Portrait 2013: Abitibi-Témiscamingue

Tecolam veut surfer sur la vague des bâtiments écologiques

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Portrait 2017 : Québec

En 2016, pour la 25e année de suite, la ville de Québec a connu une... »

Portrait 2017: Mauricie

Des intervenants municipaux viennent de partout au Québec pour en... »

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait.... »

Plan Nord

Le Plan Nord a connu plusieurs moutures depuis son lancement en... »

Portrait 2017: Laurentides

Terres de défricheurs, les Laurentides s'inquiètent du ton adopté par... »

Énergies renouvelables

Les surplus d'hydroélectricité ainsi que les bas prix des énergies... »

Drummondville

Des investissements records dans les secteurs industriel et... »

Industrie forestière

L'industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du... »

Dossiers  »

Portrait 2013: Abitibi-Témiscamingue

Portrait 2013: Abitibi-Témiscamingue

Boom économique, départs à la retraite, taux de chômage historiquement bas. Propulsée par l'industrie minière, l'Abitibi-Témiscamingue manque de main-d'oeuvre... et tend la main aux immigrants pour satisfaire ses besoins. »

Les structures de bois lamellé-collé représentent un secteur... (Photo fournie par Tecolam)

Agrandir

Photo fournie par Tecolam

Les structures de bois lamellé-collé représentent un secteur de niche, pense Marc-André Collard, directeur général de Tecolam.

Mélissa Proulx, collaboration spéciale
La Presse

Implanté à Val-d'Or depuis 2011, Tecolam, nouvel acteur dans la fabrication de structures de bois lamellé-collé, compte aller chercher de 5 à 10% des parts de marché au détriment de l'acier et du béton. Avec une certification FSC nouvellement en poche, l'entreprise peut maintenant desservir les projets de bâtiments durables et écologiques.

Pour satisfaire aux exigences des projets incluant la mention LEED, Tecolam s'est doté en septembre dernier de l'écolabel Forest Stewardship Council (FSC), qui assure que les produits de bois respectent la gestion durable des forêts. «Nous voulons faire partie de cette nouvelle vague de bâtiments durables, encouragés notamment par la Stratégie d'utilisation du bois dans la construction du gouvernement provincial pour venir en aide à l'industrie forestière. On espère que cette volonté va se traduire en demande accrue», mentionne Marc-André Collard, directeur général de Tecolam.

Il cite en exemple la construction du Centre de transport de la Société de transport de Montréal (STM) de la rue Stinson à Montréal, pour laquelle Tecolam s'est vu confier la fabrication du pontage de bois qui représente les deux tiers de la toiture. La STM souhaite que ce nouveau bâtiment reçoive la certification LEED OR pour devenir le premier centre de transport détenteur de cette certification au Canada.

Assemblées en usine, les structures en bois lamellé-collé droites ou courbes jusqu'à 60 pieds de longueur se destinent au marché de la construction commerciale, institutionnelle et résidentielle. Elles représentent une solution de rechange haut de gamme aux structures d'acier ou de béton qui détiennent 95% du marché de construction non résidentielle. M. Collard envisage d'aller chercher de 5 à 10% de ces parts de marché. «Le bois est un produit renouvelable et local qui nécessite peu d'énergie à produire», souligne-t-il. Dans son engagement pour mieux protéger l'environnement, Tecolam utilise une colle sans formaldéhyde ainsi que des teintures moins nocives.

À la suite d'une première pelletée de terre en 2010, Tecolam procédait à la mise en marche de son usine de 6 millions en août 2011. L'année 2012 représentait sa première année de production. «Nous avons connu une performance plutôt satisfaisante», résume Marc-André Collard. Il projette que l'entreprise bonifiera son chiffre d'affaires de 100% d'ici un an et de 250% d'ici cinq ans.

Cap sur Montréal

Au cours des prochaines années, Tecolam misera notamment sur la reprise progressive des investissements dans les infrastructures à la Ville de Montréal, ralentis par l'application de règles plus sévères dans l'attribution de contrats publics. «En 2012, plusieurs chantiers ont été suspendus, voire annulés. L'année 2013 devrait être une meilleure année, estime M. Collard. Il y a davantage de projets de construction pour lesquels nous avons été approchés, que ce soit des toitures de patinoires extérieures, de bibliothèques ou d'autres édifices municipaux.» Après le développement du marché provincial, notamment dans le Grand Nord où il y a renouvellement des infrastructures, Tecolam vise les marchés de l'Ontario et, plus tard, des États-Unis.

L'entreprise de 24 employés compte parmi ses réalisations importantes l'agrandissement de l'aéroport de Val-d'Or, la structure du nouveau préau de l'Aquarium de Québec ainsi que les nouveaux bureaux administratifs de la société Boralex à Kingsey Falls.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer