Cap sur le tourisme

la liste:2390:liste;la boite:98873:box

Dossiers en vedette

Femmes en finance

Les quotas sont l'une des mesures à envisager pour permettre la... »

Transport maritime

Même si plusieurs entreprises liées au transport maritime... »

Assurance automobile

Au cours de la dernière année, trois compagnies d'assurance... »

Les sociétés les mieux gérées

Nos entrepreneurs se distinguent pour la 21e année. La firme Deloitte... »

Immobilier commercial

Le marché de l'immobilier commercial est en pleine effervescence au... »

Formation des ingénieurs

En dépit des efforts déployés par l'Ordre des ingénieurs du Québec... »

Dossiers  »

Portrait 2013: Outaouais

Portrait 2013: Outaouais

L'Outaouais, destination de ski alpin ? C'est ce que vise Tourisme Outaouais en lançant, à la mi-janvier, une campagne pour faire la promotion de cette activité. »

L'Outaouais, destination de ski alpin? C'est ce que vise Tourisme Outaouais en... (Illustration Daniel Riopel La Presse)

Agrandir

Illustration Daniel Riopel La Presse

Sophie Bernard, collaboration spéciale
La Presse

L'Outaouais, destination de ski alpin? C'est ce que vise Tourisme Outaouais en lançant, à la mi-janvier, une campagne pour faire la promotion de cette activité.

Cette année, la région veut diversifier son offre d'activités hivernales traditionnelles, soit le ski de fond et la raquette. L'industrie du tourisme est la troisième en importance en Outaouais, loin derrière cependant l'administration publique, plus important employeur.

Depuis cinq ans, la conférence régionale des élus de l'Outaouais (CREO), Tourisme Outaouais et Tourisme Québec travaillent de façon active à la mise en valeur de l'offre touristique. «Nous voulons établir des routes gourmandes, jumelées avec le patrimoine bâti et le paysage, précise Charles Blais, directeur général adjoint de la CREO. C'est la volonté de chaque municipalité régionale de comté (MRC) et nous travaillons de façon structurée, avec des signalisations de marque en accompagnement.»

«La fonction publique est très présente, tout comme le parapublic, affirme Gilles Picard, directeur général de Tourisme Outaouais. Mais, l'industrie touristique demeure importante. En 2012, les touristes ont dépensé 306 millions et l'ensemble de la région a accueilli plus de 3 millions de personnes.»

Le Programme de développement touristique de l'Outaouais 2008-2012 s'est terminé sur un bilan positif. Les neuf projets se sont partagé une somme de 425 173$, représentant à eux seuls près de 2,5 millions en investissements touristiques. Par exemple, Au feel de l'eau a obtenu 15 000$ pour l'implantation d'un service de navette écologique entre les deux rives de la rivière des Outaouais. L'Entente de partenariat régional en tourisme a été renouvelée jusqu'en 2015.

L'autoroute 50 et ses promesses

Après des décennies d'attente, le dernier tronçon de l'autoroute 50, reliant Mirabel à Gatineau, a été inauguré officiellement le 17 décembre 2012, ce qui aura un impact positif pour Gatineau et son parc national, mais qui risque d'avoir des effets négatifs sur les villages qui longent la route 148. «Les villages comme Montebello, avec son château et son parc Oméga, doivent devenir des lieux attractifs, poursuit Gilles Picard. Nous travaillons actuellement un concept de route touristique avec, entre autres, la Table de concertation agroalimentaire de l'Outaouais.»

Disparités économiques

La région connaît, encore et toujours, de grandes disparités économiques entre la Ville de Gatineau et certaines MRC plus au nord. «Autant l'autoroute était souhaitée, autant elle a des impacts sur les municipalités qui longent la route 148, note Martin Robitaille, professeur au département des sciences sociales de l'Université du Québec en Outaouais. Des dépanneurs, de petits restaurants et des stations-services ont déjà fermé. L'impact de l'A50 se visible à moyen et long terme.»

La région n'aurait pas repris du poil de la bête, affirme Martin Robitaille. «Les coupes annoncées et effectives au gouvernement fédéral se font sentir, dit-il. L'Outaouais demeure extrêmement dépendant de la fonction publique fédérale. Pour chaque emploi sabré au fédéral, un demi à trois quarts d'emploi est perdu dans la région. Un emploi sur quatre a été éliminé, essentiellement à Gatineau. Il n'y a pas vraiment de secteur en émergence et on observe une baisse du marché immobilier, sauf dans le secteur des condos, à cause du vieillissement de la population. Le développement régional est au ralenti. Par exemple, le budget de la CREO a été amputé de 34%, elle perd la moitié de ses employés.»

Marc Bureau, maire de Gatineau, se montre optimiste. «À Gatineau, 2700 nouvelles entreprises ont été créées en 2012, de très petites à de plus grosses, affirme-t-il. Les gens qui ont quitté le gouvernement fédéral se sont lancés en affaires, plus particulièrement dans les secteurs de la santé, de la construction et des services professionnels divers.» La crise économique ne se fait pas sentir à Gatineau, selon le maire. Le taux d'emplois demeure parmi les meilleurs du Québec. «Nous sommes dans la première phase de Destination Gatineau, un projet de 135 millions, ajoute Marc Bureau. La ville est en train de lotir de nouveaux terrains afin d'accueillir 125 nouvelles places d'affaires. Le parc qui se trouve en bordure de l'A50 est presque plein, nous devons en ouvrir d'autres.»

Chiffres clés

30 504 km2

Superficie en terre ferme (2011)

368 181 habitants

Population totale (2011)

195 900

Nombre d'emplois (décembre 2012)

67,6%

Taux d'activité (décembre 2012)

62,7%

Taux d'emploi (décembre 2012)

7,2%

Taux de chômage (décembre 2012)

25 523$

Revenu disponible des ménages par habitant (2011)

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer