Portrait 2013: Longueuil

Investissement de 21 millions: on pourra camper au parc des Îles-de-Boucherville

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Immobilier commercial

Après des années moroses, les propriétaires de tours de bureaux du... »

Aérospatiale

Les grands donneurs d'ouvrage, comme Bombardier, Boeing ou Airbus, ne... »

Portrait 2017: Centre-du-Québec

En matière d'emplois, de croissance et d'entrepreneuriat, le... »

Gestion du patrimoine

La gestion de patrimoine est parfois perçue comme un service destiné... »

CELI

La valeur du compte d'épargne libre d'impôt (CELI) du Québécois moyen... »

Portrait 2017: Côte-Nord

Il y a encore quelques années, la Côte-Nord connaissait un important... »

Universités et entreprises

Chercheur et entrepreneur sont deux métiers bien différents. C'est... »

REER

Trois athlètes, trois étapes de la vie. Cette semaine : le cycliste... »

Dossiers  »

Portrait 2013: Longueuil

Portrait 2013: Longueuil

Parmi tous les projets qu'elle pilote, la Ville de Longueuil aimerait reprendre le contrôle de l'aéroport de Saint-Hubert et a entrepris des démarches en ce sens. »

Négligé depuis sa fondation, le parc national des... (Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale)

Agrandir

Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale

Négligé depuis sa fondation, le parc national des Îles-de-Boucherville entrera cet été dans une phase de modernisation. Plus de 21 millions y seront injectés d'ici 2015.

Stéphane Champagne, collaboration spéciale
La Presse

Quelque peu négligé depuis sa fondation, le parc national des Îles-de-Boucherville entrera cet été dans une phase de modernisation. Plus de 21 millions y seront injectés d'ici 2015. Le site changera donc vraiment de poil. Au point où les gens de la Sépaq veulent faire de ce parc, situé à moins de 8 km du centre-ville de Montréal, une vitrine pour le réseau des 30 parcs nationaux du Québec.

«Il n'y a pratiquement pas eu d'argent d'investi dans le parc depuis presque 30 ans», explique André Despatie, directeur général du parc depuis deux ans. M. Despatie a le privilège de diriger les destinées du parc alors que souffle un vent de changement sur ce site protégé d'à peine 8 km2, composé de cinq petites îles.

«Comme nous sommes le parc national le plus près de Montréal, il a été déterminé que nous serions intégrés dans la stratégie touristique du Québec à l'étranger, dit M. Despatie. En même temps, nous allons devenir la vitrine du réseau des parcs. Plus particulièrement auprès des Montréalais et des gens issus des communautés culturelles qui viennent ici pour pique-niquer, mais qui ne connaissent pas l'offre de services dans les autres parcs nationaux.»

Ainsi, deux sites de camping fonctionneront dès cette année. Une première dans l'histoire du parc qui fermait ses portes au coucher du soleil. Les retraités, les jeunes familles et les fanas de camping rustique y trouveront leur compte.

Tentes Huttopia

Le parc injecte 1,5 million pour la création d'un camping sur l'île Grosbois, un endroit accessible uniquement par bac à câble (petit traversier) ou avec sa propre embarcation. Sur les 74 sites aménagés, 24 compteront une tente Huttopia. Ce type de refuge s'inscrit dans la mode du «prêt-à-camper», c'est-à-dire où les campeurs n'ont qu'à apporter leur nourriture. C'est l'un des produits les plus prisés dans le réseau de la Sépaq depuis quelques années.

Pour cette première phase, le parc prévoit la mise en place de 50 sites, dont 20 tentes Huttopia. Un bloc sanitaire fonctionnant à l'énergie solaire et au gaz naturel de même qu'un micro-dépanneur seront construits près du camping. Ouverture prévue: début juillet 2013.

Quinze emplacements (avec eau et électricité) pour les véhicules récréatifs seront aménagés dans le secteur Molson (près du poste de perception). Ce nouveau site comprendra également 12 abris communautaires avec tables de pique-nique et emplacement pour feux de camp, de même qu'une station de vidange. L'investissement requis est de moins de 200 000$, mais il permettra au parc de reconquérir la clientèle d'il y a 25 ans dont les goûts et les besoins ont changé depuis.

Parmi les autres projets d'importance à l'ordre du jour d'ici 2015, mentionnons la construction d'un centre de découvertes et de services et la mise en place d'une gare fluviale pouvant accueillir des bateaux de 100 passagers et moins. L'aménagement de la nouvelle portion de 20 hectares sur l'île Charron (payée 15 millions en 2011 dans un climat de controverse) est également prévu dans le plan de développement du territoire.

Le parc national des Îles-de-Boucherville accueille bon an mal an près de 325 000 visiteurs. Le site est caractérisé par sa faune ailée, mais surtout par ses mammifères. Près de 100 cerfs de Virginie de même que plusieurs renards roux y vivent en toute quiétude.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer