Portrait 2013: Longueuil

Un îlot flottant situé à Longueuil

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Immobilier commercial

Après des années moroses, les propriétaires de tours de bureaux du... »

Aérospatiale

Les grands donneurs d'ouvrage, comme Bombardier, Boeing ou Airbus, ne... »

Portrait 2017: Centre-du-Québec

En matière d'emplois, de croissance et d'entrepreneuriat, le... »

Gestion du patrimoine

La gestion de patrimoine est parfois perçue comme un service destiné... »

CELI

La valeur du compte d'épargne libre d'impôt (CELI) du Québécois moyen... »

Portrait 2017: Côte-Nord

Il y a encore quelques années, la Côte-Nord connaissait un important... »

Universités et entreprises

Chercheur et entrepreneur sont deux métiers bien différents. C'est... »

REER

Trois athlètes, trois étapes de la vie. Cette semaine : le cycliste... »

Dossiers  »

Portrait 2013: Longueuil

Portrait 2013: Longueuil

Parmi tous les projets qu'elle pilote, la Ville de Longueuil aimerait reprendre le contrôle de l'aéroport de Saint-Hubert et a entrepris des démarches en ce sens. »

Normand Noël, président de la PME Navark, et... (Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale)

Agrandir

Photo Stéphane Champagne, collaboration spéciale

Normand Noël, président de la PME Navark, et l'ancien traversier qu'il s'apprête à transformer en «Îlot flottant».

Stéphane Champagne, collaboration spéciale
La Presse

Pour la tenue d'Expo 67, Montréal s'est construit une île de toutes pièces: l'île Notre-Dame. Quarante-six ans plus tard, Longueuil va lui aussi s'offrir une île, mais de taille beaucoup plus modeste. Il s'agit en fait d'un îlot... flottant. Normand Noël, président de la PME Navark, a mis la main sur un ancien traversier long de 60 mètres qu'il transforme actuellement en salle de réception mobile et dont le port d'attache sera Longueuil.

C'est un produit unique au Canada, sinon dans le monde, croit Normand Noël. «Il existe des restaurants, des salles de spectacle et même des hôtels sur l'eau, mais ils demeurent à quai. Nous, notre plateforme ira s'ancrer n'importe où. Jusqu'à New York si la demande est là», dit l'entrepreneur de 42 ans.

L'ancien traversier, qui était en activité à Sorel et à Tadoussac dans les années 50-60, subit en ce moment une cure de jouvence dans la région de Montréal. Il en a bien besoin. M. Noël a d'ailleurs longuement hésité avant de nous permettre de photographier son protégé qu'il est allé chercher à Toronto et dans lequel il prévoit investir environ deux millions.

Le rez-de-chaussée du traversier, c'est-à-dire l'aire ouverte où prenaient place les automobiles, sera transformé en salle de réception. Des toiles de chapiteaux y feront office de murs latéraux. Au premier étage, le carré des officiers deviendra un salon feutré. Enfin, une terrasse sera aménagée sur le toit du salon. Bref, trois étages qui accueilleront durant les mois d'été de 600 à 1000 personnes.

Le traversier, qui porte provisoirement le nom d'Amiral, ne possédera pas de cuisine. Un bateau-traiteur propriété de Navark sera utilisé pour ravitailler les convives qui accéderont à l'îlot ambulant par le biais d'une navette ou avec leur propre embarcation.

Avec ce service qui sort des sentiers battus, Navark ajoute une nouvelle corde à son arc. L'entreprise, basée au port de plaisance Réal-Bouvier de Longueuil, se spécialise dans le service de navettes, les excursions et les croisières dans le corridor fluvial compris entre Salaberry-de-Valleyfield et Sorel. Elle possède 12 bateaux dont la capacité varie de 12 à 200 personnes. Chez les Noël, on est capitaine depuis trois générations.

Navark possède également une petite île (une vraie) dans le fleuve Saint-Laurent, près du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Cette île privée (qui ne possède aucun toponyme!) accueille des groupes corporatifs, voire des mariages en été. Le reste de l'année, la crue des eaux rend les lieux inaccessibles.

C'est justement parce qu'elle voulait s'offrir une «deuxième île» que Navark s'est lancée dans cette singulière aventure. Surtout que celle-ci pourra s'ancrer à l'endroit de son choix, sauf là où le transport maritime a préséance.

La PME, qui emploie jusqu'à 40 personnes en période de pointe, devrait créer une dizaine de postes grâce à son traversier restauré de A à Z. L'été 2013 servira à roder le nouvel îlot. Les clients corporatifs et autres curieux pourront monter à bord. La mise en service officielle est prévue à l'été 2014.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer