 employés

- Aluminerie de Bécancour inc. (ABI): 1000

- Olymel (transformation du porc): 934

- Groupe Soucy (pièces pour véhicules de transport): 843

Nombre de parcs industriels

- Une vingtaine, dont 11 à Drummondville, 6 dans la région de Victoriaville et celui de Bécancour.

Sièges sociaux

- Cascades, Kingsey Falls

- Coop des Bois-Francs, Victoriaville

- Soprema (siège social nord-américain), Drummondville

- Groupe Soucy, Drummondville

- Citadelle, Plessisville

- Fruit d'or, Villeroy

- Machinex, Plessisville

Sources: CLD de Victoriaville, de l'Érable, SDED, Emploi-Québec

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer