Portrait 2013: Longueuil

RM2J: améliorer l'environnement sans effort

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Immobilier commercial

Après des années moroses, les propriétaires de tours de bureaux du... »

Aérospatiale

Les grands donneurs d'ouvrage, comme Bombardier, Boeing ou Airbus, ne... »

Portrait 2017: Centre-du-Québec

En matière d'emplois, de croissance et d'entrepreneuriat, le... »

Gestion du patrimoine

La gestion de patrimoine est parfois perçue comme un service destiné... »

CELI

La valeur du compte d'épargne libre d'impôt (CELI) du Québécois moyen... »

Portrait 2017: Côte-Nord

Il y a encore quelques années, la Côte-Nord connaissait un important... »

Universités et entreprises

Chercheur et entrepreneur sont deux métiers bien différents. C'est... »

REER

Trois athlètes, trois étapes de la vie. Cette semaine : le cycliste... »

Dossiers  »

Portrait 2013: Longueuil

Portrait 2013: Longueuil

Parmi tous les projets qu'elle pilote, la Ville de Longueuil aimerait reprendre le contrôle de l'aéroport de Saint-Hubert et a entrepris des démarches en ce sens. »

Les inventeurs du FMZ, dont Bernard Peloquin (notre... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Les inventeurs du FMZ, dont Bernard Peloquin (notre photo), ont remporté le 6 février dernier le prix Conduite écologique intelligente lors du 23e concours Énergia organisé par l'Association québécoise pour la maîtrise de l'énergie (AQME).

Julie Roy, collaboration spéciale
La Presse

Réduire la consommation d'essence des camions sans demander d'effort particulier aux chauffeurs, c'est ce qu'accomplit le dispositif électronique FMZ (Fuel MaximiZer) de la compagnie RM2J de Boucherville. Après quatre ans de travail, cette innovation sort de l'ombre et compte désormais sur l'approbation du ministère des Transports du Québec (MTQ) et l'aide du Centre d'excellence en efficacité énergétique, qui a annoncé l'automne dernier un investissement de 307 000$ pour sa commercialisation.

«Nous avons fait une panoplie de tests au MTQ. En moyenne, notre dispositif réduit la consommation d'essence de 5,01%, mentionne Bernard Péloquin, vice-président aux ventes et au marketing et associé de l'entreprise. Cela peut représenter une économie considérable quand on pense qu'à 1,50$ le litre, les dépenses en essence pour un camion peuvent être de l'ordre de 75 000$ par an. C'est plus cher que la mensualité du camion.» Si les cinq associés de RM2J - dont deux ingénieurs, Jean Poulin et Jean-François Aussillou, et deux autres associés passifs - ont déboursé 100 000$ pour obtenir cette accréditation, sans parler du million de dollars que ce système a requis en recherche et développement depuis 2007, c'est que la concurrence et les charlatans sont nombreux dans ce domaine. «Tout le monde a sa propre recette. Nous voulions prouver nos dires en offrant une garantie de satisfaction», commente M. Péloquin.

Livraison locale et régionale

Le fonctionnement du FMZ est simple. Lors des arrêts et des départs, le dispositif diminue l'intensité de la demande en carburant et ajuste la puissance du camion en fonction du poids du chargement. «Le problème, c'est le comportement de certains chauffeurs qui conduisent toujours la pédale au plancher. Au fil des ans, les manufacturiers de moteurs ont constaté que le comportement des chauffeurs pouvait faire varier la consommation jusqu'à 30%, note M. Péloquin. Il est difficile de changer ces comportements moins diligents, mais on peut modifier l'équipement sans trop déranger les chauffeurs.»

Pour 1620$ l'unité (installation comprise), M. Péloquin estime que le client type qui effectue des livraisons locales ou régionales peut rentabiliser son investissement dans les six à huit mois suivant l'achat. Le système ne serait toutefois pas très utile pour les camions qui parcourent de grandes distances sans arrêts fréquents.

En quatre ans, RM2J a vendu 2500 unités de son dispositif, dont bon nombre à Agropur, à Jean Coutu et à la Société des alcools du Québec. L'entreprise vient tout juste de signer un contrat de 325 dispositifs pour un client américain, Waste Management, et elle projette de vendre cette année 1500 FMZ. Avec un marché possible de 880 000 camions, dont 220 000 au Canada, RM2J envisage une croissance de 30% par an. «Notre objectif est de 3000 unités dans trois ans. Nous sommes sept employés en ce moment et, dans un an, nous prévoyons embaucher deux autres personnes aux ventes. Le marché est là, c'est pour ça que mes associés et moi, on s'est investis autant là-dedans», mentionne M. Péloquin.

Régulateur de vitesse intelligent

Après l'économie d'essence, RM2J s'attaque à la vitesse. Les ingénieurs de l'entreprise travaillent en ce moment à mettre au point un régulateur de vitesse intelligent destiné au grand public qui s'ajustera en fonction des limites de vitesse de chaque zone. Cinq prototypes sont actuellement à l'essai dans des autobus d'écoliers.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

Blogues >

Blogues >

Le blogue immobilier

Le blogue immobilier

Merci, bonsoir

publicité

image title
Fermer