Portrait 2013: Montérégie Est

Vers le plein emploi

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Le marché de l'immobilier commercial est en pleine effervescence au... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Portrait 2013: Montérégie Est

Portrait 2013: Montérégie Est

L'économie et le marché de l'emploi se portent bien en Montérégie Est. Peut-être même trop bien au goût de Régis Martel, économiste principal à la direction régionale d'Emploi-Québec de la Montérégie. « Si la croissance se maintient, on va manquer de main-d'oeuvre », dit-il. »

La grande région de Granby (Granby, Bromont, Saint-Alphonse-de-Granby... (photo Janick Marois)

Agrandir

photo Janick Marois

La grande région de Granby (Granby, Bromont, Saint-Alphonse-de-Granby et Saint-Paul-d'Abbotsford) se place au 12e rang des agglomérations de recensement du Canada pour le nombre de familles recomposées.

Stéphane Champagne, collaboration spéciale
La Presse

L'économie et le marché de l'emploi se portent bien en Montérégie Est. Peut-être même trop bien au goût de Régis Martel, économiste principal à la direction régionale d'Emploi-Québec de la Montérégie. « Si la croissance se maintient, on va manquer de main-d'oeuvre », dit-il.

L'économiste prévoit que d'ici 2021, la Montérégie dans son ensemble perdra entre 18 000 et 21 000 travailleurs annuellement. Surtout des départs à la retraite. Or, comme la Montérégie Est abrite près de 45 % de la population de cette région administrative, le manque à gagner y sera d'environ 6000 à 8000 travailleurs par année.

Ce qui fait dire à Régis Martel que la Montérégie Est se rapprochera du plein emploi. « Ce n'est pas parce que l'économie est si vigoureuse que le boom de l'emploi sera soutenu, croit-il, mais plutôt parce que notre population est vieillissante. Il se créera des emplois, mais ce sont les besoins de remplacements qui iront chercher une bonne partie des gens au chômage. On devrait se rapprocher de la borne supérieure du plein emploi, peut-être même dès 2013. »

Un portrait assez contrastant avec la situation de 2012, alors que ce territoire de 7000 km2, durement touché par la crise de 2008-2009, accusait un déficit de près de 9000 emplois. Le taux de chômage en Montérégie Est se situe aux alentours de 6,1 %, soit légèrement au-dessus du reste de la Montérégie (5,9 %), mais passablement en deçà de la moyenne québécoise (7,5 %).

Démographie

À moins d'une autre crise importante, les gens de la Montérégie Est peuvent donc entrevoir l'avenir avec optimisme, soutient Régis Martel. Et ils ne sont pas les seuls à le croire. Le solde migratoire positif en est une preuve irréfutable.

À l'instar de Vaudreuil-Soulanges (située dans la partie ouest de l'île de Montréal), Lanaudière (est) et des Laurentides (nord), la Montérégie Est (rive sud) est également une région qui attire son lot de jeunes familles montréalaises à la recherche de maisons abordables.

Entre 2006 et 2011, la région a vu sa population, disséminée dans 107 municipalités, passer de 594 000 à  632 415 habitants. D'ici 2031, la hausse devrait y être encore plus spectaculaire : le nombre de résidants devrait augmenter de 134 000, soit une hausse de 22 %.

Tout cela fait bien sûr rêver. Les décideurs de la Montérégie Est le savent pertinemment. La CRÉ Montérégie Est est à terminer la rédaction d'un plan quinquennal dans lequel elle mettra en lumière ce que la région doit faire pour « maintenir ses acquis », résume Nathalie Ward, directrice générale de l'organisme. Cette dernière préfère ne pas dévoiler le contenu du plan, lequel devrait être publié au cours des prochains mois.

Selon Régis Martel, il y a en pour « 20 pages » de projets en Montérégie Est. L'agrandissement du port de Contrecoeur au coût de 600 millions (qui sera en fait un prolongement des activités du port de Montréal) est sans doute l'un des plus importants projets sur le territoire à l'heure actuelle.

Sinon, les travaux de construction d'une usine de Rio Tinto à Sorel (récupération de souffre) et de GreenField à Varennes (production d'éthanol cellulosique) se chiffrent quant à eux en dizaines de millions de dollars. Les nombreux projets d'aménagement de CHSLD, de CPE, voire d'écoles primaires devraient générer des investissements dépassant le milliard, soutient Régis Martel.

Après Montréal et la région de la Vieille-Capitale, la Montérégie Est est au troisième rang des CRÉ les plus populeuses au Québec. Elle touche la banlieue immédiate de Montréal. Les MRC Vallée-du-Richelieu et Marguerite-d'Youville font d'ailleurs partie de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Ces deux territoires sont, en quelque sorte, l'une des fiertés de la Montérégie-Est. Le niveau de scolarité y est plus élevé et le taux de décrochage presque deux fois plus bas que dans le reste du Québec.

La Montérégie Est est composée de quatre villes satellites, c'est-à-dire Saint-Jean-sur-Richelieu, Granby, Saint-Hyacinthe et Sorel-Tracy. Elle est caractérisée par un territoire majoritairement rural concentré dans les MRC d'Acton (Acton Vale), de Rouville (Rougemont, Marieville, etc.) et de Brome-Missisquoi (Lac-Brome, Sutton, etc.). Cela lui vaut d'ailleurs le surnom de « grenier du Québec ».

Le territoire est caractérisé par 40 000 entreprises (tous secteurs confondus), lesquelles font travailler près de 250 000 personnes, dont 2408 entreprises manufacturières offrant 65 000 emplois. La Montérégie Est abrite près de 4000 fermes, d'où sont issus entre 150 et 200 produits d'appel.

Le territoire de la Montérégie Est compte toutefois son lot de disparité. La valeur d'une maison unifamiliale va de 140 000 $ dans la MRC d'Acton à 263 000 $ dans la MRC de la Vallée du Haut-Richelieu. Dans cette dernière MRC, le taux de travailleurs chez les 25-64 ans est de 85,4 % alors que dans la MRC Pierre-de-Saurel, il chute à 67 %.

Bref, la Montégérie Est est un vaste territoire où la richesse côtoie la pauvreté, l'urbain cohabite avec le rural, et où le bioalimentaire, la haute technologie, l'industrie lourde, mais aussi la viticulture et le tourisme forment un tout.

Tableau Montérégie Est

Population :  632 415 habitants

Superficie :  7125 km2

Taux de chômage : 6,1 %

Taux de travailleurs : 78 %

PIB : 20 milliards $

Revenu disponible par habitant : 35 317 $

Investissements : 5 milliards $

Sources (2009 à 2012) : Institut de la Statistique du Québec et CRÉ Montérégie Est.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer