Delastek compte tripler ses effectifs d'ici trois ans

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Le marché de l'immobilier commercial est en pleine effervescence au... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Portrait 2013: Mauricie

Portrait 2013: Mauricie

Le milieu des affaires de la Mauricie s'organise. Après le coup dur provoqué par la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 et un recul du taux d'emploi de 7% de 2011 à 2012, la région mise sur l'esprit entrepreneurial et innovateur, ainsi que sur le dynamisme de son industrie touristique. »

Claude Lessard, président de Delastek, vise un chiffre... (Photo Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Photo Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Claude Lessard, président de Delastek, vise un chiffre d'affaires de20 millions d'ici à 2015.

Sophie Bernard, collaboration spéciale
La Presse

Fabricant de composants pour le domaine de l'aviation, Delastek perce les marchés extérieurs et veut tripler le nombre de ses employés d'ici à 2016.

Claude Lessard, président de Delastek, se montre confiant. Son entreprise, qui compte Bombardier et Pratt&Whitney parmi ses clients, est en plein essor. Il y a quelques mois, il s'est rendu en Chine, au Japon et en Europe pour mieux comprendre les besoins de ses clients éventuels.

«Nous comptons aujourd'hui 110 employés, dont une trentaine d'ingénieurs, explique-t-il. Cette année, nous sommes en phase de développement et l'année prochaine, nous entrerons en production.»

Fondé en 1984, Delastek commence ses activités avec la fabrication de calcoil qui consistait en la calibration d'épaisseur du papier pour les moulins de la région. L'entreprise ne compte que six employés à ses débuts. En 1987, Claude Lessard acquiert une partie des actions et, l'année suivante, Lucie McCutcheon, sa conjointe, se joint à l'aventure.

«Jusqu'au début des années 90, nous nous consacrions essentiellement au secteur des bateaux de plaisance, précise le président de l'entreprise, mais nous avons toujours voulu nous tourner vers l'aéronautique.»

En 1992, Delastek obtient son premier contrat avec Pratt&Whitney Canada, et, quatre ans plus tard, l'entreprise devient la première source canadienne de manchons de pilotage et obtient son premier contrat avec Bell Helicopter. En 1997, Delastek se lance dans la conception et la production de composants électroniques embarqués pour l'aéronautique et compte comme client Bombardier Aéronautique.

«Nous voulions être un one-stop-shop, mais, en région, il s'avérait difficile d'accéder à des ateliers d'usinage, nous avons donc mis sur pied nos propres ateliers, explique Claude Lessard. En 2000, nous avons fait un investissement de 4,7 millions pour l'ajout d'équipements spécialisés pour la fabrication de matériaux plastiques et composites et nous nous sommes associés avec le fabricant de composite français Lhotellier-Montrichard. En 2003, nous avons ouvert une usine de systèmes électriques à Valcourt. Depuis 10 ans, nous rêvons de fabriquer des pièces de plus grande ampleur. Notre message? Même si nous sommes une PME en région, donnez-vous la chance!»

En 2010, un investissement de 9 millions a permis l'achat d'un autoclave, pièce d'équipement impressionnante utilisée pour la fabrication de pièces de composite de haut niveau.

Cette chance est arrivée, en 2010, au moment où Delastek a été choisi comme fournisseur de Bombardier, qui lui donne la mission de livrer l'intérieur intégré du poste de pilotage des avions CSeries. En 2012, le chiffre d'affaires de l'entreprise était de 10 millions. Claude Lessard vise les 20 millions d'ici à 2015.

Main-d'oeuvre étrangère

«Notre mission est de pouvoir travailler sur l'intérieur des cabines et d'offrir des solutions complètes à nos clients, note Claude Lessard. Mais notre grand défi est d'attirer de la main-d'oeuvre à Shawinigan, surtout des ingénieurs. Nous devons convaincre les professionnels de venir dans notre belle région. Étonnamment, il est plus facile de faire venir des immigrants en région que des Québécois. Ils y apprécient la qualité de vie.»

Par ailleurs, Delastek travaille de près avec le Consortium de recherche et d'innovation en aérospatiale au Québec (CRIAQ), un OSBL dont la mission est d'accroître la compétitivité de l'industrie aérospatiale au Québec. «Avec le CRIAQ, nous créons les technologies du futur, dit le président de l'entreprise. Nous participons également avec Aéro Montréal à l'initiative MACH.»

Pour Delastek, les trois prochaines années se dérouleront donc sous le signe de la croissance au Québec et dans le monde. «Notre institution nous suit. Nous avons cependant besoin de nos partenaires des gouvernements fédéral et provincial», conclut Claude Lessard.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer